Actu-Environnement
 
   
 

Linky : une aubaine pour les fournisseurs d'accès à Internet ?

A l'heure de la généralisation des compteurs Linky à travers la France, de nombreux acteurs s'intéressent au potentiel du marché du smart grid et aux nouveaux services associés. Les FAI y voient un moyen de différencier leurs offres.

Energies  |    |  Actu-Environnement.com

Le gouvernement a annoncé le 9 juillet dernier le déploiement du compteur communiquant Linky, qui devrait offrir la possibilité à de nombreux acteurs de proposer des services de gestion de l'énergie associés, notamment les fournisseurs d'accès à internet déjà présent chez de nombreux clients via leurs boxes.

Linky apparaît comme la première pierre du déploiement des smart grids. Il permet d'observer le réseau électrique en temps réel dans le but de mieux adapter la production et la consommation d'énergie. Pour les utilisateurs, Linky devrait permettre de payer exactement ce qu'ils consomment tout en étant plus rapidement dépannés et à distance. Mais ce compteur dit "intelligent", mesurant de manière très précise la consommation d'électricité, ne permet pas  de restituer les informations aux consommateurs, une des lacunes pointées du doigt par de nombreux acteurs.

Toutefois, l'installation de Linky devrait permettre de développer de multiples fonctions permettant aux particuliers d'intervenir sur leur système électrique. Les compteurs Linky permettent déjà d'équiper les appareils électriques de la maison d'émetteurs radio capables de recevoir des signaux du compteur communiquant et de transmettre des informations aux gestionnaires d'énergie. Cet energy metering, qui se traduit par un contrôle continuel de sa consommation énergétique et un pilotage de ses appareils, notamment à distance, fait partie des services qui peuvent être proposés par les  fournisseurs d'accès à internet (FAI) notamment à travers leurs boxes. Ces dernières, contrairement aux compteurs d'ERDF, ne sont pas encore capables de compter, télérelever les consommations d'électricité et les cartographier très précisément et ce n'est d'ailleurs pas leur vocation. Mais elles sont capables de recevoir ces données et de les utiliser.

Des possibilités technologiques déjà existantes

Les différents boxes proposées par les FAI sont aujourd'hui capables d'intégrer des services de gestion de l'énergie. Alors que l'offre complète "Home security premium" de SFR propose des services assimilables à l'energy metering avec des prises connectées, Bouygues a présenté, à l'occasion du salon Smart Grid 2013, le prototype d'un nouveau service “quintuple play". Développé en partenariat avec Ijenko, une plateforme de gestion énergétique et domotique et IS2T, une jeune entreprise innovante dans le domaine du logiciel embarqué, ce service, qui n'est pas encore au stade de la commercialisation, devrait permettre entre autre de mesurer la consommation électrique, piloter les appareils à distance, contrôler la température de son foyer…

De son côté, Orange a développé en 2012 sa prise intelligente,"My Plug", qui connaît un vif succès. Elle offre également la possibilité aux utilisateurs de consulter l'état de leurs appareils électriques et d'intervenir à distance. Pour cela, un message doit être envoyé à la prise qui est équipée d'une carte SIM et qui possède son propre numéro de téléphone.

Des offres qui restent bien timides

Actuellement en mouvance en France et en Belgique, le secteur du smart home passera de 1 million d'utilisateurs dans le monde en 2011 à 63 millions en 2020, selon les prévisions de l'institut Pike Research. En France, le marché représenterait plus de 25 millions de foyers, un potentiel non négligeable pour les FAI qui laissait entrevoir un déploiement important. Pourtant, Jean-Philippe Tridant Bel, directeur de l'activité Energie-Développement Durable et Romain Petit, consultant, chez Alcimed, une société de conseil et d'aide à la décision en marketing stratégique, constatent "une timidité des offres" proposées par les FAI dans les services énergétiques. "Les services associés à l'énergie pour les particuliers sont encore peu nombreux" et les FAI préfèrent se tourner vers le domaine de la domotique et de la sécurité sous forme de packages voire de proposer d'autres services liés au "confort de vie" comme la conciergerie ou la garde d'enfant. La société de conseil note une exception : celle de Bouygues qui a débuté sa collaboration avec Ijenko dès 2011. Interrogée par Actu-Environnement, Sandra Slim, chargée de projet Habitat connecté chez Bouygues, nous confirme que l'entreprise avait orienté sa stratégie vers le smart metering mais qu'aujourd'hui elle s'est engagée dans une phase de réflexion. Une nouvelle orientation devrait être prise avec un étoffement des services de pure gestion de l'énergie vers la sécurité et le confort via la domotique. Ces deux axes sont déjà le socle de la stratégie de SFR qui souhaite désormais aller plus loin, notamment concernant le chauffage et proposer un suivi énergétique plus complet. Une nouvelle offre devrait bientôt voir le jour…

