Actu-Environnement
 
 

Pollution sonore : un indicateur de bruit facilement compréhensible d'ici 2014

Hygiene / Securite / Sante  |    |  Actu-Environnement.com

Les observatoires Bruitparif en Ile-de-France et Acoucité dans l'agglomération lyonnaise travaillent sur un indice visant à traduire de façon plus parlante pour le grand public que les décibels l'intensité des pollutions sonores, rapporte l'AFP. Cet indice devrait voir le jour en 2014.

Le projet, baptisé Harmonica, acronyme pour Harmonised noise information for citizens and authorities (Information harmonisée sur le bruit pour les citoyens et les autorités) vise à définir des indicateurs de bruits extérieurs basés sur une échelle de nuisance de 1 à 10 avec un code de couleurs adapté. Il prendra en compte les bruits de fond et les pics sonores.

Une étude en laboratoire et des enquêtes in situ débuteront en région parisienne et à Lyon en juillet pour permettre au public de participer à la mise au point de l'indice.

Macadam anti-bruit

Avec cet indice, les pouvoirs publics devraient pouvoir améliorer la lutte contre les nuisances sonores notamment en mettant en œuvre des solutions de gestion du trafic en amont avec des limitations de certains véhicules, des livraisons, ou encore choisir des ballasts et des flottes ferroviaires moins bruyantes.

Par ailleurs, le quotidien Le Monde rapporte qu'entre le 25 et le 29 juin, le revêtement de la chaussée du boulevard périphérique parisien a été remplacé par une nouvelle couverture acoustique sur la portion comprise entre la porte de Vincennes et le pont de Lagny. Cette couverture devrait abaisser de 7 à 8 décibels le niveau sonore, soit l'équivalent d'un trafic diminué par 8, selon le fabricant du revêtement.

Aujourd'hui, des campagnes de mesures réalisées par Bruitparif ont révélé des niveaux sonores qui excèdent systématiquement les valeurs limites réglementaires, de jour comme de nuit, sur les 35 kilomètres de cette autoroute urbaine.

Réactions3 réactions à cet article

 

la fiabilité des résultats sur la définition des indicateurs de bruits devra passer par la prise en compte de toutes les zones "socio-écologiques" notamment les études en Afrique.

Arnaud | 04 juillet 2012 à 17h44
 
 

Et quel est ce revêtement ? Quel est sa comparaison en terme d'éfficacité de frottements ? Engendre t-il plus ou moins de consomation.

Parce que ce serait dommage dommage de le généraliser si on devait respirer moins bien pour diminuer les décibels.
En clair,faut-il choisir entre bruit trop élevé et air trop pollué ?

Je ne fait que poser des questions...

AtomicBoy44 | 06 juillet 2012 à 01h50
 
 

ce travail nécessite du temps!

Rikio | 06 juillet 2012 à 17h50
 
 

Réagissez à cet article

1500 caractères maximum
[ Tous les champs sont obligatoires ]