En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Jeux olympiques de Sotchi : le revers de la médaille

L'organisation des Jeux olympiques de Sotchi, qui se déroulent du 7 au 23 février, a engendré un chantier pharaonique qui a coûté la bagatelle de 37 milliards d'euros. La facture environnementale est elle aussi salée.

Gouvernance  |    |  Sophie FabrégatActu-Environnement.com

360.000 tonnes d'équivalent CO2. C'est l'empreinte carbone directe des Jeux olympiques de Sotchi, calculée par un groupe d'experts russes et internationaux, indique le comité d'organisation (CO) dans un communiqué de presse publié le 4 février. Celui-ci s'était engagé, dans son dossier de candidature, à réduire l'empreinte carbone liée aux préparations et au déroulement des jeux.

Engagement tenu, se félicite le CO à la veille de la cérémonie d'ouverture. "Au total, grâce aux technologies à haute efficacité énergétique mises en place à travers le pays dans des domaines tels que les infrastructures, l'industrie et l'agriculture, les gaz à effet de serre ont été réduits de plus de 500 milles tonnes depuis mars 2013, ce qui dépasse déjà les objectifs". Ainsi, toujours selon le communiqué, cette réduction des émissions couvrirait l'empreinte directe des jeux, mais aussi les émissions liées aux déplacements des spectateurs et des représentants des médias. Pour y parvenir, certains équipements de transports ont été remplacés par du matériel plus "propre", des actions ont été menées pour réduire les embouteillages (limitations de trafic…), une attention a été portée à la performance des bâtiments, le réseau d'égout a été modernisé… et des projets de compensation ont été développés en Russie, au Brésil et en Corée du Sud (prochains pays hôtes de Jeux olympiques).

"Nous sommes fiers d'annoncer que nous avons rempli l'un de nos principaux objectif : organiser des Jeux ayant un impact minimum sur l'environnement", se targue le Président du CO, Dmitry Tchernychenko.

Sous la peinture verte…

 
Des militants écolos malmenés A l'approche de l'ouverture des Jeux, les tensions montent avec les militants écolos. Alors que le 3 février, un premier activiste, Evgueni Vitichko, 40 ans, a été condamné à quinze jours de détention et écroué, un deuxième militantde l'ONG Veille écologique pour le Caucase du Nord, Igor Kharchenko, a été condamné à cinq jours de prison. D'autres auraient été détenus lors de l'arrivée de la flamme olympique.
 
Mais le tableau dressé par les associations de défense de l'environnement, qui ont claqué la porte du comité d'organisation en 2010, est tout autre : hectares de forêts détruits, décharges sauvages, transformation du lit de la rivière Mzymta, pollution de l'eau, disparition des saumons, d'oiseaux migrateurs…

Le projet initial a bien été corrigé pour tenir compte des nombreux avertissements du Programme des Nations unies pour l'environnement (Pnue) mais est-ce que cela aura été suffisant ? Le Pnue, après une visite en octobre dernier, s'est dit satisfait. L'abandon du projet de piste de bobsleigh et de village olympique sur une réserve naturelle (10981), salué par les associations, puis la création d'un parc ornithologique (qui représente 10% de la zone à compenser selon les ONG), la réintroduction du léopard perse, les engagements autour de la réserve de biosphère du Caucase ont permis de verdir le projet.

Mais transformer une petite station balnéaire, implantée au sein d'un parc naturel, en site d'accueil pour les jeux d'hiver n'est forcément pas neutre pour l'environnement. Il a fallu notamment construire, en un temps record, 77 ponts, creuser douze tunnels, créer quatre stations de ski, les alimenter en tonnes de neige artificielle… Au total, plus de 367,3 km de routes et de ponts auraient été construits, ainsi que 201 km de voies ferrées. La ville de Sotchi (400.000 habitants, un million de visiteurs par an) est désormais traversée par une autoroute à quatre voies, qui la relie, sur près de 16 km à l'aéroport. Une rocade a également été créée. Sans parler des nombreux bâtiments construits pour accueillir les 100.000 visiteurs attendus. L'ensemble de ces infrastructures a conduit inévitablement au morcellement des espaces naturels, habitat de nombreuses espèces. Les actions de compensation seront-elles suffisantes ?

Réactions6 réactions à cet article

 

Vu ce matin dans l'Express.fr :

"JO de Sotchi: des PME françaises ont déjà décroché l'or !
Télésièges, filets de sécurité, détecteurs d'avalanche... Les Jeux olympiques de Sotchi qui s'ouvrent ce vendredi 7 février auront des accents made in France. Plusieurs PME ont participé aux travaux d'aménagement titanesques des onze sites. Et préparent déjà les prochains JO."

Alors la France, toujours pays de l'excellence environnementale ?

Daaaavid | 07 février 2014 à 08h38
 
 

Ca alors !! les JO serai donc un événement très lourd environnementalement ?? quelle nouvelle !!!
Pourtant c'est pas écolo le ski ?? les canons a neige, le bétonnage de la montagne, les climatisations/chauffages, le grand nombre d’équipements, des milliards de publicité,etc.. ca ne serait donc pas des trucs écolo ?
Et rappelons quand même que Sotchi est avant tout.. une station balnéaire !
Mais rassurez vous, toutes ces installations (qui ne serviront d'ailleurs plus a rien après le JO) ne sont rien en comparaison des monstruosités qui se déroulent au Quatar avec la coupe du monde de foot..
Mais le CIO et la FIFA ont peut être simplement pris le choix de faire ces événements dans des dictatures pour pouvoir détourner plus, magouiller plus... mais non je m'emporte, le CIO et la FIFA sont connus pour leur transparence...

Vive le ski, Vive les JO et vive le sport de haut niveau !!

Escargot | 07 février 2014 à 09h52
 
 

décidément les JO ne sont plus qu'une grande opération de Business mais ça on le savait déjà!!

lio | 07 février 2014 à 11h37
 
 

J'ai eu la chance d'assister en spectateur aux jeux d'helsinki en 1952 le train de PARIS a STOKHOLM puisun liberty ship le SSREGIN vers Turku .
On pouvait discuter avec Alec JANY ave"c Christian d'Oriola et artes El Mabrouk Tous ces athletes étaient des hommes des femmes et pas des demi dieux..Que reste t'il de cet esprit Le nom de jeux oltympiques est galvaudé livré a un dictateur sans cionscience avec tous ces parvenus qui vont se faire voir encore reste t 'il quelques sportifs dignes de ce nompas trop camés....oui pas encore pris par la patrouille...Je prefere au bazard de SOTCHI que j'écris sot si minable le souvenir de ces gars qui sautaient a la perche avec un bambou
De Coubertin aurait mieux fait de rester au lit

FIRMINOU | 07 février 2014 à 12h50
 
 

Sotchi, la plus grande opération de blanchiment d'argent sale de tous les temps ! Et vous voudriez que l'environnement y soit respecté ?!

dmg | 12 février 2014 à 18h20
 
 

Après tout ce grand déballage, y aurait-il des missions d'évaluations à long termes de prévues, comment la ville de Sotchi se réveille en ces jours printaniers ? Cet évènement a fait son buzz environnemental mais impossible de trouver à ce jour un article informant du devenir de cette station... D'avance merci

thibault | 11 avril 2014 à 10h06
 
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…