En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le projet de loi sur les OGM est à nouveau entre les mains du Sénat

Conformément à la procédure législative, le projet de loi sur les organismes génétiquement modifiés sera à nouveau étudié à partir d'aujourd'hui par le Sénat en deuxième lecture après une intervention remarquée du Président de la République.

Agroécologie  |    |  Florence RousselActu-Environnement.com
Après avoir été adopté de justesse à l'Assemblé nationale, le projet de loi sur les Organismes Génétiquement Modifiés (OGM) retourne aujourd'hui entre les mains des sénateurs pour une seconde lecture. Le climat qui entoure ce dossier est toujours aussi orageux notamment suite au vote de l'amendement 252 du député Chassaigne (PCF) à l'Assemblé nationale. Cet amendement stipule que la mise en culture, la commercialisation et l'utilisation d'OGM ne pourront se faire que dans le respect des structures agricoles, des écosystèmes locaux et des filières de production et commerciales. Cet amendement sous-entend par conséquent que les OGM pourraient être interdits dans les zones d'Appellation d'Origine Contrôlées ou les Parcs Naturels Régionaux.
Qualifié de « victoire politique » par l'opposition, cet amendement a très vite été décrié par de nombreux députés UMP qui l'accusent de déséquilibrer le projet de loi. Les élus de la majorité n'ont pas hésité à prendre à partie la secrétaire d'Etat à l'écologie Nathalie Kosciusko-Morizet, dont la position a été jugée ambiguë. Certains députés ont également appelé les sénateurs à supprimer l'amendement concerné lors de leur seconde lecture.

En réponse à toute cette agitation, le Président de la République Nicolas Sarkozy est intervenu afin de préserver l'amendement Chassaigne. Le Sénat a toutefois prévu de le sous-amender. Autrement dit des précisions seront apportées à l'amendement. La question est désormais de savoir dans quel sens vont s'orienter les sénateurs.
Selon le député de Moselle François Grosdidier (UMP), il est possible que le sous-amendement donne le droit au gouvernement de fixer des seuils de contamination différents dans certaines régions françaises. En l'état, l'amendement est en effet contraire à la directive européenne que doit retranscrire le projet de loi et qui interdit l'exclusion des OGM de certains territoires. Ainsi modifié, les OGM ne seraient pas totalement interdits dans les régions AOC et les parcs naturels régionaux mais leur culture serait plus fortement encadrée. Les procédures de dédommagement liées à une contamination pourraient par exemple être déclenchées lorsque le seuil de contamination atteindrait 0,1% contre 0,9% dans le reste du territoire.

Mais rien est joué. Le Sénat peut également totalement vider de son sens l'amendement, explique François Grosdidier. Le député UMP peut néanmoins compter sur le sénateur Fabienne Keller (UMP). Selon Libération, cette dernière a déjà prévu de déposer plusieurs amendements similaires à ceux proposés sans succès à l'Assemblé nationale par monsieur Grosdidier et certains de ses collègues. Elle espère ainsi reprendre le flambeau du sénateur Jean-François Legrand qui a décidé de ne pas participer au débat cette fois-ci. La sénatrice du Bas-Rhin propose notamment de fixer le seuil de contamination à 0,1% sur l'ensemble du territoire. D'autres amendements devraient également permettre de renforcer la transparence du Haut conseil des biotechnologies en assurant la liberté d'expression des membres et en rééquilibrant les pouvoirs des deux collèges, celui des scientifiques et celui composé de membres de la société civile.

Le député Grosdidier espère également que le Sénat fera évoluer le régime de responsabilité en cas de contamination qui pour l'instant ne concerne que l'agriculteur cultivateur d'OGM. De l'avis du député, cette responsabilité devrait incomber à toute la filière à savoir le distributeur et le titulaire du brevet et de l'autorisation.
François Grosdidier espère également que les arrêtés d'autorisation de mise en culture des OGM ne seront pas uniquement décidés par le Ministère de l'agriculture comme cela est prévu dans le texte actuel mais suite à un accord commun des ministères en charge de l'écologie et de l'agriculture.

