En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Générateurs de vapeur défectueux : l'ASN autorise le redémarrage des réacteurs nucléaires

L'Autorité de sûreté nucléaire vient d'autoriser le redémarrage de certains réacteurs équipés de générateurs de vapeur présentant des défauts de fabrication. Ces redémarrages se feront au cas par cas, après étude d'un dossier complémentaire.

Energie  |    |  Philippe ColletActu-Environnement.com

Ce lundi 5 décembre, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a annoncé autoriser la remise en service de certains des réacteurs nucléaires sur lesquels sont installés les générateurs de vapeur fabriqués par Japan Casting and Forging Corporation (JCFC) et présentant des défauts de fabrication. Cette autorisation est accordée, sous réserve qu'EDF effectue les vérifications propres à chacun d'entre eux. La réglementation impose d'avoir le meilleur acier possible, a rappelé Pierre-Franck Chevet. "Là, clairement, on est en dessous", estime le président de l'ASN, ajoutant que "ça passe encore" en terme de sûreté.

Cette décision concerne dix réacteurs de 900 mégawatts (MW). S'agissant des deux réacteurs de 1.450 MW de la centrale de Civaux (1 et 2), le dossier n'est pas encore finalisé. EDF doit le présenter prochainement, indique l'ASN.

En juin dernier, l'ASN a annoncé que certains fonds primaires de générateurs de vapeur présentaient une zone de concentration importante en carbone. Les générateurs de vapeur installés sur 18 réacteurs de 900 et 1.450 mégawatts (MW) sont concernés. Ce défaut pourrait détériorer les propriétés mécaniques de ces pièces. Il est comparable à celui décelé sur le couvercle et le fond de la cuve de l'EPR. Les fonds défectueux ont été fabriqués par Creusot Forge ou par JCFC. Le redémarrage des six réacteurs équipés de générateurs de vapeur forgés au Creusot avait été autorisé cet été. En septembre, l'IRSN estimait que la caractérisation des zones fragilisées et l'identification d'éventuels défauts sur l'extérieur des fonds forgés par JCFC "[devaient] être réalisés au plus tôt". Initialement, EDF envisageait d'utiliser le délai règlementaire maximal de cinq ans pour réaliser ces études.

Feu vert sous condition

En octobre et en novembre, EDF a remis un dossier générique justifiant l'aptitude au service des générateurs de vapeur fabriqués par JCFC équipant dix réacteurs de 900 MW. Les réacteurs concernés sont les réacteurs des centrales du Bugey (tranche 4), de Dampierre (3), de Fessenheim (1), de Gravelines (2 et 4), de Saint-Laurent (B1) et du Tricastin (1, 2, 3 et 4). Sur ces unités, certains fonds des générateurs de vapeur présentaient en certains endroits une concentration de carbone allant jusqu'à 0,39%, alors que la norme technique la limite à 0,22%.

"Les justifications génériques apportées par EDF sont acceptables", explique l'ASN, ajoutant qu'elles "peuvent être utilisées sur chacun des réacteurs concernés en vue de l'autorisation de leur redémarrage par l'ASN". L'IRSN précise que son analyse "a permis de conclure à l'absence de risque de rupture des GV de fabrication JCFC équipant les réacteurs de 900 MW concernés (…), à l'exception des trois réacteurs Bugey 4, Fessenheim 1 et Tricastin 4". Les générateurs de vapeur de ces trois unités présentent des spécificités qui nécessitent une analyse complémentaire.

L'autorisation de l'ASN "ne constitue pas un feu vert sans condition", précise toutefois Pierre-Franck Chevet, expliquant qu'EDF devra présenter un dossier démontrant que les défauts constatés ne sortent pas du cas générique. Chaque réacteur "sera étudié au cas par cas", explique Pierre-Franck Chevet. Néanmoins, il est peu probable que des écarts importants soient constatés. Par ailleurs, l'Autorité impose des mesures compensatoires pour réduire les risques de rupture, notamment en limitant les chocs thermiques. Par exemple, la température d'un réacteur décroît ou croît de 28°C par heure lors des phases d'arrêt et de redémarrage. Les réacteurs visés par cette décision devront limiter les variations de températures à 14°C par heure lors de ces phases transitoires. Enfin, des compléments d'essais ou d'études devront être réalisés à moyen terme.

EDF en mesure de tenir son calendrier

Début novembre, alors qu'une douzaine de réacteurs étaient à l'arrêt, RTE, le gestionnaire de réseau, indiquait que treize ou quatorze seraient indisponibles en décembre, entre quatre et sept début janvier et douze à la fin de l'hiver. A priori, ce calendrier devrait être tenu, puisque EDF devrait pouvoir remettre rapidement les pièces justificatives. Une quinzaine de jours semble un délai raisonnable. L'étude des dossiers par l'ASN devrait, elle aussi, être rapide. Sauf surprise, EDF devrait donc pouvoir redémarrer certains réacteurs d'ici quelques semaines.

Compte tenu de l'arrêt de ces réacteurs, qui s'ajoute aux arrêts de tranche planifiés, RTE avait placé l'hiver 2016-2017 "sous le signe d'une forte vigilance". Le gestionnaire du réseau de transport n'envisage pas de problème majeur pour assurer l'approvisionnement électrique français, sauf si une vague de froid devait se combiner avec une nouvelle dégradation de la disponibilité du parc nucléaire français. Quelque 5% des 2.000 scénarios étudiés par RTE présentent un risque de "marge nulle". RTE mise sur des solutions graduées pour éviter le black-out : les importations, l'interruptibilité, les gestes citoyens d'économie d'électricité, la réduction de 5% de la tension sur le réseau et, enfin, des "délestages programmés, momentanés et tournants".

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…