En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

LGV Lyon-Turin : l'Assemblée adopte le projet de loi qui entérine les travaux

Aménagement  |    |  Dorothée LapercheActu-Environnement.com

La construction de la nouvelle liaison ferroviaire à grande vitesse (LGV) Lyon-Turin a franchi une nouvelle étape : les députés ont adopté le 22 décembre le projet de loi qui autorise l'approbation de l'accord entre la France et l'Italie pour lancer les travaux. Le montant de ces derniers est estimé à 8,6 milliards d'euros, financés à 40% par l'Union européenne (UE), à 35% par l'Italie et à 25% par la France. Son objectif est de développer le fret ferroviaire transalpin entre la France et l'Italie, et d'assurer un transport plus rapide des passagers.
Des associations comme France nature environnement (FNE) et la Fédération Rhône-Alpes de protection de la nature (Frapna) contestent cependant son utilité. Elles estiment en effet que les tonnages transportés par les passages nord-alpins ont diminué depuis 1994 et que la saturation de la ligne ferroviaire historique n'était prévue que pour 2035.
La loi Montagne, adoptée le 21 décembre, a également ajouté sa pierre à l'édifice. Le texte accorde à la société Tunnel Euralpin Lyon Turin, "tous les droits découlant des lois et règlements applicables (…) en matière d'expropriation dans les conditions définies par le code de l'expropriation pour cause d'utilité publique". Elle peut également acquérir les terrains par voie amiable. Une convention conclue entre la société et l'État précise notamment les modalités de remboursement par l'Etat du montant des indemnisations des biens expropriés et des acquisitions amiables supportées par Tunnel Euralpin Lyon Turin.

Réactions1 réaction à cet article

 

Il ne s'agit pas d'une LGV mais d'une ligne mixte voyageurs-fret sur laquelle les TGV circuleront à 220 km/h et les trains de fret à 100-120 km/h.
Vous signalez légitimement que la fédération FNE est opposée au projet. Pourquoi ne signalez-vous pas que la Fédération nationale des associations d'usagers des transports (FNAUT) y est au contraire très favorable car sa réalisation permettra de transférer sur le rail une large part du trafic franco-italien de camions qui transite actuellement par les Alpes du nord et la Côte d'Azur ? Il est exact que la ligne existante passant par Modane est loin d'être saturée, mais ses performances sont très médiocres en raison de son profil, et elle n'est pas compétitive face à la route qui dispose, elle, d'infrastructures performantes : accès autoroutiers et tunnels de basse altitude.

Jean Sivardière | 29 décembre 2016 à 11h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…