À défaut, le député tentera une nouvelle fois de se faire entendre lors de la seconde lecture de l'Assemblé nationale. En attendant, il appelle les citoyens à se manifester auprès de leur député pour faire part de leur avis sur le sujet.
D'ailleurs, dans une lettre ouverte publiée dans Libération, les associations de protection de la nature parmi lesquelles la LPO et Greenpeace et de nombreuses personnalités demandent que le projet de loi soit amendé dans le sens de la protection des filières sans OGM. « Votre responsabilité est immense », souligne la lettre avant de conclure par « nous serons vigilants ». Pour Greenpeace, il est essentiel que l'amendement 252 ne soit pas vidé de son sens : la préservation de l'agriculture sans OGM et des filières de qualité ne doit pas faire les frais de la politique politicienne.

Réactions14 réactions à cet article

 
OGM la partie continue

Où est donc le Grenelle de l'environnement? enterré? décidément ce n'est pas le printemps de l'imagination au parlement . Même si une majorité de Français sont et restent antiOGM pas de droit à la parole, pas de moyens pour faire basculer la position des députés; et pourtant ce n'est pas l'information qui manque sur la propagation des OGM ( France-Inter samedi 12 avril CO2 mon amour). Il y a quoi et qui derrière cette volonté de nous ogemisez?

carignan | 17 avril 2008 à 16h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 
OGM la partie est pipée

L'Etat français est en infraction en matière de pollution et doit plusieurs centaines de millions de pénalités à l'UE. Par contre, sous prétexte de se mettre en conformité avec la législation de l'UE et d'éviter une petite pénalité supplémentaire (pourtant cette exposition là serait pour une fois pour l'intérêt sanitaire de tous) il autorise les OGM.
Que motive nos dirigeants ? Certainement pas la bonne gestion du pays et les intérêts des citoyens français comme du monde.
D'ailleurs cela se vérifie en poursuivant le "culte" des agro-carburants malgré leur bilan environnemental encore plus mauvais que le pétrole (pollution, faim, sol, biodiversité, eau...). Pourtant, cela est connu de tous et les Etats préoccupé d'une gestion globale et à long terme, se désengagent... Mais pas nous !
Le terme démocratie ne suffit pas à ce qu'une politique en suive le chemin et agisse pour le bien public et non simplement qq intérêts privés. En tt cas c'est mon ressenti.

Jerome | 17 avril 2008 à 16h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 
OGM la partie continue, qui est derrière ?

il ne s'agit pas là de savoir qui est pour ou contre mais qui ,en chaîne, usa FDA ,mondial > OMC, europe >TRAITE de Lisbonne , France > Transposition législative, pour leur seul profit , après brevetage du vivant , cherche à faire main basse sur les semences naturelles et par là sur l'alimentation de base du monde.
but : imposer par lobying et jeu des chaises musicales entre les élus et la direction des firmes (usa) et de façon peu honnête et par des pressions énormes sur les personnalités responsables ,gouvernement ,scientifiques ,chercheurs ,producteurs ,juridiques contre les associations de défense des consommateurs , par la corruption active ou passive ,les encarts mensongers dans la presse internationale et par diffusion polluantes ou en contrebande des graines et qui a racheté bon nombre de semenciers pour représenter 90% de la fourniture de graines pour imposer les plantes OGM (riz ,colza ,coton ,maïs .... pour le blé ça a "foiré" aux états-unis car les cérealiers avait peur de ne pouvoir exporter leur production OGMISEE en Europe opposée aux OGM à ce moment la ,(ce n'est que partie remise ,sans doute! )cette firme c'est MONSANTO , voir l'enquête de marie-monique Robin sur le sujet !
édifiant , comment faire confiance quand on s'aperçoit du lot de truquages délibérés dans les rapports , les études d'impact sur la santé ?
bon appétit nous en avons déjà mangé à notre insu (par la viande , dans les conserves, les plats préparés , oui je suis en colère , car il n'y à pas de marche arrière concernant ces décisions pour répondant de basses considérations commerciales d'une poignée d'individus que la finance a rendu FOUS .
une mauvaise loi sur la justice ,le budget ,la sécu , les retraites , on peut revenir en arrière , amender , annuler suite à une modification de la direction politique du pays
dans le cas des OGM ce qui et fait est fait , ça devient comme le réchauffement climatique , suite à une révolution industrielle de cent cinquante ans: irréversible
PS je ne suis pas un militant , mais ce qui précède me semble découler du simple bon sens : il faut que nos gouvernants arrêtent de prendre les Citoyens de ce pays (80% contre les OGM alimentaires )pour des imbéciles !!!!!!!!!!