Un marché non mature

Ce manque d'offre s'explique par un faible engouement des particuliers pour les services de metering alors que les produits existent et sont fonctionnels. D'après la société Alcimed, "le gain en énergie n'est pas assez tangible au vu du prix des investissements", les utilisateurs n'auraient donc pas assez de visibilité. De plus, pour que le système soit efficace, "tous les équipements doivent rester en veille" précise Jean-Philippe Tridant Bel,ce qui peut relativiser dans un premier temps l'impact de ces systèmes sur les consommations énergétiques. Même analyse chez Bouygues, Sandra Slim précise que la gestion de l'énergie n'intéresse encore qu'un certain type de clients sensibles à cette problématique mais ne touche pas encore le grand public. Même si avec le prix de l'énergie qui ne cesse d'augmenter, les consommateurs commencent à avoir un regard plus avisé. "Les gens sont-ils réellement prêt à payer des services supplémentaires dans le domaine de l'énergie?", s'interroge Marc Westerman, directeur de Home By SFR.

En attendant, les FAI doivent adapter leur business plan en mutualisant les services afin de coller au mieux aux attentes de leurs clients. Selon Marc Westerman, SRF construit sa stratégie autour de prix bas et de la simplicité des services proposés pour une démocratisation de masse.

Un jeu d'acteur en construction

En proposant des packages tout en un (téléphonie, internet, smart grid), les FAI sont en passe de devenir des acteurs d'importance de la maison du futur, ultra connectée et très économe en énergie. Leur développement pourrait avoir des conséquences sur les fournisseurs d'énergie qui ne seront plus les seuls dans le secteur et devront redoubler de compétitivité. EDF a d'ailleurs lancé, en 2011, sa première offre commerciale liée à Linky, via sa filiale Edelia, à Lyon et dans la région de Tours. L'entreprise offre ainsi la possibilité à ses clients "d'assurer un pilotage à distance de certains équipements électriques (tel que le chauffage électrique) et (…) le suivi par internet des consommations journalières de leur logement".

Ainsi pendant que l'une de ses filiales compte (ERDF), une autre (EDELIA) propose un service payant pour valoriser ces données. Pourtant, lors de l'expérimentation du compteur Linky, la question de l'accès aux données par les consommateurs a été soulevée. La Commission de régulation de l'énergie (CRE) a d'ailleurs préconisé qu'ERDF permette aux consommateurs, ou aux tiers autorisés par les consommateurs, l'accès gratuit aux données de consommation. Reste à savoir quelles informations pourront ou non être mises à disposition gratuitement. L'appel d'offre que prévoit de lancer ERDF en septembre pour la généralisation de Linky devrait répondre à cette question.

Brisac Morgan

Réactions12 réactions à cet article

 

Rester connecté en permanence à son électroménager laissé en veille et transmettre des données personnels à des opérateurs privés, ça c'est une révolution technologique :-(

Ecolojojo | 01 août 2013 à 10h34
 
 

Pas besoin d'étude de marché pour comprendre que le grand public sera prêt à investir dans ces services dès lors qu'il aura la CERTITUDE que l'investissement sera rentabilisé par les économies générées à l'usage.
Il y aura toujours des clients fan de technologies, ou de confort mais ceux-ci ne permettront pas de faire décoller ce marché si la baisse de la facture n'est pas au rdv.

guirno | 01 août 2013 à 10h59
 
 

@ecolojojo : Et encore on imagine pas à quelle point la ménagère va être passionnée de se prendre pour un opérateur de bourse à calculer à quelle heure lancer sa lessive pour optimiser son coût ! Ca fait 30 ans qu'en faisant fonctionner les chauffe-eau la nuit on fait du smart grid comme monsieur Jourdain faisait de la prose, et c'est un usage qui consomme plus d'énergie que la majorité des autres dans un foyer, pour autant c'est loin d'avoir un impact aussi énorme que cela sur la consommation au final. Donc les attentes mises sur le smart grid sont démesurées par rapport à ce qu'il est raisonnable d'en espérer, et les budgets aussi par rapport à se focaliser plutôt sur l'isolation.

