En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Urbanisme : la loi Alur est publiée

Aménagement  |    |  Pierre Emmanuel BouchezActu-Environnement.com

La loi pour l'accès au logement et pour un urbanisme rénové (Alur), portée par la ministre de l'Egalité du territoire et du Logement Cécile Duflot, a été publiée le 26 mars 2014. Outre ses dispositions destinées à favoriser l'accès au logement, la lutte contre l'habitat indigne et les politiques publiques du logement, la loi concerne l'urbanisme et l'environnement.

L'objectif du texte est de lutter contre l'artificialisation des sols en conciliant la protection des terres agricoles avec le besoin actuel de construire 500.000 logements. La méthode choisie est la densification des quartiers pavillonnaires.

Dans cet esprit, l'amélioration de la couverture du territoire par les schémas de cohérence territoriale (ScoT) est prévue. Ces schémas sont placés au sommet de la hiérarchie des documents d'urbanismes, si bien que les plans locaux d'urbanismes (PLU) doivent désormais les prendre en compte sous un délai d'un an. On note également que la compétence d'élaboration du PLU est désormais transférée à l'intercommunalité.

Un coefficient de biotope est créé afin de maintenir un certain ratio entre la surface pouvant servir de biotope et la surface construite. De cette manière, le ministère espère limiter la disparition de biodiversité induite par la densification des logements pavillonnaires.

La loi Alur concerne également la reconversion des sites pollués. L'amélioration de l'information des populations sur l'état de la pollution des sols par la création de zones de vigilance et d'études de sols est en effet primordiale. Dans un contexte de raréfaction de la surface constructible, l'utilisation des friches industrielle pour construire des bâtiments à usage résidentiel est rendue possible par la possibilité de changer l'usage du site initialement prévu et de transférer l'obligation de remise en état des sites à un tiers.

Réactions4 réactions à cet article

 

Une loi qui fera encore chuter le nombre de logements mis en construction, alors que la construction est la seule vraie solution pour résoudre la crise du logement et des loyers !

Laurent Berthod | 26 mars 2014 à 21h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

60 ans en arrière
Nos gouvernants vont nous refaire des gettos, des barres d'immeubles et ainsi augmenter les nombreux problèmes sociaux

BIOCLIM | 27 mars 2014 à 08h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

L'artificialisation des sols et l'étalement urbain sont des problèmes trés sérieux et il fallait bien finir par s'en préoccuper. En effet l'étalement urbain induit un besoin de transports quotidiens directement lié: donc consommation de carburants ou d'energie, temps perdu, accidents de trajet.
D'ailleurs les grands centres commerciaux de périphéries sont aussi responsables de transports inutiles: les commerces doivent s'approcher des clients et non pas les clients s'approcher des commerces!
C'est vrai qu'il ne faut pas retomber dans les anciens excès avec les immenses barres d'immeubles et grandes tours et viser plutôt des immeuble de hauteur modérée 3 à 4 étages.

ami9327 | 27 mars 2014 à 10h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ces derniers années nous avons subis des successions de réformes et de lois, certes élaborés avec de bonnes intentions par exemple pour réduire la facture énergétique, rendre notre environnement construit accessible aux personnes à mobilité réduites..., mais dont les effets se révèlent souvent contraires en déplaçant l'exclusion et le pouvoir d'agir : dette publique historique, pouvoir d'achat des ménages réduits, solitude croissante, ... La loi Alur s’inscrit aujourd’hui dans la continuité de ces mesures.

Cependant, vouloir trop mettre des approches techniques ou technocratiques au centre et non pas l'homme est un fléau de notre société.

Mon cabinet d'architectes franco-allemand travaille depuis des années sur les concepts qui intègrent les thèmes comme le voisinage, l'intergénérationnel et l'échange de services, par une architecture conviviale et responsabilisante afin de provoquer le "donnant-donnant" pour un "gagnant-gagnant" privilégiant les énergies positives des habitants pour un « mieux vivre ensemble ». Cette approche est facilitée par une intégration large de la nature.

Nos projets phare sont conçus comme des éco-quartiers à l’échelle de la résidence, dont la gestion innovante vise à inciter les utilisateurs à devenir acteurs responsables de leur lieu de vie en leur restituant le bénéfice des bons gestes au quotidien.

Patrick Stefan Rheinert | 28 mars 2014 à 11h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…