Actu-Environnement
 
 
 
 

Quand les datacenters se penchent sur leur consommation électrique

Bureaux, piscines, serres tropicales…. Les réflexions des gestionnaires de datacenters sur les moyens de valoriser la chaleur "perdue" de leur centre de données se sont concrétisée par plusieurs projets en France. Focus.

Reportage vidéo  |  Energies  |    |  Actu-Environnement.com
Quand les datacenters se penchent sur leur consommation électrique

Garantir la sécurité et la disponibilité continue des données de leurs clients tout en réalisant plus d'opérations informatiques en consommant moins d'énergie, tel est l'enjeu auquel se confrontent les gestionnaires de datacenters depuis que leur impact en terme de consommation électrique a été pointé du doigt par plusieurs ONG.

En France, ces usines du numérique sont désormais une centaine et consommeraient environ 9% de l'électricité, une consommation en hausse de 10% par an. L'énergie représentant en moyenne 30% des coûts d'exploitation des datacenters, la question de sa consommation est devenue prégnante pour les hébergeurs qui ont d'ores et déjà cherché à optimiser leur efficience énergétique.

Sachant que 40% des consommations ont pour origine les équipements électroniques, 40% la climatisation des salles et 20% les équipements liés à la distribution électrique, plusieurs pistes d'économie sont possibles. Les mesures actuellement déployées par les datacenters sont essentiellement ciblées sur les infrastructures non-IT et notamment le refroidissement. L'énergie électrique consommée par les équipements informatiques est quasi-intégralement convertie en chaleur. À l'échelle d'une salle, la puissance dissipée est colossale. Les gestionnaires ont avant tout chercher à améliorer la distribution de froid au plus près des besoins et en parallèle à valoriser la chaleur extraite : chauffage de bureaux voisins, de piscines, de serres tropicales… les projets se multiplient. Reportage.

Réactions3 réactions à cet article

 

40% de la consommation électrique pour la climatisation. Comment se fait-il que personne n'aie pensé a mettre ces installations en ALTITUDE pour bénficier d'un FROID GRATUIT? Ce genre de centre est relié par des lignes à grand ou trés grand débit et il n'y a aucune raison de les installer en banlieue ou au milieu de la plaine (à basse altitude). Nous avons en France des hautes montagnes, pour certains sites il y a aussi des routes qui franchissent des cols a haut altitude.
Un centre de serveurs consomme beaucoup d'énergie mais ne pollue pas. Même si on ne peut pas toujours employer l'altitude il doit être possible de créer dans ces zones des centres. D'ailleurs ça apporterai quelques emplois dans des zones de haute montagne....

ami9327 | 13 juin 2013 à 14h21
 
 

@ ami9327 : plutôt qu'en montagne, plusieurs "gros" (Google, Facebook,..) ont déjà installé des datacenters dans les pays nordiques (Islande, Suède). Ils alimentent leurs installations avec de l'énergie hydraulique et les refroidissent avec l'eau des torrents. En France il parait que les potentiels d’hydroélectricité sont déjà tous exploités.

Didier | 25 juin 2013 à 08h37
 
 

@Didier
Information interessante!!! En France les barrages d'altitude ont une eau qui reste froide et qui pourrait aussi servir au moins de refroidissement. MAIS attention a ne pas bouleverser des écosystèmes basés sur une eau froide et non pas tiède, chose qui pourrait arriver avec les puissances à dissiper

ami9327 | 01 juillet 2013 à 00h41
 
 

Réagissez à cet article

1500 caractères maximum
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 
 
 
<