En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Durban : le Protocole de Kyoto s'éloigne comme un mirage

La négociation de la COP 17 s'est terminée à l'aube du dimanche 11 décembre. Malgré plus de deux nuits blanches de pourparlers, la présidence sud-africaine n'est parvenue qu'à reporter à 2020 l'hypothétique adoption d'un protocole contraignant.

Décryptage  |  Gouvernance  |    |  Agnès SinaïActu-Environnement.com

C'est dans le contexte d'une Afrique du Sud confrontée aux inondations que s'est déroulée la COP 17 à Durban jusque dans la nuit du 11 décembre. Pour sauver ce qui peut l'être du Protocole de Kyoto qui expire en 2012, les négociateurs ont décidé de reporter à 2020 l'éventuelle mise en oeuvre d'un nouvel instrument légal sur les gaz à effet de serre et d'aboutir à un plan d'action sur les futures trajectoires d'émissions d'ici à la COP 18, qui se tiendra au Qatar.

Malgré la réalité du réchauffement global, confirmée par une accumulation de travaux scientifiques, la communauté internationale, divisée, est impuissante à s'engager dans une feuille de route l'orientant vers une inflexion radicale à court terme de ses émissions de gaz à effet de serre. Sans doute parce que ces objectifs sont désormais inatteignables dans le temps imparti.

Il suffit de consulter le dernier rapport de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) pour s'en convaincre. L'AIE prévoit que la demande énergétique globale va augmenter de 47% d'ici à 2035. Les taux de croissance des émissions sont très rapides. Le rebond de 5% de la demande mondiale d'énergie primaire en 2010 a porté les émissions de CO2 à un nouveau pic. Selon le scénario prospectif de l'AIE, les émissions cumulées des 25 prochaines années équivaudront aux deux tiers des émissions dégagées depuis 110 ans... soit un réchauffement global annoncé de 3,5°C minimum.

Lors d'une conférence de presse, le 6 décembre à Durban, Maria van der Hoeven, directrice exécutive de l'AIE, a exhorté les pays industrialisés à ne pas attendre d'accord climatique global pour mettre en œuvre des politiques énergétiques soutenables dans leurs pays respectifs. L'AIE, dans son rapport World Energy Outloook 2011, en appelle à un changement de cap radical, combinant standards d'efficacité énergétique, prix du carbone, et déploiement des énergies renouvelables.

Miroir aux alouettes ou changement de paradigme

Réconcilier les objectifs de réduction des émissions et les seuils de précaution scientifiques pour limiter le réchauffement climatique à 1,5°C impliquerait que les pays industrialisés amorcent des réductions de 25% à 40% d'ici à 2020. Ces objectifs drastiques pour une hypothétique deuxième période de Kyoto ne pourraient être atteints que par une forte décrue des consommations d'énergie : il s'agirait d'un changement très rapide de modèle de société supposant la remise en question du modèle de croissance actuel.

"C'est un véritable changement de paradigme qu'il faut opérer. Durban doit donc être envisagé comme la composante, indispensable, d'un processus beaucoup plus global, dont l'étape symbolique sera la Conférence Rio+20, qui aura lieu en juin 2012. Question cruciale, le climat ne pourra être résolu sans s'ancrer dans une vision beaucoup plus large et complète regroupant des enjeux de transition écologique, de conception d'une « nouvelle économie », de nouveaux modes de consommation, et, évidemment, la construction d'une nouvelle gouvernance mondiale capable de relier les enjeux locaux et globaux", envisageait Pierre Radanne à la veille de la COP 17.

Mais le débat sur un nouveau modèle post-carbone, voire post-croissantiste, est absent. Focalisées sur l'analyse des mécanismes de Kyoto, les grandes ONG environnementales elles-mêmes n'envisagent pas de réorientation de l'agenda. Devenues expertes, au fil des années, de la comptabilisation de l'air chaud et des échappatoires liés à l'inclusion des forêts dans le calcul des émissions de gaz à effet de serre, elles ne sont pas parvenues à faire émerger des propositions autres qu'une correction à la marge des aberrations originelles du système Kyoto.

Une négociation sans pilote

L'immensité du défi, combinée à la crise de la dette européenne, prive la planète de leaders à la mesure de l'enjeu. La Chine, qui a eu des velléités de prendre le pas sur les négociations à Durban, s'est finalement révélée attentiste, tout comme l'Inde et le Brésil. "Les émergents jouent à ne pas être leaders", commente Laurence Tubiana, directrice de l'Iddri, qui dit n'avoir "jamais vu une négociation aussi lente" qu'à Durban. L'Inde, la Chine et les Etats-Unis concourent à torpiller le processus, tandis que l'Europe, minée par la crise de la dette, se divise.

Les émergents aspirent à leur tour à l'exubérance. Selon l'AIE, la Chine va conforter dans les 20 prochaines années sa position de premier consommateur d'énergie mondial. Ses émissions per capita atteindront celles des pays de l'OCDE en 2035. Quant au Brésil, il vient de réformer son code forestier, "ouvrant la porte à une destruction à grande échelle de ce précieux écosystème", s'inquiète le WWF dans un communiqué du 8 décembre. En plénière informelle, la représentante indienne a hurlé l'attachement de son pays à "l'équité, principe intangible du débat sur le changement climatique. En aucun cas le partage du fardeau ne saurait être transféré !". En d'autres termes, pas question pour l'Inde de rallier quelque engagement contraignant.

