Actu-Environnement
 
 

Eolien : France énergie éolienne quitte le SER et présente son plaidoyer en vue du débat sur l'énergie

Energies  |    |  Actu-Environnement.com

"Afin de mieux faire entendre sa voix à l'occasion du grand débat sur l'énergie prévu cet automne, France énergie éolienne [FEE], qui représente plus de 250 acteurs de la filière éolienne, a opté pour son indépendance lors de sa dernière assemblée générale", annonce FEE dans un communiqué publié le 3 juin, précisant qu'il "n'a pas renouvelé la convention qui la liait au Syndicat des énergies renouvelables".

Le syndicat professionnel, qui met un terme à la convention qui le liait au SER depuis 2006, "entend ainsi être mieux identifiée comme l'acteur référent en matière d'énergie éolienne en France". Néanmoins, FEE et SER promouvront les énergies renouvelables "de manière coordonnée avec tous les défenseurs d'énergies propres".

Doléances

A l'occasion du débat sur la transition énergétique, FEE "veut (…) être force de propositions pour desserrer l'étau législatif et réglementaire, permettre le développement de ce secteur industriel".

Dans ce cadre, FEE affiche trois ambitions : développer l'éolien, créer 60.000 emplois à fin 2020 et 100.000 en 2030, et installer 25.000 mégawatts (MW) onshore et offshore à fin 2020 pour couvrir ainsi 10% de la consommation électrique française, puis 25% à 2030. FEE fait état pour 2012 de 7.000 MW d'éolien terrestre installés et de 11.000 emplois.

De même le syndicat avance une série de "mesures d'urgence pour relancer la croissance de l'éolien en France". Il s'agit de la restauration d'un "arrêté tarifaire qui rassure les investisseurs", d'un droit d'accès "juste et équitable" des installations éoliennes au réseau électrique, de la suppression du plancher à 5 éoliennes par parc, de la suppression des Zone de développement éolien (ZDE), de la révision du classement en tant qu'Installation classée pour la protection de l'environnement (ICPE) des éoliennes, de la compatibilité entre les lois Littoral et Grenelle 2, du lancement rapide du deuxième appel d'offre offshore sur au moins quatre zones et de l'encadrement des contentieux "pour éviter les abus et accélérer les instructions".

Réactions1 réaction à cet article

 

Il ne voudraient pas la clef des coffres forts de la banque de France aussi pendant qu'il y est ???

Desserrer l'étau, oui mais alors que ces investisseurs payes
- les Km de réseau ErDF (distribution) et RTE (Transport) a moderniser, (estimation a 55 milliards (Linky inclus pour 5 milliards) d'ici a 2030)
- les investissements dans les systèmes de Stockage (STEP et NAS(Sodium (NA) Soufre(S) par exemple),
- les frais de "services systèmes" que les centrales mettent en œuvre pour stabiliser le réseau a cause des intermittences de ces sources d'électricité fatales.
- Que ces investisseurs payent aussi les frais de GNL importé et les centrales au gaz associé pour pallier aux périodes de pointes hivernales.
Pour terminer, qu'ils participent aussi au paiements des émissions de CO2 engendrés par l'intermittence fatale, ce qui devrait intervenir dés 2013 pour les entreprise Européennes (pacte énergie-climat).

La CSPE va déjà augmenter pour faire bcp des investissements en cours. Moi je veux bien tout, mais qu'ils acceptent de payer les frais réels et pas juste nous dire que l’électricité éolienne est propre au pied de l'éolienne et du champ de celles-ci, en oubliant soigneusement tout ce qu'il faut faire derrière eux pour garder un réseau stable, cohérent et rentable malgré des variations majeures dans les moments ou nous en avons le plus besoin.

Les concessions doivent se faire des deux cotés !

AtomicBoy44 | 06 juillet 2012 à 01h39
 
 

Réagissez à cet article

1500 caractères maximum
[ Tous les champs sont obligatoires ]