En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Extension de la ferme des 1.000 vaches : avis favorable après l'enquête publique

Agroécologie  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com

Les commissaires enquêteurs ont rendu le 22 février "un avis favorable" à la demande de la SCEA Côte de la justice, société qui exploite la ferme dite des 1.000 vaches (Drucat dans la Somme) visant à porter l'effectif de son élevage de 500 à 880 vaches laitières et à reconfigurer l'unité de méthanisation équipant le site.

Cette ferme avait déjà dépassé le plafond de son cheptel, fixé par arrêté préfectoral à 500 vaches. Des inspecteurs avaient constaté en juin 2015 que cet élevage était constitué de 763 vaches. Alors que fin août dernier, l'exploitant avait écopé de sanctions administratives de la part de la préfecture de la Somme (amende de 7.800 euros et astreinte journalière de 780 euros), cette dernière annonçait en octobre une nouvelle enquête publique, réclamée par le ministre de l'Agriculture.

Cette enquête publique s'est tenue du 2 novembre au 17 décembre 2015 : 1.857 observations ont ainsi été enregistrées. "A l'exception de 15 observations favorables (dont une en provenance de la fédération départementale des exploitants agricoles-FDSEA), toutes les autres observations et courriers sont défavorables au projet", ont précisé les commissaires enquêteurs dans leur avis. Ces derniers, "sans réserve", ont néanmoins donné leur feu vert, assorti de deux recommandations. "Plusieurs municipalités des communautés de communes avoisinantes ont exprimé le souhait que leurs déchets verts puissent faire l'objet d'un traitement dans l'unité de méthanisation", ont indiqué les commissaires enquêteurs qui recommandent "la concrétisation de ce partenariat".

Selon eux, l'exploitation de ce type de ferme demande également "des compétences techniques et de gestion différentes qui peuvent être utiles aux exploitants qui souhaitent s'agrandir et revoir leurs méthodes (gestion du personnel, technicité)". Et d'ajouter : "Le retour d'expérience pourrait s'avérer utile pour la formation des exploitants et salariés de l'élevage laitier, ce qui fait actuellement défaut dans la région". La commission d'enquête préconise donc qu'un partenariat soit établi entre l'exploitant de la ferme et la Chambre d'agriculture de la Somme.

L'avis de la commission d'enquête est consultatif. Le préfet de la Somme devrait se prononcer dans les prochaines semaines. En janvier dernier, le tribunal administratif d'Amiens, saisi par l'exploitant, a suspendu ses amendes pour dépassement de cheptel.

Réactions4 réactions à cet article

 

15 AVIS Favorables

1842 " Défavorables

Conclusion du commissaire -enquêteur : AVIS FAVORABLE !

Qu'on ne s'étonne plus de voir ce type de consultation totalement discrédité dans le public ,même et surtout quand ce public entreprend une démarche citoyenne.

sirius | 29 février 2016 à 10h06
 
 

15 avis favorable donnés par les entités compétentes (du monde agricole)
1842 avis défavorable donnés par les lanceurs écolo bob et ONG type FNE et compagnie qui ont des fonds de commerce a faire tourner.

Biensur la bonne foi habituel des anti est de mise .
Et on va reprocher a la commission de faire sont travail de façon objective.

yann | 29 février 2016 à 10h56
 
 

Et moi qui pensait que nous avions une surproduction de lait !
Est-ce que c'est bobo de s'imaginer qu'une vache heureuse est une vache qui vit dans un pré et non dans une prison, certes ventilée et qui lui accorde la "liberté" d'aller toute seule de sa mangeoire à la salle de traite ? Mais est ce que c'est important par rapport à un bon steak ?
Je me demande si les gens se posent les bonnes questions ...

MU65 | 29 février 2016 à 13h47
 
 

Est-ce que c'est bobo de s'imaginer qu'une vache heureuse est une vache qui vit dans un pré et non dans une prison, certes ventilée et qui lui accorde la "liberté" d'aller toute seule de sa mangeoire à la salle de traite ?
C’est complètement BOBO en effet !
Vous savez ce que une vache « considère être bien » pour son bienêtre.
Moi ce que je sais, c’est que les animaux quel qu’ils soient doivent être en pleine forme pour produire le plus…
(oui oui les agri ont une entreprise a faire tourner au niveau économique…)
Je ne comprends pas effectivement comment des vaches laitière pourraient produire autant si elle n’était pas « bien ».
Ce sont des règles de base de la physiologie animale. Le moindre stress et on voit les productions chutées sur les animaux (en GMQ comme en production de lait).
C’est vrai avec internet, tout le monde sait tout mieux que les éleveurs ou ceux qui travaillent avec.
On adore les personnes qui nous donnent des leçons (comme le Foll) avec autant de connaissance pratique vus de leur fenêtre en hivers bien aux chauds appuyer au radiateur.

yann | 01 mars 2016 à 09h10
 
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…