En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Une unité de traitement du lisier par méthanisation près de Brest

Le préfet du Finistère a posé le premier décembre dernier à Lannilis près de Brest dans le Finistère la première pierre d'une usine de traitement du lisier par méthanisation.

Déchets  |    |  Actu-Environnement.com
Inauguré par le préfet du Finistère le 1er décembre 2003, le chantier de l'usine à lisier de Lannilis devrait ce lancer avec l'entrée dans le capital de Véolia, la mise en service étant prévue à l'automne 2004.

Véolia Environnement Via ses divisions générales, Générale des Eaux Bretagne et Dalkia, s'engage sur ce contrat d'exploitation et de maintenance de l'unité de traitement et de valorisation des matières organiques de Lannilis Services Environnement (L.S.E).
Le L.S.E est un consortium d'industriels, de banques bretonnes et de groupements d'éleveurs dont 43 éleveurs de porcs et 12 éleveurs de volailles.
Le contrat a été signé pour une période de 15 ans, extensible à 20 ans et pour un montant annuel d'environ 4 millions d'euros.

Lannilis est située en zone d'excédent structurel depuis de nombreuses années. Les constats effectués depuis les années 80 n'ont pas trouvé de traduction dans des actions visant à une réelle amélioration de la situation. Augmentation du cheptel porcin, industrialisation, urbanisation, remembrement, engrais minéraux et utilisation de produits phytosanitaires sont les principaux facteurs de la dégradation progressive de la situation.

L'unité de valorisation de matières organiques traitera normalement en novembre 2004 près 80.000 tonnes de lisier par an et les déchets gras des industries agroalimentaires et des boues de stations d'épuration selon une méthode de méthanisation et de co-génération. Cette usine utilisera en fait un processus de méthanisation associé à des traitements complémentaires pour les rejets aqueux afin de produire de l'électricité, de l'eau chaude et des amendements organiques.

Elle pourra traiter 100 000 tonnes de matières organiques provenant de boues de stations d'épuration et/ou de matières organiques des industries agro-alimentaires. Le coût de l'usine devrait s'élever à 16,5 millions d'euros.
C'est la première fois en Europe que le procédé de méthanisation et le système de traitement biologique sont associés pour traiter l'ensemble des boues urbaines, agricoles et industrielles sur un site unique. La méthanisation des boues génère une énergie renouvelable, le biogaz, qui est ainsi valorisé sous forme de production de chaleur et d'électricité par une cogénération.

Les 100.000 tonnes de déchets traités et méthanisés devraient dégager une énergie renouvelable de 14 millions de kW/h, soit l'équivalent de la consommation électrique d'une ville de 3.000 habitants, selon le L.S.E.

Ce projet mené en concertation avec les acteurs locaux, s'inscrit dans une véritable démarche de développement durable, affirme Veolia. Il a le double avantage de fournir de l'énergie dans une région qui en produit très peu et d'apporter une solution au problème de résorption d'azote. Il devance ainsi la réglementation en faveur de la protection de l'environnement et contribue à la réduction des émissions de gaz à effet de serre en produisant une énergie renouvelable.

Des associations de riverains et des écologistes estiment au contraire que le nouvel équipement conduira à une surproduction porcine dommageable pour l'environnement.

Réactions4 réactions à cet article

 
Developpement durable????????!!!

"Ce projet mené en concertation avec les acteurs locaux, s'inscrit dans une véritable démarche de développement durable"
Il est regretable de voir que l'on se sert d'un tel argument pour ne pas remettre en question tous ces élevages industriels, tristes responsables de la disparition d'une vraie agriculture paysanne.
Le traitement de leurs déchets par la méthanisation semble être considéré comme une avancée dans le développement des énergies renouvelables??!! Ces élevages sont incapables de vivre de manière autonome de part l'origine de l'alimentation, du cheptel, des conditions d'élevage...) . en cas de grosses catastrophes climatiques tous ces élevages industriels sont incapables de nourrir leur population locale: leurs élevages se trouvant décimés! L'agriculture paysanne est une réelle agriculture de proximité,une réelle agriculture de survie!
L'agriculture intensive à l'origine de ces éffluents d'élevage en grandes quantités a écarté toute agriculture paysanne de proximité,la seule agriculture capable de créer des emplois, de préserver l'environnement, d'entretenir un tissu social durable.
Ces élevages industriels si l'on veut y voir un quelconque développement durable devraient être considérés comme des industries et implantés dans des zones industrielles ou l'on pourrait traiter leurs effluents in situ! Mais peut-être a t'on envie de se servir de l'image de madame Nature pour laisser croire que ce type d'élevage en batterie est une forme d'agriculture?

