En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Réduction des pesticides : un nouvel appel à candidatures pour étendre les fermes Dephy

Agriculture  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com

Le ministère de l'Agriculture lance un nouvel appel à candidatures visant à consolider et élargir le réseau de fermes pilotes Dephy qui, depuis 2009, expérimente des techniques et systèmes économes en produits phytosanitaires. Les dossiers de candidatures doivent être remis d'ici au 15 mai 2016 à la direction régionale de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt (Draaf) concernée.

L'objectif du ministère est de passer de 1.900 fermes Dephy aujourd'hui à 3.000, dans le cadre du plan Ecophyto 2 qui vise la réduction de 50% de l'usage des pesticides d'ici à 2025. "Il s'agit, d'une part, d'inviter les agriculteurs et groupes qui souhaitent poursuivre leur participation à Dephy à formaliser leur réengagement et, d'autre part, d'intégrer de nouveaux membres", explique l'instruction technique publiée le 18 février par le ministère.

Pour poursuivre au sein du réseau Dephy ou y rentrer, les exploitations devront notamment favoriser à l'échelle nationale "une augmentation du pourcentage des exploitations engagées dans l'agriculture biologique" ou "une articulation avec les exploitations des établissements d'enseignement agricole". La reconnaissance de groupes Dephy comme groupements d'intérêt économique et environnemental (GIEE) est aussi encouragée.

Le réseau Dephy sera également le pivot permettant d'accompagner les 30.000 agriculteurs dans "leur transition vers l'agro-écologie à bas niveau de produits phytopharmaceutiques", fixée par Ecophyto 2.

La mise en œuvre et le suivi de leviers alternatifs (bio-contrôle, infrastructures agro-écologiques…) figurent parmi les démarches des fermes Dephy.

"Le financement du dispositif Dephy mobilise les financements du plan Ecophyto 2 qui résultent d'un reversement d'une part de la redevance pour pollution diffuse par l'[Office national de l'eau et des milieux aquatiques (Onema)]", a précisé le ministère.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]