En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Défauts de la cuve EPR : les experts s'inquiètent depuis 2006

L'ASN a identifié dès 2006 le risque de défaut sur la cuve de l'EPR. En 2007 et 2011, Areva réalise des tests qui auraient pu attirer son attention, mais elle est restée confiante. Ce n'est qu'en 2014 que les essais demandés par l'ASN démontrent que la cuve ne respecte pas la réglementation.

Décryptage  |  Risques  |    |  Philippe ColletActu-Environnement.com
Défauts de la cuve EPR : les experts s'inquiètent depuis 2006

Depuis dix ans, les experts du nucléaire craignent que l'acier du couvercle et du fond de la cuve de l'EPR de Flamanville (Manche) présente des défauts. Dès 2006, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) évoque le sujet avec Areva. L'année suivante, des tests donnent corps aux hypothèses pessimistes, mais l'entreprise reste confiante. Ce n'est qu'en 2012 qu'elle propose de faire les vérifications demandées par l'ASN. Certains tests auraient pu être lancés rapidement, mais il faudra attendre fin 2014 pour qu'Areva les réalise et annonce la mauvaise nouvelle à l'Autorité. Entre temps, la cuve défectueuse a été montée.

C'est ce qui ressort des documents fournis par l'ASN, Areva et EDF au Haut comité pour la transparence et l'information sur la sécurité nucléaire (HCTISN). Ils ont chacun présenté des notes retraçant l'historique de la fabrication de la cuve de l'EPR de Flamanville. Ces documents complètent les premières informations publiées il y a un an.

Pour rappel, en avril 2015, l'ASN a annoncé la présence d'une anomalie dans la composition de l'acier du couvercle et du fond de la cuve du réacteur en construction. Certaines parties de ces deux pièces présentent une concentration trop élevée en carbone (ségrégation du carbone) qui les rend potentiellement plus fragiles. En octobre 2015, Ségolène Royal, ministre de l'Energie, saisit le HCTISN et pose une question précise : "Pourquoi [l'anomalie] a-t-elle été révélée neuf ans après la fabrication des pièces incriminées ?". Les trois notes apportent des éléments de réponse à cette question. Contacté, Areva n'a pas souhaité répondre aux questions d'Actu-Environnement.

Le Haut comité a dû insister

La présentation de l'historique s'est déroulée en deux temps. Le 24 mars, l'ASN a présenté sa version dans une note ainsi que l'essentiel des courriers adressés à Areva. L'entreprise n'a fait qu'une présentation "très lisse", selon les termes du secrétaire général du Haut comité. Raison invoquée par Areva : le secret industriel. Cette première réponse a particulièrement irrité les membres du HCTISN. "On sentait bien que les choses n'avaient pas été dites totalement", résume un membre. Ce n'est que le 29 juin qu'Areva et EDF remettent leur version de l'historique. "On a dû insister, pour s'assurer d'obtenir des informations précises", indique le secrétaire général, précisant qu'une pré-réunion a été ajoutée au programme de travail. Les deux notes, consultées par Actu-Environnement, confirment les grandes lignes de celle de l'ASN.

Les débats au sein du HCTISN ne s'arrêtent pas à l'historique. Le Haut comité a appris qu'Areva avait sacrifié un fond de générateur de vapeur fabriqué selon le même procédé que la cuve. Objectif de ces tests ? Modéliser d'éventuels défauts sur le fond de cuve et le couvercle de l'EPR dans le cadre du dossier de qualification instruit par l'ASN. Ces essais, réalisés fin 2011, ont mis en évidence des ségrégations du carbone. Celles-ci "sont jusqu'à très récemment (mars 2016) restées inconnues" des équipes en charge de l'EPR, explique la note de l'entreprise. Depuis, l'audit conduit au sur le site de fabrication du Creusot (Saône-et-Loire) a révélé des irrégularités dans le contrôle qualité de l'usine ainsi que des défauts concernant 18 générateurs de vapeur installés sur le parc d'EDF. Le Haut comité s'interroge donc sur la possibilité d'approfondir son enquête : pourquoi Areva n'a-t-elle pas réagit après la découverte de ces ségrégations ? Le HCTISN se saisira-t-il de ces questions ? "Pour l'instant, la décision n'a pas été prise", rapporte la députée Geneviève Gosselin-Fleury (PS, Manche), membre du Haut comité. Pour le secrétaire général du Haut comité, "il est légitime de l'aborder, mais le groupe de travail ne doit pas placer ce sujet au cœur de son travail".