smile 17 | 17 avril 2008 à 17h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 
pétition contre les OGM

Serait-il possible par le biais d'internet de faire une pétition contre les OGM pour que les citoyens puissent s'exprimer et peser dans le débat ?
Pour ceux qui sont pour les OGM je les invite à regarder l'émission : " Le monde selon Monsanton" de Marie- Dominique Robin qui est passée sur Arte. Le DVD est sorti .Je ne fais pas la promotion de cette émission pour des raisons financières (je n'ai aucun lien financier avec ce produit ).

Anonyme | 17 avril 2008 à 19h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:OGM la partie est pipée ne pas faire l'autruch.

Il y a des moment il faut être responsable.
Petit retour en arrière, il y a plus de 20 ans, l'Europe "surproductrice de produits agricoles" se voie dans l'obligation de stocker ses excédents, L'éthanol était déjà un enjeu en régulant ces excéd.,en maintenant ainsi des prix rémunérateurs pour les agriculteurs, par se simple fait il aurait maintenu des prix élevés qui auraient soutenu les productions locales au travers le monde, ( et oui, il est plus facile pour des gouvernements assistés de pays en voie de dév. d'acheter des produits sur les marché mondiaux à pas cher en muselant sa popul. par des aides alimentaires que de développer leur agricuture pour une autonomie alimentaire, mais là il n'y a plus de pot de vin et l'arrivé d'une vrai démocratie n'est pas ds leurs intérêts.). A cette époque, le pétrole coulait à flot, et les lobbies pétroliers ont tout fait pour écraser l'ethanol. Aussi est arrivé l'atout écologique, il est réèl, et même s'il n'est pas gigantesque (1.4 pour 1 issu du pétrole utilisé pour le produire, de la plante à la pompe).
Effectivement on peut s'en passer, et faire "l'autruche", car il y aura deux armes essentielles demain l'énergie et l'alimentaire. Mais sans pétrole comment pourrons nous travailler demain? L'agriculture bio!! les rendements sont diviser par trois,les prix pour permettre à l'agri. de vivre dignement devrons être multiplier par trois et il y aurait une économie à deux vitesses, celle des "paysans trimmant comme des malades en travaillant sans confort comme autrefois et les autres(je n'ose pas y penser!) . Il faut anticiper, ou accepter de régrésser gravement, demain (10 ou 15ans) de nouvelles énergies seront maîtrisées, à ce moment l'éthanol issu de denrées agric. n'aura plus sa place, mais il nous aura permis de tenir.

Pour les Ogm il ne faut pas dire tout et n'importe quoi, certe il y a des choix discutables, mais il y aura des faits incontournables, et seul la réponse ogm aura une capacité de réaction par rapport à des problèmes climatiques d'envergures, des risques de maladies sur les vgtx gravissimes ("l'homme moderne par ses moyens de déplacement peut faire se développer une maladie sur une plante en 24h partout ds le monde grace au trspt. aériens") . Les génétiques traditionnelles mettent 5 ans pour trouver une parade acceptable, plus encore trois ans pour retrouver une génétique plus productrice.
Je n'ose pas penser au massacre!
Oui le sacrosaint bio, il est la panacé, regardez la provenance des pommes de terre cette année, Egypte (ex: Carrefour Saran 45) ou tout autre pays où les vérif sont "irréfutables"???? (de plus, quelle belle satisfaction de non rejet de carbonne dans l'athmos. les p.d t. sont arrivées chez nous grace à des caravanes de chameau, au faite, c'est vrai qu'en egypte il n'y a pas de problème alimentaire, le bio est plus une mode destiné éssentielement à ceux qui ont les moyens et veulent ce donner bonne conscienses.
Mais cette année AUCUNE POMME DE TERRE N'EST REELEMENT BIO, VOUS POUVEZ LA FAIRE ANALYSER ET VOUS VERREZ BIEN!!!.
La raison, elle est simple les conditions hypers humides de 2007 n'ont pas permis aux bios de produire car un champignon qui fait pourire la plante et le tubercule ( le MILDIOU) c'est développer partout en Europe .
Je ne prône pas le tout ou rien, mais je pense que c'est comme pour les soins médicaux, il y a trois voies;
Le tous médicament au moindre ptt. probl.
Le tout naturel (jsqu'au vaccin attention à la POLIO)
Le médicament utilisé quand l'organisme ne peut se défendre mais sans excès, c'est plutôt ma voie.

