Actu-Environnement
 
 

Cogénération: une filière en danger

Energies  |    |  Actu-Environnement.com

"Avec la fin du système d'obligation d'achat, la moitié des installations de cogénération pourrait disparaître en France d'ici fin 2015", a averti Patrick Canal, Délégué général du Club Cogénération à l'ATEE, lors du Congrès du Gaz à Paris. "En 2010, 900 millions d'euros ont été reversés aux producteurs d'électricité par cogénération, mais ce montant, avec la fin programmée d'achats subventionnés, risque de diminuer progressivement pour atteindre 120 millions d'euros en 2015", a-t-il ajouté.

En effet, 98 % des premiers contrats d'obligation d'achat se termineront fin 2013. Sans cette aide, une importante partie des installations françaises de cogénération risque d'être démantelée malgré le fait que la cogénération soit un des meilleurs systèmes de production électrique décentralisée. La faute à un manque de débouchés pour la valorisation de l'énergie thermique produite mais également en raison du bas prix de l'électricité en France.

Pourtant, la cogénération affiche désormais des rendements de l'ordre de 90 %, soit un niveau bien meilleur que les centrales à cycle combiné gaz (maximum 60 % de rendement). De plus, en produisant simultanément de la chaleur et de l'électricité à partir d'un seul combustible,

Réactions2 réactions à cet article

 

"Le rapport sur les installations de cogénération sous obligation d’achat" de 2007 et toujours présent sur le site du minitère du dev. durable avait déjà annoncé la couleur. Au niveau environnemental, il est même conseillé de se chauffer au tout électrique (p.6) - qui ne dégage pas de pollution... euh non pardon, pas de CO2.

Au final, la filière historique de l'énergie française aura cassé toute les véléités d'autonomie énergétique d'un foyer grace aux EnR. Mais ils nous auront créé une nouvelle taxe -la CSPE- qui revient in fine dans leur poche. Un tour de passe-passe digne des plus grands et je suis sûr que vous en conviendrez ?

On se dit qu'au bout du compte, on aurait pu, dès le début instauré une hausse de tarif, dans le fond. Mais, chers consommateurs, ne vous inquitez pas, les solutions existent : Après le co-voiturage, viendra le co-éclairage et le co-chauffage - pour paraphraser les guignols. Encore que, vous dégagerez toujours plus de CO2 que le nucléaire...

Hannicare | 20 septembre 2011 à 17h02
 
 

De toute façon, il est impensable pour eux qu'un foyer soit autonome énergétiquement, sinon fini AREVA, TOTAL, EDF, GDF, VEOLIA etc....
Pour nous consommateur :
- un seul mot : économie
- une seule action : décroissance

fab08 | 20 septembre 2011 à 22h13
 
 

Réagissez à cet article

1500 caractères maximum
[ Tous les champs sont obligatoires ]