Areva et EDF ont confirmé qu'elles n'étaient pas en mesure de fabriquer le couvercle et le fond de la cuve de l'EPR au Creusot. A l'avenir, la fabrication de ces pièces devrait être confié à Japan Steel Works (JSW). Cette confirmation soulève des commentaires qui dépassent le mandat du groupe de travail, explique un participant. Quel est l'avenir de la filière nucléaire française si Areva ne peut pas fabriquer ces équipements ? Réaliser l'ensemble de la cuve au Japon n'est-il pas plus pertinent ? D'autant que pour l'EPR de Flamanville, JSW a fabriqué le corps de la cuve et le Creusot Forges les deux pièces défectueuses (l'usine française n'ayant pas la capacité technique de fabriquer les autres parties, explique la note d'EDF).

 
Changements techniques Les deux calottes sont fabriquées à partir de lingots d'acier dont l'homogénéité doit être assurée pour garantir la tenue des pièces. Lors de la solidification du lingot, des concentrations élevées de carbone (appelées ségrégations) se forment notamment dans les parties haute et basse (tête et pied) du lingot.
Pour y remédier, les industriels ont mis au point des lingots à solidification dirigée, c'est-à-dire des lingots dont le refroidissement est contrôlé pour concentrer les excès de carbone en partie haute. Une alternative consiste à utiliser des lingots sensiblement plus gros que nécessaire pour pouvoir supprimer de grandes portions et ne garder que la partie saine.
Pour les calottes de l'EPR, Areva a fait couler un lingot de 157 tonnes, sans recourir à la solidification dirigée. 20% de la masse et un peu moins de 10% ont été supprimés en tête et pied de lingot. "La technologie de fabrication retenue (…) est en régression technique par rapport à celle retenue pour le parc en exploitation", constate l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) dans un rapport d'avril 2015 dédié à la fabrication de la cuve EPR.
 
Récit d'un fiasco industriel

Quant à l'historique dressé par les trois acteurs, il montre des inquiétudes précoces et une succession de signaux d'alerte peu, ou pas, pris en compte. La fabrication des pièces incriminées a été lancée en septembre 2006 (couvercle) et janvier 2007 (fond de cuve), bien avant que l'ASN ne valide le dossier qui fixe les choix de fabrication et encadre la vérification de la cuve. A cette occasion, Areva change de méthode de fabrication (voir encart). Dès août 2006, l'Autorité aborde par écrit le risque de ségrégation du carbone dans les calottes de la cuve. Ce signalement "est à noter", insiste la note de l'ASN, ajoutant que "cette question n'a pas reçu de réponse sur le fond" de la part d'Areva. A ce stade, "il ne s'agissait pas d'une alerte, nous signalions simplement que la question des ségrégations du carbone figure sur la liste des éléments qui seront pris en compte pour valider la tenue des calottes", précise Julien Collet, directeur général adjoint de l'ASN. De son côté, Areva admet que son choix technique "pouvait apparaître en contradiction avec les efforts faits dans le début des années 1980 (…), mais il s'inscrivait dans la tendance générale à l'augmentation de la taille des pièces". En creux, on comprend qu'Areva ne dispose pas d'un outil industriel permettant d'employer, pour de si grosses pièces, la technique privilégiée depuis trente ans.

