Actu-Environnement
 
 
 
 

La Direction générale de l'aviation civile publie son rapport environnement 2011

Transport  |    |  Actu-Environnement.com

Le 10 juillet, le Direction générale de l'aviation civile (DGAC) a publié son rapport environnement pour l'année 2011. Le document de 32 pages fait le point sur les actions conduites en 2011 et sur les perspectives.

"Il explique notamment comment la DGAC agit en amont pour prévenir les nuisances liées au transport aérien (bruits, émissions polluantes…) [et] montre les mesures prises par la DGAC pour réduire ces nuisances", explique la Direction, ajoutant qu'"il insiste sur les actions de concertation menées par la DGAC avec les élus, les riverains et les professionnels du transport aérien, ainsi que sur les efforts de transparence de l'administration".

Trois bonnes nouvelles

En introduction du rapport, Patrick Gandil, directeur général de l'aviation civile, se félicite de "trois bonnes nouvelles qui préparent l'avenir du développement durable de l'aviation civile". Il s'agit tout d'abord du "spectaculaire développement des carburants alternatifs, susceptibles de remplacer en partie les carburants fossiles". A la DGAC de "relever le défi pour que les biocarburants, hier chimère, aujourd'hui possibilité, deviennent demain une réalité", s'enthousiasme Patrick Gandil.

La deuxième bonne nouvelle est "le retour en scène de la communauté internationale et de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI)". Patrick Gandil fait ici référence au litige qui oppose l'Union européenne à la plupart des autres Etats au sujet de l'inclusion du transport aérien dans le système d'échange de quotas d'émission de gaz à effet de serre (EU-ETS) depuis du 1er janvier 2012. "La volonté de l'Europe d'agir en matière de lutte contre le changement climatique (…) a réveillé la communauté internationale et redonné du sens à l'action collective pour développer le transport aérien", estime-t-il, plaidant contre "une guerre commerciale qui ne serait profitable à aucune nation" et pour "réinventer les règles du jeu du secteur aérien".

Enfin, "après cinq années d'efforts ininterrompus [en faveur de l'environnement et menés par les constructeurs, les aéroports, les compagnies, le contrôle aérien et l'administration]", le directeur général de l'aviation civile juge le secteur peut "légitimement demander à ce que ces efforts soient reconnus par tous". "L'heure où le secteur aérien était vilipendé par principe est aujourd'hui révolue", plaide Patrick Gandil.

Réactions1 réaction à cet article

 

Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil.
Merci à la DGAC et aux pouvoirs publics d'être les véhicules des mensonges du lobby aérien.
Lors du Grenelle, la DGAC a annoncé pour 2020 une baisse des émissions d'oxydes d'azote de 80 %, soit une division par 5. Ces émissions d'après AirParif ont augmenté, donc mensonge.
Pour le relèvement des trajectoires à l'atterrissage, les pouvoirs publics ont annoncé une réduction du bruit de 50 %, mensonge. Le bruit a été réduit de 2 dB pour une toute petite partie de la population.
Un journaliste spécialisé dans l'environnement ne doit pas se faire le porte-parole des mensonges, même si ceux-ci sont émis par cette sérieuse entité qu'est la DGAC.
merci de rétablir la vérité de façon objective
Patric Kruissel, président de l'UFCNA

Patric Kruissel | 12 juillet 2012 à 15h47
 
 

Réagissez à cet article

1500 caractères maximum
[ Tous les champs sont obligatoires ]