Actu-Environnement
 
 
 
 

Le financement de la politique de l'eau doit-il reposer sur la seule facture d'eau ?

Les services publics d'eau et d'assainissement doivent résoudre une difficile équation : les coûts augmentent, la consommation d'eau baisse, les ménages sont moins solvables. D'autres sources de financement semblent nécessaires.

Eau  |    |  Actu-Environnement.com

Daniel Marcovitch, président du Comité consultatif sur le prix et la qualité des services du Comité national de l'eau (CNE) et conseiller de Paris, a présenté le 2 mai un rapport collectif dédié au financement et à la durabilité des services publics d'eau et d'assainissement. Cette présentation a été faite à l'occasion d'un débat organisé par le Cercle français de l'eau (CFE).

Il devrait alimenter les réflexions actuelles sur une modification de la politique de l'eau qui pourrait constituer le principal ordre du jour de la prochaine conférence environnementale en septembre.

Le prix de l'eau augmente

"La gestion des services publics d'eau et d'assainissement est en pleine mutation", constatent Laurent Roy, directeur de l'eau et de la biodiversité au ministère de l'Ecologie, et Jacques Pélissard, président de l'AMF, dans l'introduction du rapport.

Quelles sont ces mutations ? La réglementation se renforce, en particulier en matière de lutte contre les fuites et la protection de la ressource en eau. Les consommations d'eau déclinent, comme l'illustre la baisse remarquable de 31% constatée entre 2003 et 2008 sur l'agglomération nantaise. En revanche, le prix de l'eau… augmente.

Tant et si bien qu'il devient souvent le critère essentiel dans le choix de déléguer ou non la gestion des services d'eau et d'assainissement. "Plus la concurrence est forte, moins la gestion déléguée semble en odeur de sainteté", relève à ce propos Loïc Mahevas, président de Service Public 2000, société de conseil au secteur public en ingénierie contractuelle, qui soulève ce paradoxe, alors que le manque de concurrence dénoncé pendant longtemps a totalement disparu selon lui. L'ère du temps est à un retour massif en régie de nombre de services d'eau et d'assainissement.

Pourquoi constate-t-on une telle hausse du prix de l'eau ? Elle est rendue nécessaire par les règles sanitaires ou environnementales plus strictes, en particulier sous l'influence des directives européennes. Bernard Barraqué, directeur de recherche CNRS au Cired, estime ainsi à 150 milliards d'euros le coût de mise en œuvre en Europe de la directive sur les eaux résiduaires urbaines. La hausse du prix s'explique aussi par le nécessaire renouvellement des ouvrages. "Le renouvellement des canalisations est de plus en plus prégnant", confirme Daniel Marcovitch. Le financement du traitement des pollutions diffuses, de la gestion des eaux pluviales et de la prévention des inondations expliquent également cette évolution.

Qui doit payer : l'usager ou le contribuable ?

La question de fond du débat sur le financement des services est précisément celle de savoir si l'usager du service public d'eau potable doit payer à travers sa facture la totalité du coût de la politique de l'eau. Bernard Barraqué estime que c'est déjà "un scandale de payer l'assainissement dans la facture d'eau", les stations d'épuration ne rendant pas service à ceux qui y sont raccordés mais à ceux qui sont en aval. Et de prendre l'exemple des Pays-Bas où le prix de l'eau est éclaté en trois parties (adduction d'eau, collecte des eaux usées, épuration) payées à trois entités différentes : entreprise de distribution d'eau, commune, wateringue (équivalent chez nous d'un établissement public de bassin).

En tout état de cause, le principe de base de l'Ecole française de l'eau selon lequel "l'eau paie l'eau" atteint aujourd'hui ses limites, estime Daniel Marcovitch. Ce qui semblait logique dans le cadre du financement des services publics d'eau et d'assainissement au sens strict pose aujourd'hui question alors que "les frontières entre petit et grand cycle de l'eau sont de moins en moins marquées", explique le vice-président du CNE.

Et de donner des exemples de cette dérive : usagers finançant des usines pour traiter les pollutions diffuses des nappes souterraines, facture d'assainissement servant à garantir la qualité du milieu récepteur ou à gérer les eaux pluviales, financement des zones humides et des études sur les inondations par les redevances aux agences de l'eau. "Existe-t-il un rapport entre le consommateur et les sommes très importantes qu'il faudra mettre en œuvre pour l'effacement des dizaines de milliers d'ouvrages qui sont un obstacle à la continuité écologique des cours d'eau ou à la gestion des eaux pluviales ?", interroge ainsi l'élu.

D'autant que la facture d'eau ne pourra augmenter indéfiniment : pour près de deux millions de foyers, elle dépasse 3% du budget du ménage, avec des pointes allant jusqu'à 10% du budget.