L'année 2007 est marquée par deux événements. Tout d'abord, estimant qu'Areva n'apporte pas de réponses satisfaisantes sur la maîtrise du risque de ségrégation, l'ASN tape du poing sur la table. Elle décide qu'à partir du 1er janvier 2008, l'entreprise ne pourra plus lancer la fabrication de nouveaux composants tant que leur dossier de qualification ne sera pas validé. Mais cette nouvelle procédure ne concerne pas les calottes de la cuve de l'EPR de Flamanville en cours de fabrication. Et l'Autorité de préciser qu'elle "a mis en garde à plusieurs reprises Areva sur le risque industriel" lié à la poursuite de la fabrication. Il est possible que les pièces doivent être mises au rebut, prévient un courrier de juillet 2007.

Le second événement concerne la fabrication des calottes dans les ateliers d'Areva. A l'occasion de tests intermédiaires, Areva détecte "des valeurs de concentration de carbone élevées (0,265% et 0,277%)", rapporte l'ASN, ajoutant que celles-ci "auraient pu amener à s'interroger dès 2007 sur la présence de ségrégations". Pour Areva, ces résultats ne posent pas de problème car les usinages à venir permettront d'éliminer les zones défectueuses. Mais l'entreprise s'est trompée pour deux raisons. Tout d'abord, les lingots de plus grand diamètre utilisés "semblent présenter une ségrégation sensiblement supérieure" aux lingots utilisés jusqu'alors, explique la note d'Areva Ensuite, "la ségrégation (…) est un phénomène potentiellement plus variable qu'escompté".

Certains indices auraient pu alerter Areva

En 2011, l'Autorité réunit son groupe d'experts ad hoc pour aborder les situations pour lesquelles la réglementation ne peut être respectée. "Parfois, la technologie ne permet pas d'atteindre les valeurs règlementaires, mais la résistance n'est pas remise en cause", explique Julien Collet, ajoutant que l'industriel qui sollicite une dérogation doit justifier qu'il utilise la meilleure technologie disponible et que l'intégrité de l'équipement est assurée. Lors de la réunion, le couvercle et le fond de cuve de l'EPR de Flamanville ne sont pas évoqués. "Tout au long de nos échanges, Areva était convaincu qu'il respecterait les valeurs réglementaires", explique le directeur général adjoint de l'ASN. La note d'Areva confirme ce point.

La même année, l'Autorité et Areva s'accordent enfin sur la procédure de validation des calottes. Dès lors, le ton change chez Areva. Début 2012, l'entreprise confirme à l'ASN que des points clés n'ont pas été contrôlés lors de la fabrication du fond de cuve. L'autorité demande donc à Areva d'effectuer des tests. En juillet, les deux acteurs s'accordent sur les essais. Parmi ceux-ci figurent des essais mécaniques et des analyses chimiques dans une carotte de métal prélevée en novembre 2012. Mais les tests ne seront effectués qu'en septembre 2014. Le mois suivant, Areva annonce à l'ASN, par téléphone, les mauvais résultats. "On ne sait pas expliquer certains points : pourquoi les essais n'ont été effectués qu'en 2014 ?", s'interroge le directeur général adjoint de l'ASN. Du côté d'Areva, ces mauvais résultats constituent "un élément de surprise (…), même si, avec le recul, certains indices ou certaines données auraient pu susciter un questionnement plus précoce".

Toujours est-il que l'annonce arrive un peu tard : la cuve a été introduite dans le bâtiment réacteur sur le site de Flamanville huit mois avant, le 24 janvier 2014. A cette époque, EDF considérait que la cuve était conforme.

