Actu-Environnement
 
 
 
 

La chasse à la bernache du Canada autorisée de nuit

Nature / Ecologie  |    |  Actu-Environnement.com

Un arrêté de la ministre de l'Ecologie, publié le 12 avril, autorise la chasse de nuit de la bernache du Canada jusqu'en 2015. Cette espèce peut être chassée à la passée à partir de deux heures avant le lever du soleil et jusqu'à deux heures après son coucher en zone de chasse maritime, dans les marais non asséchés, sur les fleuves, rivières, canaux, réservoirs, lacs, étangs et nappes d'eau.

Cet anatidé peut également être chassé la nuit à partir de postes fixes tels que hutteaux, huttes, tonnes et gabions existants au 1er janvier 2000 dans les départements suivants : Eure, Oise, Orne, Nord, Pas-de-Calais, Charente-Maritime, Ardennes et Seine-et-Marne. On notera que l'Oise ne figurait pas dans le projet d'arrêté soumis à la consultation du public en janvier dernier.

La chasse de nuit pose "des problèmes de confusion avec les espèces proches mais protégées (bernache nonette)", avait dénoncé la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) à l'occasion de cette consultation. "Une chasse intensive de ces espèces exotiques invasives n'est pas justifiée", ajoutait l'association.

Réactions10 réactions à cet article

 

Mme Batho éprouve encore le besoin de montrer qu'elle est dores et déjà la plus mauvaise ministre de l'environnement de tous les temps.

Elle passe son temps à défaire les mesures de protections de la biodiversité prises par ses prédécesseurs .
Ultra pro chasse elle se gardera bien de réglementer la chasse aux ortolans par contre !!!
Tout pour les chasseurs voilà a quoi se résume son action en ce domaine.

Quand aux autres mission de son ministère c’est le néant total !

jms | 15 avril 2013 à 15h56
 
 

Parfaitement choquant! Evidemment abattre d'aussi gros oiseaux doit faire spécialement plaisir aux chasseurs. La bernache du Canada est un bel oiseau migrateur.

ami9327 | 15 avril 2013 à 23h40
 
 

C'est consternant de bêtise...
Comment peut-on se dire ministre de l'environnement et prendre des décisions qui vont à l'encontre de la protection de la biodiversité et ne servent qu'à remplir les ventres déjà trop gras des chasseurs ?

Valls, Moscovici, tous dans le même Batho : des pro-destructions massive d'animaux plus faibles qu'eux....

Squale | 16 avril 2013 à 09h02
 
 

Vos commentaires et l'article sont très amusants.

Une bernache du Canada est parfaitement identifiable de nuit de par sa taille sans commune mesure avec la "petite" nonnette (qui ne fréquente le nord de la France que dans des conditions climatiques particulières).

Protection de la biodiversité : les espèces invasives sont la 2ème cause de perte de biodiversité dans le monde. La Bernache du Canada est allochtone (nord-américaine comme son nom l'indique), sa présence est d'origine anthropique et, particulièrement territoriale en période de reproduction elle réduit l'espace de vie d'autres espèces autochtones.

Votre sentiment "anti-chasse" primaire vous aveugle et vous vociférez sans savoir. Science sans conscience n'est que ruine de l'âme.

Bien à vous,

Ambroise | 16 avril 2013 à 11h15
 
 

"sentiment "anti-chasse" primaire"
Et l'ortolan c'est de la chasse ou du braconnage Ambroise ?

Alors je suis aussi anti-braconnier primaire selon vous n'est ce pas ?
Triste cette passion de tuer, amusant cette manière de se présenter comme des protecteurs de nature !!!!!

jms | 16 avril 2013 à 14h52
 
 

Amusant ?
Vous trouvez ça "amusant" ?

Voilà bien le mépris et l'arrogance dont le lobby chasseur est coutumier. Non seulement ils ont introduit une espèce invasive "pour motifs cynégénétiques" -autrement dit "parce que tel est leur bon plaisir"- mais maintenant que le joujou de ces messieurs a échappé à leur contrôle, ils arrivent en sauveurs - et réclament des subventions- pour "réparer les dégats" en dégommant les oies qu'ils ont eux-mêmes introduites !

Jamais un chasseur n'a géré la faune sauvage, le but de la chasse est de faire "pan-pan dans le garde-manger".

Confier la gestion de la biodiversité aux chasseurs, c'est comme confier sa maison à une bande de cambrioleurs.

