Actu-Environnement
 
   
 

Champs électromagnétiques : les effets d'une faible exposition

Les fonctions de l'équilibre énergétique, tels que le sommeil, la régulation thermique et la prise alimentaire, sembleraient perturbées chez de jeunes rats lors d'une exposition à des champs de type antennes-relais, selon une étude Ineris-UPJV.

Hygiene / Securite / Sante  |    |  Actu-Environnement.com

"L'exposition chronique à des radiofréquences de faibles intensités favoriseraient les mécanismes d'économie d'énergie des rats : ils se mettent dans un état d'alerte" souligne René de Seze, directeur de recherche dans l'unité de toxicologie expérimentale de l'Ineris.

Les premiers résultats des travaux de l'équipe mixte Peritox "Périnatalité et risques toxiques" de l'Ineris et de l'Université de Picardie Jules Verne (UPJV) montreraient ainsi qu'une faible exposition (0,1 à 0,3 milliwatts/kg) modifie les comportements physiologiques de ces mammifères. Les jeunes rats, exposés dans l'expérience à un champ électromagnétique d'une fréquence de 900 MHz et d'une intensité de 1 V/m, présentent en effet des comportements différents du groupe témoin (qui évolue dans un environnement "neutre"). Pour mémoire, la valeur limite du débit d'absorption spécifique (DAS) imposée par la réglementation est de 80 milliwatts/kg.

Augmentation des prises alimentaires

Si la température corporelle globale ne change pas, les scientifiques ont toutefois observé que les animaux exposés réduisent localement leurs stratégies de refroidissement (vasodilatation) lors d'une augmentation de températures. De la même manière, les prises alimentaires des rats soumis à des ondes électromagnétiques s'avèrent également plus importantes à 31°C que celles du groupe témoin.

Autre conséquence de cette exposition : une modification des cycles de sommeil. La fréquence des épisodes de sommeil paradoxal augmenterait en effet pour une même durée. "Nous connaissons les effets d'une privation de sommeil paradoxal, mais nous ne savons rien des impacts d'une modification des fréquences, par exemple sur la mémorisation", note René de Seze.

Selon les mécanismes impliqués, les constats des tests pourraient être transposables à l'homme.

Reste désormais aux scientifiques à consolider et approfondir ces résultats. Les chercheurs souhaitent également tester si la différence de comportement alimentaire pourrait conduire à une augmentation de la masse corporelle.

Pour contourner les éventuelles interférences des électrodes avec les champs électromagnétiques, ils pourraient renouveler cette expérience à l'aide de caméra infrarouge.

Troubles de la concentration

Acouphènes, troubles du sommeil et de la concentration, une enquête de l'Association Santé Environnement France (ASEF) dénonçait en 2011, à l'issue de son enquête dans une cité HLM d'Aix-en-Provence, les impacts des antennes-relais sur la santé des riverains.

Si l'impact des ondes électromagnétiques sur la santé nécessite des recherches complémentaires, le principe de précaution peine à se faire respecter.

Initialement prévu le 31 janvier 2013 à l'Assemblée nationale, le vote de la proposition de loi écologiste relative aux ondes électromagnétiques a été reporté et le projet renvoyé en commission des affaires économiques.

Réactions15 réactions à cet article

 

Ces problèmes d'effets des faible champs magnétiques posent au moins une question: tout le monde baigne dans mélange d'ondes de toutes natures (radio Grandes ondes, Onde moyennes, Onde Courtes, Onde Ultracourtes, téléphone, télevision, WiFi, Bluetooth etc..) et malgré tout ça il n'est toujours pas clairement établi d'effets AVEC LES LONGUEURS D'ONDES EMPLOYEES parce qu'avant de les choisir on vérifié leur effets, ou plutôt leur absence d'effets immédiats et tangibles.
Imaginons qu'il y ait vraiment un problème, une menace: la solution serait de cesser d'utiliser les téléphones portables (par exemple, si c'était d'eux que venaient la menace).
QUI imagine la disparition des téléphones portables aujourd'hui????

ami9327 | 03 avril 2013 à 17h47
 
 

Dans cet ordre d'idée : les bracelets électroniqus qu'on va mettre au pied d'un nouveau-né pour lui éviter d'être enlevé peut-il lui nuire.

