En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La Suède veut briser sa dépendance au pétrole d'ici 2020

La ministre suédoise du développement durable, Mona Sahlin, a présenté fin 2005, un programme visant à libérer la Suède de sa dépendance au pétrole d'ici 2020. Le pays pari sur le développement des énergies renouvelables.

Politique  |    |  Florence RousselActu-Environnement.com
Consciente des problématiques engendrées par le changement climatique, des risques de l'envolée des prix du pétrole et de la diminution des réserves de carburants fossiles, la Suède veut se libérer de sa dépendance pétrolière, à l'instar de nombreux autres pays. Mais alors que la plupart se limitent à des déclarations d'intention, la Suède s'est fixé des objectifs chiffrés et un échéancier ambitieux. Le gouvernement souhaite créer les conditions nécessaires pour briser la dépendance à l'égard des combustibles fossiles d'ici 2020. Pour cela la ministre suédoise du développement durable, Mona Sahlin, a présenté fin 2005, un programme basé sur le développement des énergies renouvelables.

Actuellement la Suède est déjà dans le peloton de tête des pays les moins dépendant du pétrole. Depuis la crise des années 1970, la politique suédoise en matière d'énergie et d'environnement est très orientée vers une large contribution des énergies renouvelables au mix énergétique du pays. Selon l'Agence suédoise de l'énergie, en 2002, 41% de l'énergie produite en suède provenait du pétrole, 14,2% du nucléaire et 35% des sources renouvelables. L'utilisation de la biomasse et l'hydraulique sont les principales énergies renouvelables de la Suède avec une part respective de 59% et 40%. La production d'énergie renouvelable a presque doublé en 30 ans en passant de 92 TWh en 1971 à 166 TWh en 2002. Mais il existe encore un énorme potentiel du côté de la géothermie, de l'éolien et du solaire. La tendance des 20 dernières années indique que la consommation d'énergies renouvelables progresse tandis que celle du pétrole diminue. L'industrie en est la principale illustration. L'utilisation de pétrole dans ce secteur est demeurée stable depuis 1994 alors que la production industrielle a augmenté de 70% sur la même période.

Le gouvernement suédois souhaite accélérer cette tendance plus spécifiquement dans le domaine de l'habitat et des transports. Selon la ministre, il est inacceptable que beaucoup de propriétaires dépendent du pétrole pour leur chauffage et soient ainsi gravement pénalisés par l'augmentation des prix du pétrole. Elle prévoit donc un allégement fiscal pour aider les propriétaires à se convertir aux énergies renouvelables. Estimant que les institutions publiques doivent montrer l'exemple, il est prévu que ces aides soient également profitables aux collectivités pour les bibliothèques, les piscines ou encore les hôpitaux.
Au niveau des transports, la ministre estime que la rupture de la dépendance à l'égard du pétrole dans le secteur de transport sera un grand défi et le gouvernement a donc une politique ambitieuse pour augmenter le pourcentage des carburants renouvelables. Il est notamment prévu d'augmenter l'offre des voitures propres et d'en inciter l'achat par des carburants renouvelables bon marché, une absence de taxe et la gratuité des parkings et des péages urbains comme celui installé à Stockholm pour ces véhicules propres. La Suède travaille également activement avec l'Union Européenne pour permettre un mélange plus élevé d'éthanol dans l'essence, une mesure qui aurait rapidement un grand effet positif, explique la ministre en rappelant que le rajustement du secteur de transport exige des efforts internationaux et nationaux avec de larges contributions des chercheurs, de l'industrie, des utilisateurs et de l'état.

Le gouvernement prévoit également de relancer la recherche et le développement dans le domaine de l'efficacité énergétique et des énergies renouvelables. Le budget de recherche doit augmenter pour atteindre 87,5 millions d'euro par an. Des travaux de recherche-développement particulièrement intéressants sont en cours en matière de biocombustibles, concernant notamment les techniques de gazéification pour les combustibles bois et les liqueurs noires dans l'industrie des pâtes et papiers, les technologies de production de biocarburants et les techniques d'incinération à petite échelle visant à minimiser les émissions de substance dangereuse.

Pour mener à bien ce programme un comité composé d'industriels, d'universitaires, d'agriculteurs, de constructeurs automobiles et de fonctionnaires a été créé. Selon la ministre du développement durable, la Suède a la chance d'être un modèle international et un acteur incontournable pour les solutions de rechange. Mais ceci exige des investissements conscients et non une politique réactionnaire qui obstrue la transition aux sources énergétiques alternatives.

Avec ses 9 millions d'habitants, la Suède est persuadée que la rupture de sa dépendance à l'égard du pétrole lui ouvrira de nombreuses occasions de renforcer sa compétitivité et son développement technologique.
D'ici 2020, aucune maison n'aura besoin de pétrole pour son chauffage et aucun automobiliste ne sera obligé d'utiliser de l'essence comme unique option. D'ici là il y aura toujours de meilleures sources d'énergie que le pétrole, conclut la ministre.

