Actu-Environnement
 
 
 
 

Système photovoltaïque : vers une modération du marché ?

Avec une puissance cumulée dans le monde de plus de 69 Gwc à la fin de l'année 2011, le marché du solaire semble déjouer la crise économique. La refonte des systèmes d'incitation de certains pays pourrait changer la donne.

Energies  |    |  Actu-Environnement.com
Système photovoltaïque : vers une modération du marché ?

Plus de 29.000 Mwc : la crise économique n'a pas empêché le secteur du photovoltaïque de raccorder en 2011 environ 12.200 MWc de plus qu'en 2010 selon le baromètre photovoltaïque réalisé par EurObserv'Er. La principale zone d'installation demeure l'Union européenne. Elle représente 74 % de la puissance nouvellement connectée. Les pays les plus attractifs ? L'Allemagne et l'Italie : ils représentent ensemble une puissance connectée supplémentaire de près de 17 GWc. Viennent ensuite la France (1,6 GWc), la Chine (2.140 MWc), les Etats-Unis (1.855 MWc) et le Japon (1.296 MWc). "Aucun gouvernement n'avait prévu que le prix des modules photovoltaïques continuerait à chuter, et de façon aussi rapide, souligne le document, cette baisse beaucoup plus rapide que celle des tarifs a conduit à une nouvelle course à l'installation, les investisseurs cherchant à exploiter au mieux le différentiel entre les tarifs d'achat et le coût réel du kWh photovoltaïque". La guerre des prix auxquels se livrent notamment les industriels asiatiques induit une chute des prix des systèmes photovoltaïques. Ainsi le magazine Photon International relève une division par deux de 2008 à 2011. Celle-ci est notamment permise, selon le baromètre photovoltaïque, par l'augmentation des capacités de production, les innovations technologiques et une baisse importante du prix du silicium.

Refonte des systèmes d'incitation

"Dans de nombreux pays de l'Union, les politiques ont aujourd'hui la désagréable impression d'avoir payé au prix fort le développement de la filière photovoltaïque", constate l'étude d'EurObserv'Er. Différents gouvernements ont donc entamé une refonte des systèmes d'incitation. Ainsi, en Italie l'introduction d'une dégressivité mensuelle en septembre 2011 a ralenti le marché début 2012. Un bonus de 10 % est cependant accordé sur le tarif lorsque au moins 60 % des composants du système ont été produits dans l'UE ou dans les pays de l'EEA non membres de l'UE (Norvège, Islande, Liechtenstein). En France, cette éventualité avait été discutée dans des groupes de travail initié par le gouvernement mais reste aujourd'hui en suspens.

Le baromètre estime qu'en 2012 le marché photovoltaïque français ne connaîtra pas de forte progression du fait des mesures prévues par le décret du 4 mars. Celui-ci impose un volume d'installations de 500 MWc par an et un système de dégressivité des tarifs d'achat revu tous les trimestres.

Le gouvernement espagnol a initié au premier janvier 2012 un moratoire à durée indéterminée qui supprime toutes les aides financières relatives aux centrales électriques qui utilisent des énergies renouvelables. En Allemagne, les mesures prises par le gouvernement (dégressivité définie en fonction de la puissance installée l'année précédente) n'ont pas suffi à tempérer le marché : c'est la rupture des stocks qui a modéré les demandes.

"La guerre des prix lancée par les acteurs chinois et taïwanais a fait le bonheur des développeurs et des investisseurs - de grandes centrales particulièrement -, mais elle a jeté l'industrie mondiale du photovoltaïque dans une spirale autodestructrice, analyse EurObserv'Er, la concurrence est devenue extrêmement difficile, voire critique pour de nombreuses entreprises, avec des prix de marché ne reflétant plus les coûts réels de production". De nombreuses entreprises ont déposé le bilan, notamment en Europe. Une des solutions de sortie de crise pourrait être un investissement dans de nouvelles technologies plus efficaces, selon le baromètre. Ce dernier estime que la situation difficile pourrait perdurer jusqu'en 2014.

"La vraie relance du marché devrait intervenir un peu plus tard dans la décennie, quand le coût de l'électricité photovoltaïque se rapprochera du prix de gros de l'électricité. Nous changerons alors de paradigme et la vraie limite de la filière sera alors la capacité des réseaux à l'incorporer", projette le document.

Réactions1 réaction à cet article

 

Article intéressant mais qui reste largement en retrait de la réalité :

- "Aucun gouvernement n'avait prévu que le prix des modules photovoltaïques continuerait à chuter, et de façon aussi rapide" : alors ils sont incompétents, tout professionnel de l'électronique pouvait leur dire, c'est exactement ce qui s'est déjà passé pour la production des PC, des telephones portables et des tv led !

- "La vraie relance du marché devrait intervenir un peu plus tard dans la décennie, quand le coût de l'électricité photovoltaïque se rapprochera du prix de gros de l'électricité" : mais c'est déjà atteint, les prix en allemagne sont à moins de 2€/Wc soit 8centimes d'euro/kWh (1000h/anx25ans), largement inférieur au prix public, et au denrier Intersolar de Munich la société apolosolar faisait sa publicité sur des centrales solaires à moins de 1€/kWh, soit 4 centimes €/kWh, ce qui est moins cher que le prix de vente de l'électricité nucléaire par EDF à ses concurrents, prix déjà sous-évalué selon le rapport de la Cour des Comptes.

bernard | 25 juin 2012 à 15h37
 
 

Réagissez à cet article

1500 caractères maximum
[ Tous les champs sont obligatoires ]