jmdesp | 01 août 2013 à 11h19
 
 

Selon les articles, les périodes on voit changer les capacité du compteur Linky. Une chose ne change pas c'est l'intérêt pour ses fabricants et pour les fournisseurs d'électricité. Ils pourront rendre la tarification tellement complexe que plus personne n'y comprendra quelque chose ( voyez avec la téléphonie mobile les énormes possibilités de complexité). Comme l'affichage des informations n'est prévu que sur le compteur lui-m^me il faudra payer en plus un affichage distant dans les nombreux cas ou le compteur n'est pas visible depuis l'intérieur des appartements.
Une chose est certaine depuis le début, l'abonné ne trouvera aucun avantage financier, son fournisseur trouvera des profits supplémentaires via l'établissement de profils de consommation succeptibles d'être vendus.
On découvre que certaines versions du Linky fonctionneraient avec des modifications du réseau de l'abonné afin de pouvoir allumer ou éteindre inopinément certains appareils. L'emploi d'interrupteurs radio-commandés (laissés en veille permanente...) est la solution la plus simple proposée. Ces interrupteurs seront une dépense de plus.
Le compteur Linky permet aussi de couper le courant a distance aux mauvais payeurs, évitant ainsi aux agents des scènes pénibles face aux malheureux qui n'ont plus les moyens de payer.
Le moyen de communication des compteurs avec le fournisseur ne semble pas employer le réseau GSM et c'est curieux: pourquoi ajouter toute une infrastructure dédiée?

ami9327 | 03 août 2013 à 14h13
 
 

@ami9327 D'accord avec vous, mis à part sur la fin : Linky reposera sur une communication en CPL, c'est à dire directement via le réseau électrique. Autrement dit, pas besoin de mettre en place une infrastructure complète: des concentrateurs récupèreront les données de grappes de compteurs transmises via le réseau, et les transmetront cette fois ci via GSM (et même GPRS il me semble, sans être tout à fait sûr).
C'est d'ailleurs également un point de discorde : la technologie de communication choisie (CPL bas débit et communication sans fil 2G) semble bien faible en comparaison de toutes les possibilités que pourrait offrir le relevé à distance.

mdub | 09 août 2013 à 15h49
 
 

Pas besoin d'opérateur pour m'offir un service dont on dispose déjà en faisant l'acquisition d'un décodeur de trames teleinfo.
Monsieur le journaliste, traiter d'un sujet technique nécessité un peu plus d'investigations.
Sébastien

Captainigloo | 20 août 2013 à 13h46
 
 

J'aimerais bien pouvoir installer sur ma ligne d'arrivée d'énergie électrique un dispositif, genre pince de courant, qui ferait retentir un signal sonore chaque fois que je consomme 1 unité de coût (à choisir par chacun selon l'impact souhaité). Par exemple tous les 10 centimes d'euros…… ding. Avec en plus la possibilité de moduler le son en fonction de la consommation cumulée. Au delà de 5 euros par jour : DONG ! Au delà de 10 euros par jour : un carillon du genre Westminster !
Quelqu'un aurait-il une solution existante ?

Jean-Claude HERRENSCHMIDT | 27 août 2013 à 17h06
 
 

Pour moi qui fus électrosensible pendant 5 ans de vie de galère, j'autonomiserai ma maison en électricité. Je n'ai pas eu besoin de ces compteurs pour faire chuter ma conso d'électricité en quelques années de 8000 kwh par an. Je crois bien que certains prennent les français pour plus bêtes qu'ils ne le sont.

Et je croise les doigts pour que tous ceux qui tirent un quelconque avantage de cette technologie dite intelligente deviennent électrosensible.

Gigi | 22 décembre 2013 à 21h57
 
 

@Gigi
Je ne suis pas seul à la maison. J'éteins régulièrement les lampes quand il n'y a personne dans les pièces, je débranche les systèmes de veille, je … etc. Rien n'y fait ni les enfants et encore moins ma femme ne sont sensibles à l'économie qui peut résulter de ces simples gestes. Et quand je parle de kilowatt.heure on me prie gentiment de parler français.
Par contre quand on leur prend 1 euro, ou même quand on fait mine de pouvoir le leur demander, on a l'impression qu'on les agresse sauvagement. C'est pourquoi il m'est venu l'idée de faire tinter à leurs oreilles les euros qui s'envolent du fait de leur impéritie.

