Actu-Environnement
 
 
 
 

Licence pro : une meilleure insertion professionnelle dans les métiers verts ?

Emploi  |    |  Actu-Environnement.com

Selon les derniers chiffres du Service d'observation et statistiques (SOeS) du Commissariat général au développement durable publiés le 30 septembre, les formations environnementales "attirent toujours plus d'élèves et étudiants". À la rentrée 2008-2009 plus de 42.000 élèves et étudiants étaient inscrits en dernière année de formation initiale en environnement allant du BEP/ CAP à la licence professionnelle, d'après cette nouvelle étude. Soit une hausse de 2,8% des étudiants inscrits par rapport à 2007.

L'offre de formation continue d'exploser

Les effectifs ''augmentent de façon quasi continue'' depuis 1997 : + 2,4 % par an, contre + 0,4 % par an toutes formations confondues de même niveau, selon l'enquête. Environ 30 % des étudiants sous tutelle du ministère de l'Agriculture suivaient en 2008 une formation environnementale contre 10,2 % pour les licences professionnelles et seulement 1,8 % pour les formations sous tutelle du ministère de l'Éducation nationale. Côté diplômes : les licences professionnelles attirent la majorité des étudiants en environnement où les inscriptions ont augmenté ''de presque 50 % par an entre 2000 et 2008''. Les premières licences pro en environnement ont été créées en 2000-2001 : au nombre de sept, elles comptaient moins de 200 inscrits, essentiellement dans le domaine de la prévention et réduction des pollutions (plus de 30 % des effectifs du domaine). En 2008, plus de 190 licences pros sur les plus de 240 formations initiales en environnement recensées ont été proposées. S'agissant des formations : 24,1 % des inscrits en licence pro suivaient des formations dédiées notamment à l'énergie. Mais l'aménagement du territoire (33,6 % des effectifs en 2008) et la protection de la nature (25,2 %) restent en tête de l'ensemble des formations environnementales à la rentrée 2008-2009 y compris celles supérieures de niveau I (DEA, DESS, master, diplôme d'ingénieur, doctorat) en 2007-2008. ''Cette répartition s'observe depuis 1997 (…) Nombre de jeunes s'orientent vers des formations liées à l'aménagement du territoire et à la protection de la nature, notamment en Île-de-France et en Rhône-Alpes'', note encore l'étude. Or dans une précédente enquête , le SoeS et le Centre d'études et de recherches sur la qualification (Cereq) soulignaient que les offres d'emploi dans ces deux domaines ''étaient peu nombreuses'', après avoir analysé en 2007 les débouchés des inscrits.

Une insertion dans le secteur énergétique

À l'inverse, les offres d'emploi sont plus nombreuses dans les secteurs "Prévention et réduction des pollutions" et la ''maîtrise de l'énergie et énergies renouvelables'' ''dont les effectifs augmentent le plus sur la période 1999-2008 : respectivement + 61,9 % et + 39,7 %'', selon la nouvelle étude. ''Ces hausses importantes résultent de la croissance rapide des effectifs inscrits en licence professionnelle et des créations récentes de ces diplômes dans le traitement de l'eau, des déchets et les énergies renouvelables'' visant à répondre aux objectifs fixés par le Grenelle de l'environnement et le Plan national des métiers verts lancé en 2009, explique le SOeS. Une offre de licences pro qui continue d'exploser notamment dans le secteur lié à l'énergie . Par exemple, la licence pro « Bâtiment et construction de bâtiments à basse consommation d'énergie », créée en août 2008, ''forme des professionnels capables de s'impliquer dans des projets de rénovation ou de construction de bâtiments à basse consommation d'énergie'', estime l'organisme. En termes de diplôme, la licence pro favoriserait donc ''l'insertion professionnelle immédiate,'' assure le SOeS qui se veut plus rassurant (et optimiste...) que la précédente étude co-pilotée avec le Cereq qui indiquait au contraire que l'offre de diplômes passait à côté des besoins des entreprises,confirmant l'inadéquation emploi-formation en environnement. D'autant qu'en 2009, début de la crise, la hausse des demandes d'emploi sur les métiers environnementaux avait atteint +27% ! Le BAC, les BTS et DUT et le doctorat s'avéraient être les meilleurs diplômes pour s'insérer sur le marché du travail, selon cette étude sur les débouchés des inscrits.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez à cet article

1500 caractères maximum
[ Tous les champs sont obligatoires ]