ercat | 19 avril 2008 à 16h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:OGM la partie est pipée ne pas faire l'autr.

Ercat,
1§ : Vs évoquez assez justement le rôle des pays du Nord dans la pauvreté des pays du Sud. La corruption que nos moyens financiers nous permettent, assurent le maintien au pouvoir de dirigeants totalitaires qui vivent en parasites sur la population (les pays du Nord agissent, avec la Chine, sur un processus similaire au dépens de la vie des Tibétains mais aussi de nbreux Chinois…). Mais c’est aussi les pays du Nord et principalement ceux qui détenaient des colonies, qui ont imposé aux pays du Sud une agriculture non vivrière et qui a accéléré leur pauvreté, la famine, leur dépendance et une corruption de la classe dirigeante.
2§ : Il est vrai que le rendement de l’agriculture bio est inférieure à celle intensive et assimilée à tort comme traditionnelle. Cependant, c’est la seule rentable. L’agriculture intensive ne tient artificiellement que par les subventions… Non seulement le côté environnemental (destruction et pollution des sols, gaspillage de l’eau, développement des maladies par les monocultures, ….) et social (désordre sanitaire chez les agriculteurs et moins violentes mais forts couteuse, chez les consommateurs), sont catastrophiques mais le côté économique n’est pas viable.
3 § : Seul les politiques et les multinationales ont un discours rassurant et positif sur les OGM (concernant l’agriculture). Les chercheurs et experts indépendants ne sont pas de cet avis. Mais comme la santé et la vie sont au bas de l’échelle des intérêts financiers de quelques uns, les moyens utilisés pour nos « relations » Nord-Sud du 1§, trouvent d’autres applications.
4§ : Le mildiou existe depuis des siècles et la prévention permet de l’éviter la plupart du tps. Je peux vs citer la rotation des cultures (on ne la pratique plus), destruction des plants atteints (l’agriculture intensive ne le permet plus) etc…
La probable suppression de la PAC, si elle se fait réellement, la hausse des énergies fossiles, l’intégration des coûts inhérents aux pollutions de production… devraient enfin permettre à l’agriculture bio de se développer car c’est la seule rentable.
Par ailleurs, ne pensez-vous pas qu'achetez bio, éthique et local (l'objectif est de faire les 3 ensembles même si c'est très difficile) soit plutôt un soutien aux gens et entreprises qui produisent en faveur des autres et non dans le seul objectif de leur prendre leur argent, qu'une quête de bonne conscience ?

Jerome | 19 avril 2008 à 18h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:pétition contre les OGM

Moi aussi, je souhaiterais une pétition (au moins!!) J'ai honte de laisser ce monde à mes enfants, et ne peux pas rester sans réagir.
Quoi que... depuis 11 mois, on a beau s'exprimer; ce que "le chef"(!!!) décide, se fait sans aucune concertation, comme s'il n'y avait plus de "peuple" en France...

Talou | 19 avril 2008 à 20h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:OGM la partie est pipée ne pas faire l'a.