Réactions7 réactions à cet article

 

Résumons:
Flamanville est quasi condamné au redémontage, on ne peux pas lancer la plus puissante chaudière thermique du monde (5000MWth !) pour 60 ans avec de telles dérives.
Mais quid des EPR de Hinkley? Un taux de retour de 9,2% (bravo la précision) garanti sur des décennies, alors que la livre dérive?
Et pour l'édification future de ces EPR, EDF fait à Flamanville la preuve permanente de ses faiblesse (voir en sus le catastrophique "Grand Carénage " à Paluel).
La partie AREVA NP = chaudière, Générateur de vapeur et autres n'est plus de notre capacité.
Quand à la partie turbo alternateur, c'est GE aux USA qui décide pour Alstom maintenant.
Que restera-t-il en notre pouvoir?
Qui va arrêter cette machine infernale ?
On a été les géants de l'atome avec succès, il faut humblement reconnaître que nous devenons peu de choses.
Qu'EDF s'occupe plutôt de ses pertes de marchés clients, d'augmenter les capacités des STEPS en stockage en adaptant le pompage variable, plutôt que de nous expliquer qu'un réacteur nucléaire n'est plus fait pour produire en base mais plutôt avec variation de puissance.
L'investissement ne change pas, le personnel est là, donc en dehors de la petite partie liée au combustible, le reste est au même coût pour 50% voire 25% produit. Qui nous dira franchement le coût hors normes du KWh nucléaire produit par cette dangereuse fantaisie mise en place pour s'obstiner à garder tout notre parc?
Il faut vite remettre tout à plat avant un grand naufrage national.

pierren | 08 juillet 2016 à 00h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Surprenant... la cuve de l'EPR est devenue un problème quand l'ASN s'est mise à communiquer comme Greenpeace ou Lepage (hurler au loup, il en restera forcément quelque chose)... Sont-ils encore crédibles ? Quand on voit que sur les "85 problèmes" annoncés à grand renfort médiatique sur de la chaudronnerie récemment, 84 ont déjà été prouvés sans conséquence...

dmg | 12 juillet 2016 à 09h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pour comprendre l'origine des défaillances de fabrication et de contrôle du couvercle et du fond de cuve de l'EPR, il est indispensable de resituer ces réalisations dans leur contexte.

Fin 2002, Michel Yves Bolloré (frère de Vincent et Président et détenteur de 95% des actions du Groupe France-Essor) reprend une entreprise d’usinage (UIGM S.A.) située au Creusot, supposées venir compléter deux ateliers de métallurgie qu’il avait acquis précédemment à Montchanin, commune proche du Creusot.

Appartenant initialement à FRAMATOME (jusqu'en 2000), cet atelier avait été rétrocédé- à un industriel de Chauffailles près de Charolles en mars 2001 prenant le nom d’UIGM.

Dès 2002 les relations entre AREVA et SEEB se dégradent et fin 2002 intervient un protocole d’accord de cession partielle entre SEEB et France-Essor. C’est ainsi que 29 janvier 2003 intervenait la cession de 9000 actions d’UIGM pour un montant de 9000 €.

Mais il faut noter que lors de l’entrée au capital d’UIGM de FRANCE-ESSOR (holding dont Michel Yves Bolloré détient plus de 95% des parts) AREVA semble (du moins officiellement) vouloir de désengager de ses activités dans le domaine mécanique mais le Groupe est toujours propriétaire de 30% des actions.

Au lendemain de l’AGE du 28 janvier 2003 l’analyse des comptes, établie par le nouvel actionnaire, révèle qu’une augmentation de capital d’un million d’euros est nécessaire pour relancer l’activité).

VALJEAN | 12 juillet 2016 à 19h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Tout se trame dans notre dos, lobbys, politiciens complices d'un génocide, celui de notre planète !
Urgence, changeons ce monde, lisez le livre interdit "Têtes à Flaques";
Politique, social, santé, éducation, religion, 650 pages pour vous prouver que tout est possible, pour le prix d'un paquet de cigarettes.

Collectif REC | 13 juillet 2016 à 00h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

(suite supra)
Approuvant la nécessité de l’augmentation de capital proposée, le Groupe AREVA refusera de souscrire à cette augmentation de capital, ce qui va entraîner, comme le prévoyait le principe de l'AGE, le dépôt de bilan de la société.

