En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Habitations près de cultures : Générations futures dénonce la présence de pesticide dans l'air intérieur

Pollution  |    |  Dorothée LapercheActu-Environnement.com

"Les personnes vivant prés des zones cultivées sont exposées chez elles toute l'année à un cocktail important de pesticides, dont de nombreux sont des perturbateurs endocriniens potentiels, a assuré à l'occasion de la publication de leur analyse de la qualité de l'air intérieur dans ces foyers, François Veillerette, porte-parole de Générations futures. Ce fait illustre l'urgence qu'il y a à modifier les pratiques agricoles et à faire en sorte qu'on interdise les pulvérisations des pesticides de synthèse à proximité de zones habitées".

L'association a demandé à 24 foyers de prélever à l'aide d'un kit de prélèvement fourni par un prestataire de service spécialisé et d'un aspirateur domestique des échantillons de poussière en juillet 2015. Vingt-deux de ces prélèvements estivaux (deux échantillons ne sont pas parvenus au laboratoire) ont été envoyés au laboratoire de l'opérateur ainsi que cinq échantillons supplémentaires prélevés en janvier 2016. Parmi les participants, six foyers sont situés dans des zones viticoles, cinq dans des parcelles arboricoles, huit dans des grandes cultures et trois dans un mélange de ces cultures.

Les résultats de prélèvements estivaux ? Des pesticides sont retrouvés dans tous les échantillons dont trois (Tébuconazole, Permethrine et Dimethomorph)  systématiquement et 19 dans au moins la moitié. "La concentration totale de tous les pesticides quantifiés a diminué entre l'été et l'hiver d'une valeur comprise entre -30% et -95% selon les échantillons", pointe l'association.

"Tous les produits font l'objet d'une autorisation de mise sur le marché à l'issue d'études toxicologiques menées et évaluées selon les exigences de la Commission européenne, de l'Efsa (Autorité européenne de sécurité des aliments et des Etats-membres), a réagi l'Union des industries de la protection des plantes (UIPP). Ces évaluations indépendantes prennent en compte les effets indésirables, cancérigènes et toxiques sur la reproduction et le développement".

D'une manière plus large, des études scientifiques sur de longues périodes et incluant un plus vaste échantillon, avaient déjà souligné la présence de divers produits dans l'air intérieur des habitations. L'Ineris avait ainsi montré que sur 31 produits actifs recherchés, au moins un pesticide a été détecté dans 94% des foyers, la majorité étant constituée par des insecticides.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]