Réactions18 réactions à cet article

 
Re:Bravo

Un grand bravo à la Suède et je suis du même avis que vous tous, c'est énormément vrai, qu'en France nous faisons beaucoup de discours, mais l'action ne suit pas.
Nos politiques devraient se remuer un peu plus et de donner à notre pays un développement plus efficace et que l'on arrête de tourner en rond en voulant nous faire croire que tout va bien.
Nous avons beaucoup à faire au niveau de nos énergies et dans beaucoup de domaines d'ailleurs!

Mary Jane
 
 
avis

Etant dans le meme axe pour la protection de l'environnement, les gouvernements qui ont pris acte comme l'indique l'article sont a feliciter.
NB: La bonne conduite environnementale dans n'importe quelle partie du globe a repercution quelques soit la proportion sur les autres parties du globe....

Joachim LAMAH

Monseigneur | 15 février 2006 à 12h09
 
 
Bravo

Vive les suédois
un exemple qui montre que si le politique veut c'est possible.
vive la fin du pétrole

Mars | 15 février 2006 à 13h43
 
 
ReBravo au SuŽdois

Je dis moi aussi bravo aux suŽdois pour leur politique sŽduisante et indispensable pour se libŽrer du pŽtrole et aussi du chantage potentiel de certains pays.Pour pouvoir dire non, il faut se doter de moyens. Et la Sude s'y prŽpare avec beaucoup plus de dŽtermination que la France qui a pourtant de trs nombreux atouts..
L'Europe qui tourne en rond depui le Non malheureux des franais au rŽfŽrendum, devrait saisir ˆ bras le corp ce dossier de la sŽcuritŽ Žnergetique pour se relancer. Une initiative dans ce sens permettrait de sortir de la morositŽ ambiante et de recreer une nouvelle dynamique auusi stratŽgique que l' aŽtŽ par exemple la crŽation de la CECA.

gilk | 16 février 2006 à 08h29
 
 
comment peut-on encore être français?

que dire après un article comme celui-ci!
les suédois sont-ils des êtres à part?
ou bien nos hommes politiques devraient se retirer sans faire de bruit et disparaitre?
en tout cas, ça laisse perplexe
encore
mesdames et messieurs les suédois!!!

Bruno Landriot
délégué Cap 21 Rhône-Alpes
06 13 16 90 91
b.landriot@wanadoo.fr

bruno landriot | 16 février 2006 à 09h26
 
 
Francais, reveillons nous !!!

Que peut on dire de plus que bravo les Suédois.

Nous donnons des primes à tous va pour des jachères, ne serait il pas plus judicieux d'exploiter nos terres avec du tournesol et autres plantes nous permettant ainsi de faire du bio caburant et par la même de faire travailler nos demandeurs d'emplois.
Nous éviterions également , le gaspillage provoqué par l'acheminement du pétrole qui de plus lors de naufrage et de dégazage pollue nos océans.
Car le plus important dans dans tout cela (solaire, eoliènnes etc) toutes ces énergies propres, n'est ce pas la protection de notre mère nourricière (la planète).

PAT | 16 février 2006 à 09h59
 
 
Re:Bravo

Nous avons tout en France pour réussir sauf le désir d'innover et de réussir.
Syl

syl | 16 février 2006 à 11h03
 
 
MR

Mille fois bravo
La France est devenu un pays ringard et corrompu, ou plus rien ne fonctionne.Nos enarques de droite et de gaughe nous ont anesthesiés, ils ne pensent qu' a proteger leurs lobbies, et leurs propres interets. Le citoyen lambda et la france dans vingt ans ils s'en foutent.

g.laurencin

scolopax | 16 février 2006 à 12h48
 
 
bravo la suède

une fois de plus , les pays nord européens font preuves d'initiatives et d'avancées et doivent être suivis comme exemple: ils se soucient d'aujourd'hui et de demain alors que nos chers politiques, empétrés dans leurs conflits d'ego et leur petite rivalité mesquine ne s'intéressent guère à ce qu'il adviendra de l'humanité dans quelques temps.

ouvaton | 16 février 2006 à 13h21
 
 
Pour nos enfants

C'est exactement ce que tous les pays devraient faire, ou du moins tous les pays habités par des êtres humains conscients de leurs "actions auto-déstructrices" dont le seul résultat sera un "magnifique héritage écologique" pour nos enfants!! Bravo aux suédois, car il faut vraiment du "courage politique" pour prouver que l'on est pas corrompu par tous les intérêts qui existent derrière le pétrole!! Finalement c'est toujours une question d'argent, mais la santé ne devrait pas passer en premier??

