En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Chèque énergie : la CLCV craint l'exclusion de ménages bénéficiaires

Bâtiment  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com

L'association de défense des consommateurs CLCV (Consommation, logement et cadre de vie) estime que les conditions de mise en place du nouveau chèque énergie risquent "d'exclure nombre de bénéficiaires en situation de précarité énergétique".

Pour rappel, le chèque énergie doit se substituer en 2018 aux tarifs sociaux de l'électricité et du gaz. Etendu à toutes les énergies (électricité, gaz, fioul, bois,...), il doit permettre aux ménages aux faibles revenus d'obtenir une aide au paiement de leur facture. Fixé en fonction des revenus et de la composition des ménages, son montant varie de 48 à 227 euros. Il s'élève en moyenne à 150 euros, contre 140 euros pour les tarifs sociaux.

Le chèque énergie est testé depuis mai 2016 en Ardèche, en Aveyron, dans les Côtes d'Armor et le Pas-de-Calais. Cette expérimentation dure jusque fin 2017. Selon leurs revenus fiscaux, 173.000 chèques ont été envoyés aux bénéficiaires des quatre départements. Soit 40% de ménages en plus que les bénéficiaires des tarifs sociaux en 2015, a annoncé en novembre dernier le ministère de l'Environnement. Mais selon la CLCV, "certains profils d'usagers dans les territoires expérimentaux ont vu leur allocation diminuer, notamment ceux qui cumulaient un tarif social pour l'électricité et le gaz". Tandis que des foyers ont reçu le chèque énergie "sans explication claire sur la façon de l'utiliser".

La CLCV critique le panel des quatre départements retenus qui "reste trop peu représentatif et n'intègre presque pas de territoires très urbains". Selon l'association, les premiers rapports de la Direction générale de l'énergie et du climat (DGEC) indiqueraient que ce chèque "n'est utilisé que par 60% des ménages bénéficiaires". La CLCV craint que ce pourcentage "soit moindre dans des territoires plus urbains et denses".

Les tarifs sociaux touchent aujourd'hui environ 3,2 millions de ménages en France, d'après le ministère de l'Environnement. Le chèque énergie devrait être généralisé, à compter de 2018, pour aider environ 4 millions de ménages, dont 67% en situation de précarité, selon l'Observatoire national de la précarité énergétique (ONPE).

Près de 6 millions de ménages français sont victimes de la précarité énergétique, soit plus de 1 Français sur 5, d'après l'ONPE.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…