Actu-Environnement
 
   
 

MSC Flaminia : 45 tonnes de déchets de PCB à bord

Pollution  |    |  Actu-Environnement.com

Alors que le porte-conteneurs allemand MSC Flaminia, victime le 14 juillet d'une explosion suivie d'un incendie,  a été inspecté le 28 août au large de l'Angleterre par des experts internationaux, l'ONG Robin des Bois annonce le 30 août que "l'inventaire complet" des matières dangereuses embarquées diffusé par une "source officieuse" relève 45 tonnes de déchets de PCB (polychlorobiphényles) provenant du Mexique, répartis sur deux conteneurs. Une information confirmée par l'ONG WWF Allemagne qui fait état de "40 tonnes" de PCB en s'appuyant sur des informations communiquées par l'armateur du navire Reederei NSB.

Déchets ''faiblement pollués"

D'après l'association française Robin des Bois, ces PCB ''sont interdits de fabrication et d'utilisation dans le monde entier'' et seraient "hors de la zone endommagée". Les déchets "sont pour la plupart sous forme liquide et faiblement pollués aux PCB". Ils seront traités en France par l'usine Trédi de Saint-Vulbas, dans l'Ain, a indiqué l'association. Le Mexique ne disposant pas d'installations d'élimination adaptées, a rappelé Robin des Bois. Si le MSC Flaminia est parti de Charleston (USA), l'exportation depuis les Etats-Unis vers l'Europe "n'est pas illégale à condition d'être conforme à la Convention de Bâle sur les mouvements transfontaliers de déchets dangereux. Mais elle est illogique", estime l'association.

Ces déchets "sont à 95 % des huiles usées de transformateurs, faiblement polluées, et pour le reste des équipements de protection individuelle utilisés lors d'opérations de conditionnement des PCB", a précisé au journal Le Monde l'usine Trédi en assurant au quotidien que ce transport "respecte les règles de la Convention de Bâle" et "a été autorisé par les administrations compétentes des pays concernés – exportateur, importateur et pays de transit". La liste des substances dangereuses à bord du cargo a été rendue publique par Robin des Bois où y figurent notamment le dioxane, un éther mais aussi l'isopropylamine, le tributylamine et le nitrométhane, des solvants inflammables toxiques. Or, "avant d'envisager l'entrée du MSC Flaminia dans un port européen, les experts doivent s'assurer qu'il n'y a plus de risques d'incendie ou d'explosion dans les conteneurs en périphérie de l'évènement initial", avait prévenu le Cedre. Le bateau devrait entrer dans les eaux françaises au plus tôt ce vendredi 31 août, avant de reprendre sa route pour l'Allemagne, selon l'AFP.

Aucune matière radioactive

Alors que les résultats de l'inspection du bateau seront prochainement connus, aucune matière radioactive n'a été déclarée sur le porte-conteneurs, relève l'inventaire dévoilé par Robin des Bois qui demandait un diagnostic radiologique du cargo.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez à cet article

1500 caractères maximum
[ Tous les champs sont obligatoires ]