Actu-Environnement
 
 
 
 

Le commerce des déchets : un défi pour le recyclage en Europe

Dechets / Recyclage  |    |  Euractiv.fr

L'UE tente de réduire sa dépendance à l'importation de matières premières en améliorant ses méthodes de récupération et de recyclage. Mais elle reste l'un des principaux exportateurs de déchets de toute sorte.

Malgré les initiatives de Bruxelles pour promouvoir les déchets comme une ressource, ceux-ci sont fréquemment expédiés par bateau vers les pays émergents d'Asie au lieu d'être réutilisés en Europe.

Les exportations de déchets en provenance d'Europe ne se limitent pas aux matières illégales et dangereuses qui font la une des journaux, où l'on peut voir des ouvriers défavorisés démanteler toute sorte de déchets en Inde, de la simple pile au vieux navire de guerre contenant de l'amiante.

1,2 à 7,8 millions de tonnes

Ces exportations incluent également des expéditions légales de déchets non dangereux comme les métaux, le papier et le plastique. Ces déchets n'ont pas besoin d'être notifiés dans la mesure où ils ont une valeur économique et représentent une source de matières premières de récupération pour les pays émergents.

Selon un rapport publié en 2008 par l'Agence européenne pour l'environnement (AEE), le volume de ces exportations a fortement augmenté entre 1995 et 2005, en particulier vers la Chine et l'Extrême-Orient.

Parmi les grandes économies asiatiques, Pékin est le principal partenaire de l'Europe dans le domaine des déchets. Mais l'Inde et l'Indonésie s'approvisionnent également en ...

© Tous droits réservés Actu-Environnement Reproduction interdite sauf accord de l'Éditeur ou établissement d'un lien préformaté [13798] / utilisation du flux d'actualité.

Réactions2 réactions à cet article

 

Le bon terme est "débris", le commerce de déchets est interdit.

Hannicare | 12 octobre 2011 à 11h31
 
 

Une bien étrange situation que voilà.
Dans un registre professionnel il m'est demandé de chercher à collecter des partenaires industriels étrangers (mais européens) pour recycler leurs déchets et notamment métalliques.
En première lecture, j'ai trouvé l'idée absurde en me transposant à la place dudit industriel:
En effet, si je dispose de 40 tonnes de métaux à évacuer pour recyclage, et sachant que je vis en France, un pays qui compte 3 millions deux cent mille chômeurs, je songerais probablement à trouver une entreprise de recyclage locale (française) plutôt que de laisser partir la matière à fort potentiel se faire traiter en Pologne ou en Allemagne et qui y sera revendue le prix cher lors de sa seconde vie.

Franchement, je ne comprends pas comment on arrive à passer à côté d'un massif aussi rentable.

Mais après avoir lu votre texte (sans pour autant comprendre les comportements je l'avoue), je vois que j'ai cependant toutes les chances de trouver des partenaires. Moi qui me voyais déjà afficher un taux d'échec de 99%, me voilà rassuré....

Merci pour tout

VtBx | 21 novembre 2013 à 03h04
 
 

Réagissez à cet article

1500 caractères maximum
[ Tous les champs sont obligatoires ]