Pt 1: Je serais plutôt en accord mais,nous resterons totalement impuissant sur ce problème, et je crois malheuresement que des pays qui ont connu depuis des décennies des systèmes totalitaires ou sectaires ne pourrons se sortir de "l'ornière" où ils se trouvent sauf exception et attache géographique à des bloques connaissant la démocratie,l' exemple en est l'Espagne(extr drte) et l'ex bloque l'Est maintenant intégré à l'europe(extr gche).
Pt2: Pour ce qui est de l'agriculture bio et conventionnelle ou intensive pour ceux qui ne sont pas de ce milieu.Vous ne semblez pas connaitre le fond du problème. L'un des fondement de l'Europe fut lié au développement de l'agriculture pour une europe autosuffisante, voire exportatrice pour obtenir en échange le développement d'autres pan entier de notre industrie (il ne faut cracher ds la soupe). Cette agriculture a comme tous les secteurs eut des excès, je pense plus là, sur le plan environnemental. Aussi est arrivé le temps des excèdents et des stock en tout genre( beurre céréales viande)
1992 la PAC un système pervers à bout de souffle car gérer plus avec des idées 100% politiciennes que rationnelles. Quelle profession aurait pu accepter de voir le produit de son travail rémunérer à 50% sans distinction de marcher ou de qualité et compenser partiellement par ces fameuses subventions que vous critiquez sans connaitre leur origine. Je présiserai que c'est un certain MERMAZ qui décida de cela pour la France et qui alla jusqu'a couvrire son département d'aides sur des bases de rendement de productions qui y étaient quasi absentes ( le maïs justement) . Le plus beau fut pour le blé dur cette céréales qui est destinée à faire des pâtes ou de la semoule dont les marcher ont de tout temps été le bassin Méditéranéen fut quasiment abandonner en France pour non rentabilité, ce marché à été pris par l'amérique du nord , mais l'agriculture n'est pas une production que l'on maitrise de son bureau à coup de ratios, les alléas climatiques en ont toujours modifié les données. Il y a même eut une année où "l'europe protectrice de son agriculture" à du bloquer les exportations de blé dur, et oui le marché mondial était plus rémunérateur qu'en europe et quand les PRIMES ne compenses PAS LES PERTES de revenus, toutes les opportunités sont bonnes.
Pour l'évolution où il n'y aura plus d'aides et nous auront droit à de gigantesques exploitations qui changerons leurs productions en fonction des opportunités de marcher parfois sans aucun lien avec les besoins des états,
ou l'on oriente les aides vers une garantie de revenu(plus ou moins élevé suivant les bénéfices réaliser par l'agriculteur attention je dis pas les prix des denrées car ils fluctuent tout au long de l'année comme pour la bourse il y a des points hauts et bas qui ne sont pas forcément le refflet de la valeur de la société)
Pour ce qui est des techniques consommatrices et polluantes haltes aux clichés simplistes.
Montrez moi un seul cas de destruction de sol en France.
Pour ce qui est de l'utilisation de l'eau, elle est gérée en terme de volume cela depuis maitenant presque 20 ans, et je pense que cette utilisation qui permet au plantes de ce développer est aussi noble voir bien plus que le clinquant des voitures et le remplissage des piscines étant entendu qu'en cas de pénurie avérée la priorité est l'alimentation en eau des êtres humains.
Pour les désordres sanitaires, je ferai le rapprochement avec les médicaments, un peu c'est surement vital, de trop cela tue (mais l'économie actuelle ne permet plus ces excès d'un autre temps)
Pour ce qui est des consommateurs rapellez moi l'évolution de la moyenne d'age des h et f de ce pays?
Il est vrai que les habitudes de consommation changes et comme pour les rats nourris uniquement avec du maïs ogm avec un bio cela aurait été le même issu fatal, on peut en "crever" (le sel est mortel à dose importante il est même l'élément étalon pour toutes les recherche de toxicité)
Pt 3
Arrétez je vous trouve autant de chercheurs indépendants qui y sont favorables, mais d'ailleurs certains soit disant indépendant ont peu être intéret à voir la recherche Française disparaitre au profit des grandes sociétés type MONSANTO, et ainsi voir les brevets de leur propre père (dont il hériterons d'ici queques années) raporté de juteux royalties.
Pt 4 Le Mildiou, l'agr bio ne la pas permis cette année, et c'est juste le faute du climat humide, il ne faut pas penser que ce que l'on peut tenter et parfois réussir dans un jardin pour son autoconsommation on puisse le réaliser à grande echelle et l'agriculture qu'elle soit bio ou conventionnelle est à grande echelle par rapport au jardin, désolé!!! mais je confirme il n'y a pas eut la moindre pomme de terre réèlement bio produit en Europe pour ètre vendue sur les marchés cette année.
Je pense ètre objectif et personne ne peut dire qu'il ne travaille pas pour gagner dignement sa vie et faire vivre sa famille et je suis persuadé qu'aucun agriculteur n'a envie de laisser le type d'exploitation que vous avez évoqué.
Dernier rappel l'agiculture Bio représente péniblement 3% des actifs agricoles français et elle ne décole pas depuis plus de 15 ans, alors si elle était si ecomiquement rentable tous les agriculteurs qui ont connu une grave crise ces dix dernières années ce seraient engouffré dedans, ils ont seulement les pieds sur terre!!!!!!!!!!!!