Récupérer les coûts auprès de toutes les catégories d'usagers

Des adaptations du système existant paraissent donc indispensables. Daniel Marcovitch évoque plusieurs pistes qui vont de la lutte contre les fuites de réseaux au regroupement des services (plus de 31.000 services d'eau et d'assainissement en France) en passant par une meilleure participation des usagers, des aides sociales aux plus démunis et la recherche de nouveaux financements. D'autant que la directive cadre sur l'eau (DCE) impose une récupération des coûts auprès de toutes les catégories d'usagers.

"Une hausse des prix pour certains professionnels est envisageable", estime le président du Comité consultatif sur le prix et la qualité des services publics d'eau et d'assainissement, qui explique que, grâce aux déductions de charges, l'eau leur est actuellement facturée 30% moins chère qu'aux ménages. "Par ailleurs, le principe pollueur-payeur, principe fondamental de toute économie environnementale, est largement sous-évalué pour les agriculteurs", ajoute-t-il, "et cela au détriment des usagers domestiques".

Daniel Marcovitch se dit favorable à conserver les budgets autonomes de l'eau partout où cela est possible mais en permettant des participations extérieures des départements, communautés de communes et régions. "Les établissements publics de coopération intercommunale vont devenir un nouvel outil de mise en œuvre des directives avec la future loi de décentralisation", fait remarquer Pierre-Alain Roche, président de l'Astee, à ce sujet.

Vers une modification des textes

En tout état de cause, le contenu de cette étude devrait alimenter la réflexion du CNE qui doit également examiner les rapports des trois missions d'évaluation de la politique de l'eau en cours : l'une du député Philippe Martin sur la gestion quantitative, une deuxième du député Michel Lesage plus axée sur son côté qualitatif, la troisième étant une mission d'inspection gouvernementale relative au bilan à mi-parcours des Sdage.

L'ensemble de ces travaux alimentera les propositions de modification des textes sur l'eau que la ministre de l'Ecologie, Delphine Batho, devrait présenter à l'occasion de la prochaine conférence environnementale.

Réactions8 réactions à cet article

 

Au moins, le coût directement imputé à l'usager possède une vertu, celle de l'apprentissage de la gestion économe. On n'a rien inventé de mieux, hélas, la conscience écologique s'accroît quand le porte-monnaie risque de s'allèger...
Je lis que l'application de la directive ERU nous coûte 150 milliards... Sommes-nous vraiment condamnés à les payer ?
Si c'est logique pour une collectivité importante aux effluents concentrés pouvant donc impacter fortement l'environnement, pourquoi ne pas en exonérer les petites collectivités au nom du principe de mitigation (balance entre les effets positifs sur l'environnement et ceux négatifs sur les finances privées et publiques, mettant en péril des budgets déjà fragilisés) ?

philippeb81 | 03 mai 2013 à 09h52
 
 

Au moins, le coût directement imputé à l'usager possède une vertu, celle de l'apprentissage de la gestion économe. On n'a rien inventé de mieux, hélas, la conscience écologique s'accroît quand le porte-monnaie risque de s'allèger...
Je lis que l'application de la directive ERU nous coûte 150 milliards... Sommes-nous vraiment condamnés à les payer ?
Si c'est logique pour une collectivité importante aux effluents concentrés pouvant donc impacter fortement l'environnement, pourquoi ne pas en exonérer les petites collectivités au nom du principe de mitigation (balance entre les effets positifs sur l'environnement et ceux négatifs sur les finances privées et publiques, mettant en péril des budgets déjà fragilisés) ?

philippeb81 | 03 mai 2013 à 09h54
 
 

Au moins, le coût directement imputé à l'usager possède une vertu, celle de l'apprentissage de la gestion économe. On n'a rien inventé de mieux, hélas, la conscience écologique s'accroît quand le porte-monnaie risque de s'allèger...
Je lis que l'application de la directive ERU nous coûte 150 milliards... Sommes-nous vraiment condamnés à les payer ?
Si c'est logique pour une collectivité importante aux effluents concentrés pouvant donc impacter fortement l'environnement, pourquoi ne pas en exonérer les petites collectivités au nom du principe de mitigation (balance entre les effets positifs sur l'environnement et ceux négatifs sur les finances privées et publiques, mettant en péril des budgets déjà fragilisés) ?

philippeb81 | 03 mai 2013 à 10h08
 
 

Les responsables politiques de notre société on une certaine tendance à reporter avec une facilité déconcertante les politiques environnementales onéreuses sur le contribuable sans revenir au fondamentaux. Il s'agit d'une denrée cruciale: L'EAU, attitude résumé par M. Nicolas HULOT: "Dans cette société du théâtre des apparences, le paraître prime sur l'être. Chacun le sait, mais tout le monde y cède. La débauche de communication masque l'ignorance, l'incompétence ou le manque de pouvoir. On donne l'illusion de traiter des choses. Mais la désillusion est totale, et le discrédit des politiques s'accroît."