Saphir | 16 février 2006 à 13h29
 
 
D'accord avec ouvaton

Re bravo pour la Suede qui pose les vrais problèmes mais surtout accepte de rechercher les solutions. Je crois de plus en plus que le problème du pétrole se trouvera résolu par d'autre types d'energies (pile à combustible , biomasse , biocarburant et pourquoi pas transport en commun ameliorés).Toutefois il faut accepter de s'en donner les moyens et ce ne sont pas les Verts actuels et les socialistes ou les chiraquiens actuels qui nous y conduiront. Ils ne regardent que ce qu'ils diront aujourd'hui voire a la rigueur demain. Apres demain connais pas , trop loin.
Esperons que il y aura un jour en France des gens competents et non plus des fonctionnaires.

philippe | 16 février 2006 à 14h22
 
 
Re:comment peut-on encore être français?

Bravo aux suédois et surtout à leurs représentants qui ont l'air de mettre en place des politiques volontaristes.
Tant que nos élus les plus haut placés mèneront une politique frileuse en matière d' EnR, ou comme le dit si bien la ministre suédoise: "
une politique réactionnaire qui obstrue la transition aux sources énergétiques alternatives", nous n'avancerons qu'à petits pas.
Messieurs, il est temps de faire de grandes enjambées...
Arrêtez de vous regarder le nombril et proposez des actions constructives

Aurél | 16 février 2006 à 15h12
 
 
Re:bravo la suède

L'article ne nous dit pas avec quoi la Suède va remplir les réservoirs des avions qui décolleront de ses aérodromes en 2020 ! !

saintez | 16 février 2006 à 17h31
 
 
Re:D'accord avec ouvaton

oui bien sur en 3020!!

lemontval | 17 février 2006 à 20h08
 
 
Re:comment peut-on encore être français?

que faut-il pour que nous aussi fassions avancé notre pays?on a tout pourtant, la main d'oeuvre, les scientifiques, l'espace...l'économie est-elle bloquée au point de ne plus rien envisager de nouveaux. si nous ne montrons pas l'exemple, je crains que nous le paierons cher, il nous faudra importer de l'énergie, et la technologie. Sommes nous, français, encore capable d'inventer quleque chose et d'innover?...

fix | 20 février 2006 à 16h04
 
 
Merci

Merci à vous tous pour vos réactions. peut être qu'un jour nous serons si nombreux a crier notre désespoir que peut-être enfin les choses changeront

avant que la terre ressemble à mars

Mars | 23 février 2006 à 10h50
 
 
suède=EXEMPLE A SUIVRE

Merci la Suède, trés sincèrement merci, félicitation pour oser entreprendre ENFIN quelque chose de concret.
Souhaitons que ce bel exemple soit incitatif, ainsi que démonstratif de la faisabilité d'une telle prise de décision!!!
Et souhaitons que les mots "entreprendre", "courage", "concretisation" et "réactivité" fassent enfin parti du vocabulaire de nos décisionnaires politiques en France...

elo | 03 mars 2006 à 18h42
 
 
Il est temps, même grand temps !!!

Que dire de tout celà ? Bravo, bien sûr ! Mais encore ?
La question fondamentale ne serait-elle pas la suivante ?
Comment se fait-il qu'un pays aussi grand que l'Italie et 6 fois moins peuplé soit capable de mener une politique
environnementale aussi clairvoyante et ambitieuse.
A part le bois, quelques autres produits manufacturés et ingénieurie de haute technologie, qu'ont-ils de plus que nous ? Tout d'abord, l'état d'esprit propre aux scandinaves
et aux germaniques lorsqu'il s'agit de se serrer les coudes
et de prendre des décisions sérieuses et pragmatiques.
Pourtant leur éloignement géographique et les conditions climatiques ne jouent pas en leurs faveurs. Ensuite et là, je poserai une question ; sont-ils moins ou très peu tributaire du dictat du "grand frère protecteur" (j'entends les USA) ce qui d'amblée leur donne une marge de manoeuvre plus confortable ?
Quoiqu'il en soit, ces chers nordiques ont su concilier
l'économique, le social et l'environnement. Mais nos politiciens fussent-ils français, belges, italiens,... sont en droit de rougir quand ils sont interpellés pour leur manque d'organisation et de clairvoyance. La haute considération qu'ils ont d'eux-mêmes conduit ces gens à ne pas avoir le courage de dire "non" aux exigences des lobbies financiers et industriels. Dans un premier temps, l'aide public destiné à satisfaire la gloutenerie des consorsiums pétroliers DOIT "hic et nunc" être utilisé à la mise sur pied et à une gestion efficace d'une politique volontariste visant à suivre les traces de nos voisins suédois en matière d'environnement et d'indépendance énergétique.
Les choses semblent bouger dans les pays européens les plus en retard en matière d'environnement. Cela se traduit par de timides insitants fiscaux visant à changer nos habitudes en matière de choix énergétique. N'ayons pas peur de montrer par le biai des médias des exemples concrets de ce qui se fait chez nos partenaires suédois tant sur le plan politique que sur les habitudes de la population. Si nous ne voulons pas le faire pour nous alors
faisons-le pour nos enfants et les générations à venir.

Frank | 31 mai 2006 à 14h43
 
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]