La mort lente du Protocole de Kyoto

"Le Protocole de Kyoto ne mourra pas l'année prochaine, car sa charge symbolique est encore trop forte pour les pays en développement et surtout il constitue le seul accord permettant la mise en place de mécanismes de flexibilité et des mécanismes de marché", note Pierre Radanne. "C'est également dans le cadre du texte sur le protocole de Kyoto que sont prévus les financements de l'adaptation, via le Fonds. C'est donc, plus que la mort du Protocole de Kyoto, son endormissement progressif : si certaines fonctions vitales subsistent, sa nature juridique, cœur du texte et ses engagements contraignants, sont mis en sommeil", note Pierre Radanne.

Dans ce vide de décisions, le fonds vert, principal acquis de la négociation précédente à Cancùn, surnage, telle une coquille vide. Destiné à soutenir les pays vulnérables aux conséquences du réchauffement, et au financement d'une transition énergétique soutenable dans les pays en développement, ce Fonds, qui devait être abondé de 30 milliards de dollars entre 2010 et 2012, puis de 100 milliards de dollars par an à partir de 2020, ne récolte que quelques dizaines de millions de dollars pour le moment.

Pendant la conférence, le WWF a tenté de rassembler une task force sur les financements innovants, sous la houlette de plusieurs ministres de l'environnement, dont Nathalie Kozciusko-Morizet, ministre française de l'écologie et ses homologues de Bolivie, Zambie et Afrique du Sud. Pour Benoît Faraco, chargé des questions climatiques à la Fondation pour la nature et l'Homme, "peu de progrès ont été accomplis sur les nouvelles sources de financements, et notamment la taxe sur le transport maritime international. Cette question, débattue depuis des années dans les négociations climat, risque une nouvelle fois de passer à la trappe si les ministres ne corrigent pas le tir".

Si le GIEC était une agence de notation...

"Retarder toute action réelle après 2020 est un crime aux proportions mondiales", selon Nnimmo Bassey, président des Amis de la Terre International. "Une augmentation de 4°C de la température mondiale, permise par ce plan, est une condamnation à mort pour l'Afrique, les petits États insulaires, et les pauvres et les personnes vulnérables de l'ensemble de la planète. Ce sommet a amplifié l'apartheid climatique, les 1 % les plus riches de la planète ayant décidé qu'il était acceptable d'en sacrifier les 99 %".

Selon Pablo Solon, ancien négociateur en chef de l'Etat plurinational de Bolivie, "il est faux d'affirmer qu'une deuxième période d'engagements du protocole de Kyoto a été adoptée à Durban. La décision actuelle a seulement été reportée à la prochaine COP, sans engagement de réduction d'émissions de la part des pays riches. Cela signifie que le protocole de Kyoto restera en vie jusqu'à ce qu'il soit remplacé par un nouvel accord encore plus faible".

Difficile de voir dans l'issue de Durban autre chose qu'un succès des grands pollueurs de la planète et d'un modèle de croissance spéculative insoutenable. Du Protocole de Kyoto, il restera les mécanismes de projet, MDP et marchés carbone. "Ce que certains considèrent comme de l'inaction est en fait une démonstration de l'échec, palpable, de notre système économique actuel pour répondre aux crises économiques, sociales et environnementales" selon Janet Redman, de l'Institute for Policy Studies, basé à Washington. "Les banques qui ont provoqué la crise financière sont en train de faire d'importants profits en spéculant sur le futur de notre planète. Le secteur financier, acculé, cherche un moyen de s'en sortir à nouveau en développant de nouveaux produits pour soutenir un système défaillant".

Pour les organisations membres de la plateforme Justice climatique présentes à Durban (Inter-Environnement, WWF, Greenpeace, CSC, FGTB, Oxfam et CNCD-11.11.11), "on voit les dirigeants du monde entier s'affoler devant les menaces des agences de notation, pendant que notre climat continue à se dérégler à grande vitesse. Si le GIEC était une agence de notation, le problème du réchauffement global serait déjà réglé !".

Réactions8 réactions à cet article

 

Quelle fumisterie !
La population mondiale croît,
Tous les peuples veulent le niveau de vie occidental,
Exemple le "printemps arabe" : que veulent ces peuples la liberté ? Non ils veulent mieux manger, avoir des voitures et le reste.
Inéluctablement nous aurons un accroissement de la consommation de nourriture, de la consommation d'énergie et en conséquence de la pollution.
Il ne faut pas mettre l'argent dans ces assemblées inutiles. Il faut le mettre dans la recherche d'une nouvelle énergie non polluante, abondante et bon marché. Les énergies renouvelables seront insuffisantes et de loin. Et elles ne sont peut-être pas aussi inoffensives qu'on veut le dire.
Les peuples consommeront toutes les énergies qu'ils trouveront, polluantes ou non.
Notre niveau de vie est dû à la quantité d'énergie que nous consommons et personne ne veut se priver, pas même les prêtres de la nouvelle religion ÉCOLOGIE. C'est dommageable mais ce sera ainsi.

jmpp | 13 décembre 2011 à 16h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ jmpp

Vous avez tout compris, je n'ai rien à ajouter cette politique de l'autruche nous mêne droit dans le mur.

