Actu-Environnement
 
 
 
 

Dictionnaire environnement Retour

Définition
C

Composé organique volatil (COV)

La famille des composés organiques volatils regroupe plusieurs milliers de composés (hydrocarbures, solvants, ...) aux caractéristiques très variables. Ils ont un impact direct sur la santé (certains sont toxiques ou cancérigènes). Ce sont des gaz et des vapeurs qui contiennent du carbone, comme les vapeurs d'essence et des solvants. Ils interviennent dans le processus de formation d'ozone dans la basse atmosphère et participent donc au réchauffement de la planète. Les Composés Organiques Volatils (COV) entrent dans la composition des carburants mais aussi de nombreux produits courants: peintures, encres, colles, détachants, cosmétiques, solvants...pour des usages ménagers, professionnels ou industriels (pour ces raisons, leur présence dans l'air intérieur peut aussi être importante). Ils sont émis lors de la combustion de combustibles (notamment dans les gaz d'échappement), ou par évaporation lors de leur fabrication, de leur stockage ou de leur utilisation. Des COV sont émis également par le milieu naturel (végétation méditerranéenne par exemple) et certaines aires cultivées.
Les effets de COV sont très variables selon la nature du polluant envisagé. Ils vont d'une certaine gène olfactive à des effets mutagènes et cancérigènes (benzène, certains HAP), en passant par des irritations diverses et une diminution de la capacité respiratoire.

Les actions de réduction des composés organiques volatils font l’objet d’une action nationale de l’inspection des installations classées. Dans le secteur de l’utilisation de solvants (imprimerie, application de peinture…), l’objectif est de réduire les émissions de 50% en 2010. Il a été constaté en 2003 que les émissions des 250 principaux émetteurs de COV ont été réduites de 20% par rapport à 2000. L’action nationale de l’inspection des installations classées sera poursuivie en 2004 avec comme objectif une réduction des émissions de 30% en 2004 par rapport à 2000 pour les installations émettant plus de 30t/an. Par ailleurs, en ce qui concerne l’utilisation de produits dangereux pour la santé, l’inspection veille particulièrement à ce que toutes les solutions de substitution aient bien été étudiées.
Les stations-service d’un débit supérieur à 500 mètres cube par an doivent être équipées de dispositifs de récupération des vapeurs d’essence. Une campagne de contrôle par sondage des stations-service sera réalisée en 2004 ; elle portera sur les installations soumises à autorisation (les plus importantes), mais aussi et surtout sur les installations soumises à déclaration (de moindre importance, mais les plus nombreuses).
Par ailleurs, les raffineries et l’industrie pétrochimique sont à l’origine d’émissions diffuses de COV. Ces émissions diffuses sont dues à des fuites sur les équipements (vannes, pompes, …), à certaines opérations ou installations où les émissions de COV sont difficilement captées (chargement des produits en vue de leur transport, bassins de traitement des effluents liquides, …). Des programmes de réduction des émissions diffuses devront être mis en place par la pétrochimie et les raffineries ; ils permettront une réduction significative des émissions, supérieure à 50% des émissions actuelles.
Dernière mise à jour : 16/02/2012

Proposer une correction
Rechercher dans le dictionnaire
Rechercher :