Exemple constructif pour LES GRANDES VOIES DE CIRCULATIONS:
1- Gérer imperméabilisation des sols par le doublement de l’A9 soit près 250 hectares au cœur de l’agglomération de Montpellier qui revient à traiter et évacuer d’eau polluée de 2.500.000 m3 d'eau / An pour une pluviométrie de 97 cm/an.
2- La couverture de l’A9 est une solution durable qui préserve la qualité du milieu aquatique.
Sa conception évite ainsi le ruissellement d’env. 2.500.000 m3 d'eaux polluées vers les bassins versants.
3- Permettre la collecte, le stockage, le traitement et la réutilisation des eaux pluviales.
C’est aussi une préservation de la qualité des eaux par la dépollution des eaux pluviales de l'autoroute actuelle sur une superficie de 125 ha soit 1.250.000 m3/An.
4- La superposition des voies est une solution durable pour la préservation des nappes phréatiques.

ESPACE EUROPEEN MONTPELLIER | 03 mai 2013 à 10h27
 
 

l'école française te le cercle français de l'eau :alibis pompes à fric biaisées au prétexte de la politique de l'eau ; maintenant, il va falloir arrêter de se moquer du monde par ce type de pseudo rapport ; depuis 1992 la loi sur l'eau inclut les eaux territoriales et l'équilibre écosystémique des usages cumulés de l'eau quelques soient les eaux y compris marines; le principe pollueur ou dégradeur payeur de l'eau et de se écosystème s'applique au titre du droit de l'UE et du droit de la mer ; donc découvrir la question du grand cycle de l'eau est un beau foutage de gueule ou un aveu de foutage de gueule depuis trente ans... Les algues vertes bretonnes n'en sont qu'une manifestation; donc redevance et non pas taxe, système hydrographique par système hydrographique, usages avec ses impacts par usages avec ses impacts, y compris pêches, plaisances, culutres marines, aquaculture, navigation ; suivant un principe de proportionnalité, bien entendu respect duminimum voulu par le droit de l'UE de l'autorisation à la sanction et dans les dimensions financières, principe polueur payeur correction à la source, coût efficacité, emploi conforme des fonds structurels avec couplage de la police environnementale avec la police financière ; simple et de bon goût, et on cessera les babillages d'encravtés qui se gâvent et se gobergent autour du même gras indument captés, qu'ils soient élus, fonctionnaire ou responsables de groupes privés; Que fait la justice ?

Théo courant ? Colombo, inspecteur spécialiste de la question bête... | 03 mai 2013 à 11h34
 
 

Citation :
Bernard Barraqué estime que c'est déjà "un scandale de payer l'assainissement dans la facture d'eau", les stations d'épuration ne rendant pas service à ceux qui y sont raccordés mais à ceux qui sont en aval.

Mais non ! Ça voudrait dire principe pollué payeur ça ! Alors, je balance du PCB dans un champ, et ce serait à l'agriculteur de payer le nettoyage ?
Je ne comprends pas du tout ce point de vue.

krakatoe | 03 mai 2013 à 15h23
 
 

il faut juste faire un petit rappel : l'eau est le 3em secteur le plus corrompu après l'armement et le BTP ! Alors que c'est une ressource vitale pour l'humanité. Que font nos gouvernants pour moraliser tout cela, où trempent-ils aussi dans cette corruption, ceci expliquerai cela ?
Alors que l'on voit bien que la ressource eau va finir par se raréfier. Ce qui montre bien que les économies d'eau doivent se faire au quotidien par chacun d'entre nous !
pour info 60 millions de consommateurs, dans son numéro de juillet 2011, teste des douchettes à économie d'eau et préconise la pose de matériel d'économie d'eau sur les robinets et WC.
L'étude montre qu'une famille de 4 personnes peut réduire de 30% sa facture d'eau (de 150 m3 /an à 100 m3) soit 50 m3 d'économie d'eau par an, tout en gardant le même confort.
Il est indiqué que ces matériels d'économie d'eau permettent au final une économie entre 217 et 267 € /an ce qui représente 45% de la facture d'eau (30% d'économie pour l'eau et 15% supplémentaire sur l'énergie).

jardin | 07 mai 2013 à 16h46
 
 

Corruption, opacité, transferts de flux financiers indûs, ah je crois que je vais en parler à ma femme, que fait la police, que fait la justice ?

Il est quand même curieux qu'alors que tout le monde sait que le secteur n'a pas les fesses propres, personne n'ose utiliser la savonnette ; mais peut être la savonnette manque -t-elle toujours d'indépendance... Pas seulement de moyens...

INSPECTEUR COLOMBO qui va en parler à sa femme... | 07 mai 2013 à 18h05
 
 

Réagissez à cet article

1500 caractères maximum
[ Tous les champs sont obligatoires ]