René Varenge | 15 décembre 2011 à 09h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Mon avis est que le monde est trop grand pour bouger rapidement et simplement. Tout le monde se regarde parce qu'il ne faut pas en faire plus que le voisin, il ne faut pas entamer ses privilèges. Et le voisin lui même ne veut pas en faire plus.
On va loin dans cet état d'esprit que l'on retrouve de manière fractale, dans toutes les couches de notre société.

On entend souvent qu'il faut penser global et agir local. L'action mondiale me semble utopique au fur et à mesure que ces sommets éléphantesques accouchent de souris.
C'est pour moi un bout du paradigme qui doit changer : l'action ne doit pas être laissée entre les mains de quelques dirigeants mais reprises à différents niveaux, comme c'est la tendance actuellement. Je crois d'avantage en une multitude d'initiatives modestes qu'à un traité global qui changera la face du monde : le système actuel a ses mécanismes de défenses et ne se tirera pas une balle dans le pied en pronant la décroissance.

Lilian | 15 décembre 2011 à 10h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réaction saine de jmpp. Quel est le bilan financier et environnemental de ces raoûts ? A part la carrière de certains politiques, ces "machins" sont nuisibles et entretiennent la panique climatique qui justifie presque tout (des voitures "Eco 2" au suicide de l'industrie de l'UE planifiée par le triste plan ETS post 2012). Le travail devant l'humanité est à orienter vers plus d'efficacité et vers l'innovation et cela passe par une information délivrée de tous les profiteurs du réchauffement.

Albatros | 15 décembre 2011 à 10h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ jmpp and co: il faut arreter de croire à 'linvention géniale d'une nouvelle energie ou technologie qui nous sauvera.
Nous n'avons pas le temps de la developper.

Les délais du changement climatique actuel sont trop courts pour que l'homme et une partie de la nature aient le temps de s'adapter, c'est là la grande différence avec les precedentes périodes de changement du climat.

mg | 15 décembre 2011 à 14h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Les réductions d'émissions de notre industrie UE 15 depuis 1990 sont de près de 30% soit autant de plus que l'engagement Kyoto de la France.
Le sabordage de l'industrie européenne servira-t-il à atténuer le réchauffement global? J'en doute fort. Par contre, il réjouit la Chine et les USA, ce qui est logique. Il est aussi logique que le Canada se retire de ce tragique engagement.
NB: je ne nie pas le phénomène du réchauffement qui est réel (on le sait depuis les années 1970 voire bien avant) mais les sommets sont inutiles voire nuisibles pour l'activité en UE.

Albatros | 15 décembre 2011 à 22h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La seule chose qu'on pourrait faire en France, ce serait de se lancer seule, sans attendre tout le monde, dans des modèles expérimentaux de developpement et de façon de vivre pauvres en énergie, la seule voie durable. Le Grenelle est passé à côté. Il n'a pas voulu du meilleur - 20 %, celui du - 20 %, qui devrait être - 50, d'énergie consommée. Celà aurait été un vrai 4 x 20. et ce serait possible pour vivre mieux, mais c'est tout à inventer et convaincre. Les autres auraient ensuite pu nous rejoindre.

Casterac | 18 décembre 2011 à 23h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Article que je trouve très décevant, on apprend très peu de choses sur Durban, à part qu'on "repousse à 2020", et que faute de mieux, Kyoto restera en vigueur. Et pourtant les dirigeants ont quand même fait bouger les choses, notamment permettant, pour la première fois que tous les grands pays émetteurs de gaz à effet de serre (USA compris) acceptent de s'inscrire dans un accord global entre les 194 pays de l’ONU pour réduire leurs émissions. C'est la première fois que sont impliqués les pays en développement (y compris l'Inde, même si d'après ce texte, elle ne prendrait pas "le moindre accord contraignant"). Le principe d'équité dont parle la représentante indienne est évident. Les pays développés ont pollué depuis 200 ans et les problèmes de réchauffement sont aujourd'hui leur faute quasi exclusivement. Dans ce contexte, engager des pays ou des millions d'habitants souffrent de la faim sur la négociation climatique est déja une formidable avancée. Par ailleurs citer le brésil et la réforme de son code forestier n'a rien a voir avec Durban il me semble.. une manière de plus de noircir le tableau... Il y a eu également
Enfin il faut replacer Durban dans son contexte: (crise de la dette etc.) reléguant le climat au second plan. Face à ça L'Europe (moteur à Durban) ne doit pas lâcher prise, car tout reste à faire d'ici à 2015. Même si le cadre juridique des engagements à venir reste à préciser, refuser de voir les avancées et critiquer à tout va est une attitude bien facile

florent | 08 janvier 2012 à 19h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Agnès Sinaï

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…