En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le HCB rend son avis sur le renouvellement de l'autorisation du maïs OGM MON 810

Risques  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com
Saisi le 23 septembre dernier par les Ministères du Développement durable, de l'Agriculture et de la Recherche, le Haut Conseil des Biotechnologies (HCB) a publié le 22 décembre son avis sur le renouvellement de l'autorisation du maïs transgénique MON 810 de Monsanto, interdit de culture en France depuis 2008.

Le HCB mais aussi l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) avaient été mandatés par les trois ministères en septembre afin qu'ils expertisent l'avis de renouvellement de l'autorisation de la culture du maïs OGM publié fin juin dernier par l'Autorité européenne de la sécurité alimentaire (AESA) qui avait jugé le MON 810 ''sans risques pour la santé et l'environnement'' alors que six pays européens (l'Allemagne, la France, la Grèce, l'Autriche, la Hongrie et le Luxembourg) ont choisi de suspendre la culture de cette variété de maïs au nom du principe de précaution.

Si les données étudiées par le comité scientifique (CS) du Haut Conseil des Biotechnologies ne révèlent pas ''d'effet majeur du maïs MON 810 sur l'environnement'', il est ''difficile de conclure à une absence totale de risque'' (''l'absence de preuve n'est pas la preuve de l'absence''), souligne le CS. Le comité scientifique a noté que certaines questions posées à l'AESA n'avaient pas obtenu de réponse, ''du fait de l'absence d'effets majeurs et/ou faute de données suffisantes, que seule l'expérimentation en champ ou en laboratoire permettrait d'obtenir''. Le CS souligne un impact ''indirect'' du MON 810 sur la faune non-cible, notamment sur les hyménoptères parasites de la pyrale du maïs (Ostrinia nubilalis) et de la sésamie (Sesamia nonagrioides), les deux principales espèces ciblées par l'insecticide produit par ce maïs transgénique (toxine Cry1Ab).

Le maïs MON 810 pourrait également diminuer les populations de lépidoptères non-cibles sensibles à la toxine Cry1Ab et donc à l'ingestion accidentelle de grains de pollen. Le CS s'inquiète par ailleurs de l'apparition de résistance aux pesticides chez les insectes ravageurs du maïs.

MON 810: plus d'inconvénients que d'avantages, selon le CEES

Une majorité de membres du Comité économique, éthique et social (CEES) - une des deux composantes du HCB - a de son côté considéré ''que les inconvénients globaux d'une mise en culture du MON 810 l'emportaient sur ses avantages''. Si le CEES observe des avantages liés au MON 810 pour lutter contre les insectes ravageurs ''au regard d'un traitement insecticide chimique de synthèse'', il recense toutefois plusieurs inconvénients ''potentiels'' liés à la culture de ce maïs transgénique : risque d'extension de la culture du MON 810 sur des surfaces actuellement non traitées par un insecticide chimique, impact sur la faune non-cible, incertitudes quant aux éventuels effets sub‐létaux pour les abeilles et animaux d'élevage, possible impact économique sur les diverses filières agricoles existantes et ''grandes incertitudes'' concernant les effets toxiques pour la santé.

Suite à la publication de l'avis du HCB, les organisations environnementales à l'instar de Greenpeace ont demandé l'interdiction définitive du MON 810. Pour Frédéric Jacquemart, de la fédération France nature environnement (FNE), ''il serait difficile de comprendre et d'admettre que le MON 810 soit à nouveau autorisé, alors même qu'on ne peut pas, scientifiquement, se prononcer sur sa possible toxicité''. ''Une autre question, majeure, devra être posée : comment l'AESA, en charge de l'évaluation du dossier OGM au niveau européen, a pu conclure de manière manifestement infondée que le MON 810 était aussi sain et nutritif qu'un maïs conventionnel. Dans ce contexte d'incertitude scientifique et de manque de données, une attitude raisonnable s'impose'', a-t-il ajouté.

Les Amis de la Terre, qui se sont félicités de la position du CEES, ''attendent maintenant que le gouvernement français suive courageusement cette recommandation
 et alerte les autres gouvernements européens pour obtenir, face à la nouvelle Commission
 Barroso, plus pro-OGM que jamais, un refus d'autorisation à Bruxelles'', a souligné Patrick de Kochko, représentant de l'organisation au HCB.

L'Afssa, qui avait déjà publié un premier avis en avril 2008 estimant que ''les maïs MON 810 et leurs produits dérivés présentent le même niveau de sécurité sanitaire que les variétés de mais conventionnelles (…)'', doit rendre ses nouvelles conclusions à la fin du premier trimestre 2010.