Le développement durable n'est pas un procédé de traitement des déchets c'est seulement un compromis entre
la gestion des ressources naturelles et notre société libérale.
Si certains croient encore qu'il suffit de parler de développement durable pour être en accord avec la nature et pouvoir continuer leurs activités destructrices ils se trompent : la nature se met en colère et elle seule suffira à ramener tout le monde a la raison.

manu | 17 janvier 2004 à 16h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 
C'est toujours mieux que rien !!

Peut être effectivemment que cel aboutira à une surproduction porcine mais en attendant, il y aura quand même production d'électricité propre, réduction des nuisances olfactive, sans parler des problème de l'azote.
Je trouve dommage de décourager les initiatives de développement durable (surtout de personne qui investissent en partie de leur poche). D'autant que le collectif en question ne propose pas d'alternative et qu'il n'est absolument pas certain que cela aboutisse à une surproduction !

samoth | 24 avril 2009 à 13h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Developpement durable????????!!!

Manu
Je suis d'accord avec ton point de vue sur l'agriculture d'aujourd'hui, mais ce n'est pas avec des petites exploitations que l'on va nourrir TOUTE la planète. Certes, l'idéal serait que que chaque partie du monde agisse à son échelle, mais ce n'est pas possible pour l'instant (en tout cas ça ne se fait pas. Tiendrai tu le même discours si tu n'habitait pas près d'une ferme? Ne serait tu pas bien content de te nourrir avec la nourriture d'une grande exploitation, même si elle n'a rien d'humain?...
Réfléchi à ça...

samoth | 24 avril 2009 à 13h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Developpement durable????????!!!

bonjour,

Je trouve que depuis quelques temps que cet argument revient un peu trop souvent " Comment est ce que l'on nourrir toute la planète avec ..du bio. ..des petites fermes..etc etc ".
Comme d'habitude les phrases et slogans tous bien ficelés parcourent les sites web et le émissions et débats à 3 euros.

Cet argument est réellement
l'Arbre qui cache la Foret,
le Mensonge qui cache la Vérité,
la Polémique qui se substitue au Travail.

Personne au Monde n'a pris le temps de calculer quelle surface agricole utile suffirait à nourrir toute la population Française en fruits et légumes Bio ? Tout e l'Euope?
Moi je l'ai fais et je l'ai estimée à 10 % de la Surface agricole utile..

Actuellement la France consacre tous modes de productions confondus 2 % de sa SAU aux fruits et légumes et on ne peut pas dire que Biodiversité et protection de l'environnement soient un leitmotiv cultural.

Depuis quand les grands syndicats agricoles s'occupent-ils des "autres" qui ont du mal à manger sur Terre, de ceux qui ont faim?

Biocarburants, Maïs fourrager, enrubannage, ensilage,colza..sont elles des cultures vivrières?

Depuis quand les grands syndicats agricoles s'inquiètent ils de savoir si nous pourrons nourrir toue la planète?

Depuis que le BIO (enfin lavé de ces rumeurs sectaires véhiculées par ces mêmes syndicats) monte sur le devant de la scène citoyenne et maintenant de la scène politique.

Je conseille la lecture du livre "Terres d'avenir pour un mode de vie durable" aux éditions ALPHEE co-écrit avec Philippe Desbrosses ou pas mal de donnnées et d'analyses sont reportées.
D'ailleurs notre Ministre Michel BARNIER et son équipe semblent avoir pas mal potassé ce bouquin..et bien retranscrit à leur façon les propositions d'études sur la refonte de la PAC, propositions que je leur avais remis en amont des ateliers du Grenelle et dont je n'ai jamais eu de retour..

Après avoir achevéla lecture du livre tu me donneras ton avis.
ça marche?
A
A Bientot

Manu

manu | 24 avril 2009 à 14h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…