En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Fukushima : des traces radioactives dans la glande thyroïde d'enfants

Risques  |    |  Actu-Environnement.com

L'AFP a appris jeudi, de source officielle, que des traces d'éléments radioactifs avaient été détectées dans la glande thyroïde de 45% des enfants contrôlés. Ces enfants sont résidants de trois municipalités voisines de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima, Iwaki, Kawamata et Iitate, où des niveaux particulièrement élevés de radiations ont été constatés après la catastrophe.

Un groupe d'experts gouvernementaux a conduit ces contrôles auprès de 1.149 enfants âgés de moins de 15 ans, deux semaines après le séisme et le tsunami du 11 mars. Pour 1.080 enfants, le test est valide, et 44,6% d'entre eux présentent donc une contamination au niveau de la glande thyroïde, où l'iode radioactif va généralement se fixer, augmentant le risque de développer un cancer ultérieurement.

Un fonctionnaire, qui a préféré garder l'anonymat, a souhaité préciser à l'AFP que les concentrations d'iode radioactif, observées lors de tests effectués il y a cinq mois dans la préfecture de Fukushima, ne sont pas alarmantes en termes d'impact sur la santé. La norme déterminée par la Commission japonaise de sûreté nucléaire est de 0,2 microsievert par heure, niveau à partir duquel est exigé un examen médical approfondi. La Commission envisage toutefois de l'abaisser à 0,1 microsievert par heure, un niveau atteint par un seul des sujets contrôlé.

Malgré la gravité de la catastrophe, les résultats n'ont été transmis que la semaine dernière aux familles.

L'AFP précise que "les autorités de Fukushima envisagent désormais un suivi permanent pour les 360.000 personnes âgées de 18 ans ou moins qui se trouvaient dans la préfecture au moment de l'accident".

Réactions1 réaction à cet article

 

Tant que l'on ne connaît pas la limite de détection, ces statistiques ne veulent rien dire. Lors d'une étude précédente, les autorités avaient une limite de détection de 13 Bq/l pour le césium dans les urines : résultat peu de personnes étaient déclarées contaminées. Alors que l'ACRO (http://acro.eu.org) avait trouvé 100% de contamination sur les urines des 10 enfants qu'elle a contrôlés en descendant à 0,5 Bq/l.

LM | 19 août 2011 à 09h02
 
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…