Ce problème devrait être confié à une équipe constitué d'ornithologues, de représentants du Gvt et des ONG en charge de la protection des oiseaux, et les bernaches, qui sont des animaux protégés, devraient être attrapées puis relachées au Canada après une période de quarantaine. Le tout aux frais des sociétés de chasse responsable de cette situation.

Squale55 | 16 avril 2013 à 15h11
 
 

jms,

Par votre réponse, évitant soigneusement le sujet de la Bernache du Canada, j'en conclues que vous acceptez, avec raison, mes arguments. J'apprécie votre sagesse.

Pour l'ortolan, je botte en touche à la manière d'un ouvreur de Dax ou de Mont-de-Marsan, je ne m'y connais pas suffisamment. Mais il me semble qu'un régime dérogatoire est envisageable et tout à fait acceptable sans atteindre à la survie de l'espèce, loin de là !

Pour le reste, il ne peut être débattu tant les divergences sont grandes. C'est dommage, car autant la biodiversité doit être sauvegardée, autant les manières respectables de l'apprécier peuvent être diverses, mais cette diversité là vous ne pouvez l'accepter avec un extrémisme assez effrayant qui transparaît notamment dans le commentaire inepte qui suit le votre.

Ambroise | 16 avril 2013 à 15h36
 
 

C'est mon dernier message à ce sujet ......

Vous bottez en touche sur l'ortolan Ambroise, mais vous réclamez néanmoins un régime spécial pour cet oiseau (entre chasseurs il faut bien se soutenir.....)

De plus vous parler de sagesse; dans votre bouche c'est déplacé!
Mais rassurez vous, et c'est tout ce qui compte pour vous, vous avez l'entier soutien de mme ministre de la chasse (seule attribution de son ministère qui la préoccupe)

jms | 16 avril 2013 à 15h54
 
 

J'aimerais effectuer quelques précisions au sujet du message de Squall55.
Les Bernaches du Canada n'ont jamais été introduites par les chasseurs dans le milieu naturel, ces oiseaux proviennent en partie de couples présents dans les parcs animaliers qui ont ensuite reproduit, les jeunes n'étant pas éjointés, la meilleure chose qu'ils ont eu à faire c'est sortir en pleine nature et coloniser de nouveau territoires. En revanche, en Hollande, des individus y ont été introduits volontairement, ainsi que des oies du Nil, des ouettes d'égypte, des oies blanches et des oies cendrées issues de captivité ressemblant plus à des oies de toulouse qu'à leur cousine Anser anser. Le problème de surpopulation des bernaches du canada peut être enrayé par quelques prélèvements cynégétiques, nous avons la chance de compter plus d'1 million de chasseurs en France, mais peut-être préfèreriez vous que l'état utilise les mêmes moyens que vos amis protecteurs hollandais... Le gazage par exemple... Curieux cette manière de fermer les yeux sur ce qui se passe dans la communauté européenne en matière de protection de la nature. Juste pour votre information, le gouvernement hollandais est sur le point d'autoriser l'abattage par gazage de 500 000 oies! Quasiment toutes issues de couples d'oies lâchés par des protectionnistes. C'est moche!

Thib | 24 avril 2013 à 23h12
 
 

Un constat simple des dégats que provoquent le loisir "d'un million de chasseurs", et les voici mal à l'aise... Vive la transparence ! :-)

Les oies Bernaches ont bel et bien été introduites en Europe pour le bon plaisir de ces messieurs, de l'aveu même de ces derniers.
(Voir le rapport de l'ONCF/FDC/FNC, paru -entres autres- dans "faune sauvage" N°190 - 1er trimestre 2011" :
"Originaire d’Amérique du Nord, la bernache du Canada a été introduite à des fins ornementales et cynégétiques dès le début du XVIIe siècle en Angleterre, puis au XXe siècle dans une dizaine d’autres pays d’Europe. [...] C’est ainsi qu’à partir de quelques individus, des populations férales ont pu s’installer et se développer jusqu’à devenir envahissantes.")

Quant aux scandaleuses méthodes d'extermination mises en place dans le pays que vous évoquez, elles ne valent pas mieux que les cartouches des responsables de ce désastre.

Une vraie politique de régulation, efficace et respectueuse des écosystèmes et des animaux est certes complexe, chère et difficile à mettre en place, mais c'est aux fédérations de chasseurs d'en faire les frais. Pas aux citoyens ni aux oiseaux.

Le lobby des chasseurs continue à provoquer des dégâts considérables, il est temps qu'on arrête de céder à leurs demandes.

Squale55 | 25 avril 2013 à 11h21
 
 

Réagissez à cet article

1500 caractères maximum
[ Tous les champs sont obligatoires ]