Question inspirée par un sujet traité dans un JT d'hier

Georges | 04 avril 2013 à 08h18
 
 

Comment la société, la sphère économique ont fait pendant des décennies avant que le téléphone portable se généralise ? Les gens ne communiquaient pas entre eux ? Les entreprises n'arrivaient pas à se joindre, à passer commande, à se faire livrer ? Le téléphone portable apparaît comme LA solution d'aujourd'hui... Mais c'est bien la représentation même -l'incarnation - d'un système économique qui a besoin de vendre un produit et qui va mettre en oeuvre tous les moyens pour l'imposer. Bien sûr, on peut toujours raisonner sur la base de la "ringardise" (un téléphone filaire ? Quelle horreur ? C'est complètement "has been" !!), mais toujours est-il qu'il n'a pas été mis en évidence avec ces téléphones filaires dit "préhistoriques" d'incidences spécifiques sur la santé humaine... Toujours plus vite, toujours plus loin, toujours plus rapide, toujours plus high-tech... toujours plus malade ?

DunbarHN | 04 avril 2013 à 09h22
 
 

Bonjour,
Il est vrai que nous baignons dans un environnement électromagnétique qui ne cesse d'augmenter au fil des années.
L'article cite comme faible émission "1 V/m" ! A partir de 0,1 ou 0.2 V/m mesuré dans une chambre à coucher, des effets sur la santé sont constatés 'maux de tête, saignements de nez, vertiges, douleurs localisée, etc. Pas besoin d'étude ou d'être un scientifique pour constater cela.
Où trouvons-nous ce degré d'exposition ? Partout malheureusement !
Le Wifi d'une box, 3 à 6 V/m devant l'appareil, idem pour le téléphone sans fil qui émet bêtement 24h/24, etc.
Quant à la téléphonie mobile, 3 à 4 V/m sont souvent mesurés à proximité des antennes.
Au contraire, il y a tellement de preuves de la nocivité des ondes depuis les années 1960, qu'il faudrait être une autruche avec la tête enfoncée dans le sable pour continuer à croire aux jolis démentis des industriels et des gouvernements. Nous parlons de milliards d'€ de chiffre tous les ans. Aucune étude publiée à ce jour ne montre qu'il n'y a pas d'effet sur la santé !

Personne n'imagine devoir se passer du portable !

Par contre, vous seriez très certainement intéressés de savoir pourquoi autant d'appareils électroniques émettent des hautes fréquences pour rien. La rareté du cuivre, son prix, et donc le désir de réduire ce type de câbles dans les appareils, voitures, etc. augmente forcément les messages électromagnétiques véhiculés dans l'air.
Bien à vous,
JP

Choix de Vie | 04 avril 2013 à 10h00
 
 

Cela va dans le sens de l'auto destruction.
Tout le monde sait très bien la nocivité des ondes mais personne ne fait rien. Commencez par vos maisons. Repasser tout en filaire et isoler les murs avec de la peinture au carbone (type militaire). En plus mettez de la filerie (fil de phase) blindée. De cette façon vous limiterez fortement les champs électriques.

Il n'y a malheureusement pas d'autres solutions, le reste n'est que discours.

arthur duchemin | 04 avril 2013 à 10h30
 
 

Que dire également des ondes électromagnétiques dégagées par les Lignes THT 400 Kv ? Des maisons ont avec permis de construire en bonne et due forme été bâties sous des THT notamment à LA POMPONNETTE 77400 Qu'en est-il de la santé des personnes qui y habitent. il existe des études épidémiologiques également mais plus personne n'en parle !!!
Merci de me dire s'il y a également du nouveau à ce sujet. RTE reste étonnamment silencieux !

ADSEP | 04 avril 2013 à 14h39
 
 

J'habite au 1er étage un grand immeuble d'habitations de 14 étages. Il y a 5 ans un commerçant de portables et de réparations s'est installé pile en-dessous de mon logement, visiblement sans précaution aucune, car quelques mois après son installation j'ai ressenti d'abord des problèmes de sommeil (moi qui n'en ai jamais eu !), des palpitations du coeur, des douleurs aux jambes, puis de fortes brûlures sous la peau, de forts picotements à la tête, surtout autour et dans les oreilles et dans la nuque, des pertes d'équilibre etc... Un ami, lui-même EHS, m'a dit que ça ressemble fort à de l'électrosensibilité, il a fait des mesures avec ses appareils et il s'avéra que plusieurs wifis du commerce de portables en-dessous de chez moi rayonnaient en permanence = 24 h 24 h chez moi, ainsi que 42 wifis ((le plus proches voisins ont accepté de se câbler) plus éloignés et d'innombrables téléphones DECT. Allant de plus en plus mal, lorsque j'étais chez moi, j'ai dû finir par blinder tout mon logement (sols et murs), mais les lésions physiques déjà subies sont trop graves pour disparaître vraiment. Ajoutons que je n'ai aucun téléphone portable, aucun wifi, aucune ampoule basse consommation etc. dans mon logement (tout est câblé ) . Toutes les ondes viennent donc de mon immeuble où on est donc en train de s'entretuer à coups de wifis etc. Mon logement blindé protège les gens habitant au-dessus de chez moi, mais moi je ne suis protégé par personne.