Jean-Claude HERRENSCHMIDT | 23 décembre 2013 à 12h41
 
 

Comme vous l' avez tous dit ici, dans vos ré"actions ( que je partage ): Non seulement les compteurs LINKY ( ErDF ), GAZPAR ( GrDF ), et les prochains compteurs pour l' eau (... ), ne serviront que pour booster les profits de ces Fabricants et fournisseurs...
Aucun avantage pour nous les clients. Encore faudrait-il que, l' on nous ai consulter pour ces pseudo "innovations" ( LOl ); Mais, comme à chaque fois, on nous force la main - avec des projets innovants qui n' en sont pas. Ce qu' il faut pour autant - bien voir, et ça, l' article le mets bien en lumière: "....pour que le système soit efficace, "tous les équipements doivent rester en veille" précise Jean-Philippe Tridant Bel,ce qui peut relativiser dans un premier temps l'impact de ces systèmes sur les consommations énergétiques. Même analyse chez Bouygues,.."

Alors - pour faire des économies d' énergies, il faut laisser les appareils en veille ( ce qui accentue la consommation ); Et - la cerise sur le gâteau ( côté comique de ce projet ), comme si cela ne suffisait pas - avec la mise en veille de nos appareils - LES PROPRES "NOUVEAUX" COMPTEURS INTELLIGENTS - COMMUNIQUANT - LINKY et le GAZPAR, SONT EUX AUSSI BRANCHES SUR LE COURANT ELECTRIQUE ( donc consommation supplémentaire d' énergie ), alors - je pose une question: De qui les fabricants de ces produits ( qui ne servent à rien en réalité - et, n' ont aucun avantage pour nous les clients ) - VEULENT-ILS SE PAYER LA POIRE?? EN 2000 on a dit non a la Domotique

MERELLE | 03 mars 2014 à 21h55
 
 

EN 2000 les citoyens on dit non a la Domotique . En 2014, avec tous les problèmes Environnementaux - et notre lucidité qui refait surface..., on DIT ENCORE NON A LA DOMOTIQUE.

On a pas envie d' être tous le temps et, par tout nos équipement connecté 24h sur 24. On a autre choses à faire et à penser...

Pour faire des économies ( RÉELLES ) d' énergie: 2 solutions pouvant être mises en oeuvre, immédiatement:

On supprime - l' obsolescence programmée de tous nos appareils; On supprime la mise en veille - aussi; Et, on se met ( avec l' aide de ErDF et de GrDF ) TOUS AU SOLAIRE!! Voilà, c' est dit.

Pas besoin de sortir de l' ENA ou de tergiverser...

MERELLE | 03 mars 2014 à 22h02
 
 

Tout à fait d' accord avec Captainigloo, moi j' ai une prise ( PROMELEC ), qui me permet de savoir ( heures creuses ou pleines ) se que j' ai utilisé ( pas consommé: le courant électrique, ça ne se mange pas ;) ). Cela m' a coûté 19 € à l' achat. Et c' est efficace. Et on connais en temps réel sa "consommation". [ Ref. du produit: PROMELEC - INDICATEUR DE CONSOMMATION D' ENERGIE Ref. 9461 - Modèle: FHT - 9999 ].

Cela se branche sur la prise, après *chargement ( *24 h ). Ensuite, on y rentre sur le **clavier digital - ( les données de notre factures d' énergies ( **à savoir les heures creuses ou pleines ).

N.B: ** ce sont les données nécessaires - pour faire le réglage de l' appareil.

Permet de gérer les tarifs: Jour/nuit; Affiche: La consommation totale; la durée d' utilisation; le coût à l' heure;

Permet: de suivre la consommation d' énergie - en direct...

Permet d' optimiser la consommation d' énergie; la durée de mesure, le temps de fonctionnement; Et le pourcentage de temps de fonctionnement.

MERELLE | 03 mars 2014 à 22h22
 
 

Réagissez à cet article

1500 caractères maximum
[ Tous les champs sont obligatoires ]