En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Biodiversité : le Pnue note des progrès et encourage la communauté internationale

La quatrième édition des Perspectives mondiales de la diversité biologique, publiée par le Pnue, met en évidence les progrès réalisés depuis l'adoption d'objectifs chiffrés à Nagoya en 2010. Une note positive pour encourager les politiques.

Biodiversité  |    |  Florence RousselActu-Environnement.com

A l'occasion de la douzième conférence des Parties de la Convention sur la diversité biologique (COP 12) qui se déroule à Pyeongchang (République de Corée), du 6 au 17 octobre, le Programme des Nations unies pour l'environnement (Pnue) encourage les pays signataires à poursuivre leurs efforts. Il s'appuie notamment sur la quatrième édition des Perspectives mondiales de la diversité biologique (GBO4) dans laquelle il met en avant "des progrès significatifs" pour répondre aux objectifs d'Aichi votés en 2010 à Nagoya (COP 10 au Japon). Une "bonne nouvelle" selon Braulio Ferreira de Souza Dias, sous-secrétaire général des Nations Unies et secrétaire exécutif de la Convention sur la diversité biologique.

Le Plan stratégique pour la biodiversité 2011-2020 et ses 20 objectifs d'Aichi ont été adoptés par la communauté internationale en 2010 à Nagoya, au Japon, et ont depuis été réaffirmés par l'Assemblée générale des Nations Unies et au sommet de Rio+20 en 2012. Après quatre ans de mise en œuvre, le Pnue constate des progrès en matière de zones protégées (objectif 11) : "La zone terrestre de la planète protégée pour sa biodiversité est en augmentation constante, et la désignation d'aires marines protégées s'accélère. Presque un quart des pays ont dépassé l'objectif de protéger 17% de leur zone terrestre".

En matière d'accès et partage des avantages des ressources génétiques (objectif 16), le Protocole de Nagoya entrera en vigueur le 12 octobre 2014 après sa ratification par 51 parties avant l'échéance de 2015. En Europe, l'Espagne, le Danemark, la Hongrie et l'Union européenne l'ont ratifié. La ratification française devrait intervenir courant 2015.

Enfin, le Pnue note que 179 des 194 parties de la Convention ont développé des stratégies de biodiversité et des plans d'actions sur le plan national (objectif 17) ; dont 57 sont toujours d'actualité.

Les modèles agricoles en cause dans 70% des pertes de biodiversité

Mais aussi positifs soient-ils, ces progrès ne suffiront pas à ralentir l'érosion de la biodiversité. Le Pnue appelle donc les pays signataires de la convention à multiplier leurs efforts pour limiter la dégradation des habitats, limiter les pollutions des milieux, réduire les pressions sur les écosystèmes… "L'atteinte de ces objectifs communs nécessite des changements dans la société, y compris une utilisation beaucoup plus efficace de la terre, de l'eau, de l'énergie et des matériaux, en repensant nos habitudes de consommation et, en particulier, en procédant à de grandes transformations des systèmes de production alimentaire". Les modèles agricoles sont particulièrement visés car ils sont à l'origine de 70% des pertes projetées de la biodiversité terrestre. Le Pnue met donc en avant les solutions pour créer "une agriculture et des systèmes alimentaires durables" : augmentation durable de la productivité par la restauration des services écosystémiques dans les paysages agricoles, réduction du gaspillage et des pertes dans les chaînes d'approvisionnement, et évolution des habitudes de consommation.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…