Actu-Environnement
 
   
 

Distribution d'énergie : les services publics en conflit d'intérêt pour la transition énergétique ?

Alors qu'ERDF et GRDF occupent un rôle clé notamment pour le développement des EnR et la lutte contre la précarité énergétique, Amorce remet en cause la stratégie de ces gestionnaires de réseaux au regard des attentes des collectivités et de la réappropriation locale de la question énergétique.

Reportage vidéo  |  Energies  |    |  Actu-Environnement.com
Distribution d'énergie : les services publics en conflit d'intérêt pour la transition énergétique ?

En France, ERDF et GRDF gèrent 95% du réseau énergétique soit 1,2 million km de lignes de distribution. Pour autant et à l'heure de la transition énergétique, ces gestionnaires évoluent-ils en fonction des besoins des collectivités et en faveur d'une sobriété ? Certains acteurs locaux et associations estiment eux qu'ERDF et GRDF ont des difficultés à coordonner la distribution des différentes énergies. Certaines collectivités reprochent à ces gestionnaires un manque de transparence. Privées de certaines informations comme les points de consommation, elles se retrouvent engagées dans des travaux de réseaux non négociables et qui vont parfois à l'encontre d'une politique de réduction de la consommation énergétique. Cela pose particulièrement problème dans des régions frappées par la précarité énergétique, comme dans le Nord-Pas-de-Calais, où des travaux d'économie d'énergie devraient être la priorité.

Vers une décentralisation de la gestion

La gestion du réseau de distribution devrait-elle être confiée aux collectivités ? 5% est déjà géré par des entreprises locales, à l'instar de la Bresse et Montdidier où des régies locales produisent une partie des besoins électriques de ces communes. Cette gestion permet à chacun d'y trouver son compte. Les bénéfices dégagés par la régie sont en partie reversés à la commune mais aussi aux habitants à travers des allègements d'impôts ou encore une aide pour des travaux énergétiques.

Réactions3 réactions à cet article

 

Il est vrai qu'Erdf et Grdf ont une position ultra-dominante sur la gestion des réseaux de gaz et d'électricité. Mais le réseau appartient aux collectivités locales, c'est donc à elles de s'assurer qu'Erdf et Grdf font bien leur travail et assurent le service public pour lesquels ils sont mandatés. La difficulté vient des compétences des collectivités locales : elles n'ont en général pas les moyens de vérifier la qualité du travail réalisé par les concessionnaires. Et puis ces derniers n'offrent pas d'alternative. Effectivement le passage en régie locale peut être une solution mais il me semble que dans un premier temps, renforcer l'expertise des collectivités locales et leur donner les moyens de faire respecter les exigences de service public serait le plus simple.

StephT | 11 juillet 2013 à 11h21
 
 

En partie d'accord avec StephT, mais comment faire ? Les syndicats d'énergies (qui gèrent les réseaux d'électricités, notamment, pour le compte de leurs communes adhérentes) ont par exemples bien du mal à récupérer ne serait ce que les données qui leurs sont dues par ERDF.

Romain Lamotte | 11 juillet 2013 à 17h46
 
 

Pour qu'une collectivité soit capable d'avoir les compétences pour contrôler le travail d'ERDF et de GrDF, il foit qu'elle se dote des mêmes compétences d'expertise que si elle passait en régie, pas plus, pas moins... A partir de ce moment là autant se passer d'un intermédiaire qui ne fait plus que passer commande à des sous-traitants.

Redux | 12 juillet 2013 à 10h07
 
 

Réagissez à cet article

1500 caractères maximum
[ Tous les champs sont obligatoires ]