C'est donc avec l'accord des dirigeants d'AREVA que Bolloré élimine ses associés et s'oriente vers une opération de dépôt de bilan/reprise.

Juin 2003 INDUSTEEL (Arcelor) cède à FRANCE-ESSOR pour 0 euros +100 MFrs de prime de fonctionnement (la transaction était confidentielle, il n’existe pas de document) :
CREUSOT FORGE INDUSTRIE +l’aciérie CREUSOT METAL dont FRANCE-ESSOR va rétrocéder 25% à ce même INDUSTEEL pour 1M€

Le 31 Juillet 2003, l’entreprise UIGM est attribuée à FRANCE-ESSOR par le Tribunal de Commerce de Chalon-sur Saône pour un montant de 800.000 € et la reprise de 50 contrats de travail. UIGM devient CREUSOT MECANIQUE.

Et trois ans plus tard, en septembre 2006 le Groupe AREVA se porte acquéreur du Groupe SFARSTEEL (Montchanin-Le Creusot) pour un montant de 175 M€ (ANNEXE 6 - COMPTES DE FRANCE-ESSOR 2006). Ce Groupe est constitué de 4 entités toutes filiales du groupe FRANCE-ESSOR (SFAR, CIVAD, CREUSOT MECANIQUE (exUIGM) et CREUSOT-FORGE).

Deux de ces sociétés (CIVAD et SFAR) peuvent être considérées comme des friches industrielles qui seront rétrocédées comme telles pour 0 € dans les années suivantes à SOTRALENZ.

VALJEAN | 18 juillet 2016 à 11h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 

(suite de réaction supra)
Comme le confirme la note de l'ASN référencé dans votre article , c’est dès 2005-2006 qu'est lancée à CREUSOT-FORGE et CREUSOT MECANQUE la fabrication des pièces de la cuve de l’EPR de Flamanville qui se révèlent aujourd’hui aussi défaillantes que les contrôles auxquels elles ont été soumises.

Il n'est pas possible d'analyser les défaillances constatées au fil des années qui suivirent sans tenir compte de cet historique.

Remarque subsidiaire :

En fait, entre 2002 et 2006, AREVA a disposé de nombreuses occasions de récupérer l’atelier UIGM (Creusot-Mécanique qui appartenait à FRAMATOME depuis des temps immémoriaux).
• En 2002 lorsque SEEB souhaite le rétrocéder, il est facile de surenchérir à l’offre de Michel Yves Bolloré de 9000 € pour 50% des parts.
• Lors de l’AGE du 28 mars, AREVA pouvait souscrire à l’augmentation de capital au lieu de laisser s’accomplir la reprise par M. Bolloré au préjudice des autres associés.
• Il était également facile de surenchérir à l’offre de 800.000 € déposée par M. Bolloré devant le Tribunal de Commerce le 31 juillet 2003.

Il est clair qu’AREVA a souscrit systématiquement à l’enchaînement d’opérations correspondant à la captation d’entreprise menée par M. Bolloré, pour finalement accepter un prix d’achat tout à fait démesuré par rapport aux investissements successifs et aux cessions intermédiaires de ce dernier.

VALJEAN | 18 juillet 2016 à 11h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Epilogue : et voilà comment, bénéficiant de l'évidente complaisance de la direction d'AREVA, un "flibustier de la finance" aura participé à mettre en péril (nucléaire) son pays par simple cupidité.

Et le fait d'être surnuméraire de l'Opus Dei ne lui mérite aucune indulgence particulière, bien au contraire.

Bien entendu, ceci n'exonère pas AREVA de ses responsabilités dans ce triste dossier dont on n'ose pas tirer la conclusion à quelques mois des présidentielles. Car il va venir alourdir encore le passif de la gouvernance du groupe et ce que va devoir payer le contribuable français.

VALJEAN | 20 juillet 2016 à 08h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…