Fourmi | 04 avril 2013 à 18h42
 
 

"les constats des tests pourraient être transposables à l'homme".
Mais l'INERIS dit aussi le "DAS"homme" vaut le "DASrat"/4, faut-il penser que le danger pour l'homme apparait avec des valeurs multipliées par 4 ?

deltapap | 04 avril 2013 à 20h03
 
 

Dans le cas des lignes trés haute tension ce ne sont pas tant les ondes que le fort champ électrique qui peuvent inquiéter. Comme le champ est alternatif son effet n'est pas aussi fort et net que s'il était continu. (dans d'autres pays il existe des lignes THT en courant continu, mais ça reste rare) Normalement il est interdit de construire en dessous et pourtant on voit assez souvent des habitations, des parkings de supermarché ou même des hypermarchés traversés par des telles lignes. Il vaut mieux ne pas imaginer une rupture de ligne a 440 000 volt au dessus de ces zones...
Maintenant qu'en est-il des habitants? Souffrent-il de l'influence de ces lignes ou de la crainte qu'elles leur inspirent (risque de rupture)?
Pas évident de répondre et de faire la part des choses. De toute façon je trouve choquant qu'il y ait des habitations en dessous.

ami9327 | 04 avril 2013 à 22h07
 
 

Pour ma part, j'habite dans un lotissement traversé par une ligne moyenne tension de 42.000 Volts, d'après les informations fournies par le Maire. Ma maison est distante de 60 mètres de cette ligne moyenne tension, mais mes voisins en face, se trouvent quasiment en dessous de la ligne... et comme par hasard, ils souffrent de troubles du sommeil, de douleurs ... Alors s'agit-il de symptômes uniquement psychosomatiques auquel cas une bonne majorité de mes voisins seraient des angoissés ?
En tous cas, quand j'ai demandé à RTE des informations sur le voltage de la ligne, ils m'ont demandé de leur fournir la localisation sur carte IGN et de leur fournir des photos de leur propre ligne.... Cela fait 1 an que j'ai fait la demande, je n'ai jamais reçu de réponse... Etonnant, non ?

DunbarHN | 05 avril 2013 à 09h41
 
 

Il n'existe aucune à ce jour aucune loi en France interdisant de construire sous une ligne à haute tension. Les terrains y sont même moins chers qu'ailleurs.

Le souci sous une ligne HT, c'est le champ magnétique. (effet sur les cellules). Le champ magnétique ne vous incommode pas comme pourrait le faire un Wifi ou un tél. DECT, puisque son effet se fait sur nos cellules. Les symptômes sont généralement un système immunitaire faible, des maladies à répétition, les unes après les autres, sans comprendre. Ceux qui ont la chance d'avoir un médecin de famille ouvert à cette problématique, peuvent comprendre l'origine de leurs maux.

Le champ électrique d'une ligne HT ne pose pas trop de problème puisqu'il ne pénètre pas vraiment une maison de construction traditionnelle
(brique-béton).

Choix de Vie | 05 avril 2013 à 10h08
 
 

Ma modeste maison Phénix plain pied ("armature" fer donc) est en retrait de 25 mètres de ma rue.

Un outil de coupure d'une ligne de moyenne tension est précisément à côté de ma grille .

Est-ce que ça a des conséquences sur ma santé ?

Comment le savoir ?

Que mesurer et avec quoi ?

Merci

Jean-Marie | 05 avril 2013 à 11h53
 
 

Il existe un organisme international "Comission Internationale sur les Radiations Non Ionisantes" qui traite de tous ces sujets (influence de l'électricite, des champs magnétiques, des ultrasons, des rayons lumineux). C'est trés technique mais c'est ce qui sert de référence aux organismes nationaux. Certaines publications existent en français. En 1998 ils ont rédigé un document de recommandation et en 2009 ils ont revisé ces recommandations: Le document complet est à vendre donc pas facile de savoir ce qui a changé. (sans acheter un ou deux documents)

ami9327 | 05 avril 2013 à 17h02
 
 

je voudrai savoir les effets du bracelet électronique si celui-ci peut provoquer des leucemie?

azohia | 25 juillet 2013 à 18h27
 
 

Les bracelets anti-vol-bébé utilisent la technique RFID (radio fréquences identité). Des boitiers disséminés dans les hôpitaux émettent en permanence des ondes qui sont captées par les bracelets.
A priori on pourrait penser que l'émission d'ondes ne se fait que depuis le boitier, mais alors comment font-ils pour retrouver un bébé perdu dans un hôpital ? Pour ce faire, il faut que le bracelet émettent aussi en permanence...

Choix de Vie | 01 août 2013 à 10h33
 
 

Réagissez à cet article

1500 caractères maximum
[ Tous les champs sont obligatoires ]