Réactions3 réactions à cet article

 
Les oiseaux seraient-ils plus avisés que ...?

Il m'arrive, en automne, de glaner un épi de maïs et de le jeter dans mon jardin pour voir des coqs de bruyère. Cette année, j'ai pris un épi d'un paysan que nous soupçonnons de faire de l'OGM ... et bien l'épi est resté entier, aucun volatile sauvage n'en a voulu!

Zoulou | 23 décembre 2009 à 15h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Le H.C.B se dégonfle face au citoyen (Avis MON810

Après avoir lu cet article, j'avais entrepris de porter la contradiction (très argumentée) à ce Haut Conseil des Biotechnologies... Après l'envoi de mon courrier recommandé avec avis de réception [1A 029 563 6231 7], daté du 11 Janvier 2010, de 3 pages argumentées, espérant recevoir une réponse très conscise pour me conforter dansd mes affirmations, ou - de m'expliquer mon erreur... Au lieu de cela, ce Haut Conseil, n'a rien trouver d'autre que - de ne pas réceptionner mon courrier (refusé), alors qu'un autre sur le même sujet (OGM), adressé à l' AFSSA - avait au moins été retiré. Je trouve cet agissement fort surprenant et regrettable... Aussi, (de mon avis personnel), ce geste de non réception - MONTRE BIEN DE LA PART DE CE HAUT CONSEIL DES BIOTECHNOLOGIES, LE PEU DE CONSIDERATIONS OU D' IMPORTANCE, QU'IL ACCORDE AUX DEMANDES DE CITOYENS, AINSI QU' A LEURS SANTE.... C'est sacandaleux - mais, je n'ai pas dit mon dernier mot.

Je vais transmettre à un Scientifique - mon courrier, afin qu'il le lui transmette. A voir...

Aussi, je maintient que ce Haut Conseil:
- A rendu un Avis sur cet OGM MON810 qui est - soit erroné. Soit à la solde des Multinationales qui fabriques ces OGM; Soit que - cet avis manque de vérité. C'est à dire qu'il est à la limite du "mensonge" (en connaissance de cause - ou pas, cela reste à définir). Ou encore ces propos seraient nons fondés - basés sur une méconnaissance du sujet OGM; Ou d'une méconnaissance des effets toxiques des nombreux Pesticides (et sous groupes de pesticides: herbicides, PCB, Fongicides).

Par ailleurs, MES PROPOS sont maintenus,et renforcés par les nombreuses données que j'ai personnellement lu et dont je peu fournir sur demande les références:[Rapports parlementaires, Procès verbaux de l'étude des Pesticides; Etudes scientifiques (toxicologiques sur les OGM), Rapports + documents internes sur les Pesticides (René Thruault et René Fabre - "Précis de toxicologie", Tome I et II, éd. SEDES, 1960-1962], Rapports de l' AFSSA de 2002 à 2005; Rapports du CNRS/IRA; Mémorandums de la FDA (www.biointegrity.org); Rapport "Propositions pour un renforcement de la sécurité sanitaire environnementale", du 16 novembre 1998, par Mr. André ASCHIERI; Et de nombreux documentaires ["Le Monde Selon Monsanto", de Marie-Monique Robin, "The Corporation", de Mark Achbar et Jennifeer Abbott, éd. TF1/Vidéo; "Nos enfants nous accuserons", de Jean-Paul JAUD; "The Futur of Food - La nourriture peut-elle nuire à notre santé?", de Deborah Koons Garcia, éd. MK2; "Le Silence des Nanos" de Julien Colin; "Les Pirates du vivant - ARGENTINE: Le Soja de la faim", de Marie-Monique Robin, éd. Alerte Verte; "Disparition des Abeilles - La fin d'un Mystère - L' enquête qui révèle la cause de ce désastre mondial", de Natacha Calestrémé, éd. Mona LIsa, Supplément de Sciences/Avenir, 2009; "Le Titanic Apicole, Vol. 1, 2 et 3, éd. Kokopelli (Association de sauvegarde de semences);

salutlesp'titclou | 19 janvier 2010 à 16h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Le H.C.B se dégonfle face au citoyen (Avis MON

Plutôt que de prendre en référence "l'œuvre" De Marie Monique Robin dont le seul diplôme est le bac en 1976, je vous invite à lire "Sauver les OGM" préfacé par Axel Kahn
....Chacun ses références ....

vincent | 05 août 2010 à 09h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager