Actu-Environnement
 
 
 
 

Manche : un nouveau gisement de granulats marins bientôt exploité

Ressources naturelles  |    |  Actu-Environnement.com

Suite à une demande faite fin 2007, l'Etat a répondu favorablement à l'exploitation d'un gisement de granulats marins par le Groupement d'intérêt économique (GIE). Publiée dans le journal officiel du 2 décembre, cette autorisation permet au GIE, constitué d'Eurovia-Vinci, Italcementi et Cemex, d'exploiter la concession des granulats marins de la Côte d'Albâtre pendant trente ans. D'une superficie d'environ 34 km2, elle est situés à environ seize kilomètres de la côte, entre Fécamp et Dieppe.

Selon le décret n° 2011-1707 du 30 novembre 2011, le volume d'extraction de granulats marins sera limité à 3 millions de tonnes par an.

En Manche, plusieurs gisements de granulats marins sont déjà en exploitation. Mais, cette solution qui constitue une alternative à l'ouverture de carrières terrestres, reste décriée par les marins-pêcheurs et écologistes en raison de la destruction de la faune et de la flore.

Réactions2 réactions à cet article

 

Belle opération avec une ressource quasiment gratuite sauf pour la mer et le litoral qui trinquent. Le carnage continue alors que des solutions raisonnables existent. Nous le paierons, plutôt tôt, que tard!

spitou | 07 décembre 2011 à 13h28
 
 

Obtention du titre minier ne signifie pas un "feux vert à l'exploitation", en effet l'autorisation d'ouverture des travaux qui doit se dérouler maintenant au niveau local (par un arrêté préfectoral) est loin d'être acquis puisque l'IFREMER a émis un "avis très réservé" sur ce projet du GIE Manche Est.
Il aurait été objectif de signaler que ce sont aussi des plongeurs qui s'opposent à ces projets, pour des raisons environnementales car c'est toute la faune et flore sous-marine qui vont être impacté bien au delà des zones d'exploitation en raison des sédiments fins qui sont reversés par la drague en surface
Et aussi pour des raisons archéologiques : l'épave du YATAGAN découvert en 1999, site de plongée des clubs locaux,est pile dans une zone concernée. Et quid d'autres épaves non détectés ?
Pour bien comprendre l'appétit des exploitants de granulats, les deux exploitations existantes au large de DIEPPE viennent d'obtenir en 2011 par décret un agrandissement de leur concession.
En y ajoutant les projets de parcs éoliens marins du Tréport, de Veulettes, et de Fécamp, nous arrivons à une industrialisation du monde sous-marin de la Manche qui est sans précédent.

totem2mer | 02 janvier 2012 à 17h32
 
 

Réagissez à cet article

1500 caractères maximum
[ Tous les champs sont obligatoires ]