Anonyme | 20 avril 2008 à 00h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Poursuite de l'échange

Merci pour le détail de votre réponse dont je rejoins bcp de points.
Cependant :
- concernant les sols, le simple compactage de ceux-ci par la combinaison de la destruction de la vie du sol par les intrants, le ruissellement dû aux champs gigantesques et sans haies, suffisent pour les appauvrir.
- Concernant l’eau, la consommation des 3/4 provient du milieu agricole. Arrosage en plein soleil, cultures inadaptées aux climats, alimentation déséquilibrée où la viande est trop importante, en sont les principaux facteurs. Mais il est vrai que d’énormes efforts sont aussi à faire ailleurs.
- L’augmentation de l’espérance de vie ne signifie pas qu’il y a moins de maladies mais simplement que le recours à la médecine est plus efficace. Nos sociétés créent les pathologies de demain, c’est çà le vrai fléau car bien sûr cela à un coût que même le système français ne pourra pas couvrir. Mais peut-être que les personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté ne seront pas pris dans les statistiques d’espérance de vie…
-Le bio en France : 1% de surface bio pour 3% des actifs agricoles, je trouve que c’est un très bon rapport (=> moins de chômage) et en plus ces parcelles sont moins subventionneées que les autres, non ? En France on importe des produits bio (ils le sont donc bcp moins !) il y a donc une demande. L’Italie a presque 11% de sa surface agricole en Bio. Faire du bio permet aussi des économies d’échelle, non seulement sur la santé mais aussi sur le traitement de l’eau, ou le transport (à terme) car cela apprendra aux gens à consommer local et de saison.. Si le bio ne décolle pas en France c’est surtout parce que nous sommes un pays politiquement favorable à de la chimie et que les aides profitent à la culture intensive.
Cordialement.

Jerome | 20 avril 2008 à 09h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Poursuite de l'échange

je suis tout à fait d'accord avec vous, Jérôme.
Pour le bio-éthanol, je suis tout à fait contre ; savez-vous qu'un ingénieur français a inventé il y a 10 ans un moteur à air comprimé; il n'a jamais eu d'aide de l'Etat pour développer son projet. : évidemment que la perte des taxes des carburants a pesé beaucoup ! ICet ingénieur vient d'améliorer encore son moteur et espère avoir enfin l'agrément du gouvernement pour construire ces voitures à air comprimé. Je crois qu'il a finalement vendu son brevet à Tata.
le problème est que les politiques ne sont pas au service des citoyens mais des multinationales !!!!!!! la corruption existe en France : référez-vous aux livres d'Eva Joly à ce propos.
Il faudrait vraiment que l'on arrête de jouer à l'autruche et de donner un "bon coup de pied dans la fourmilière" de nos hommes politiques actuels.
Nadine

Anonyme | 21 avril 2008 à 10h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Poursuite de l'échange

Il est certain que les véhicules MDI, plus légers et propres si l'air est comprimé à partir de la surproduction électrique du réseau puis par une source d'énergie propre et renouvelable, semble être l'une des alternatives à industrialiser rapidement. Mais cela fait si lgtps que les prototypes existent...
La fourmilière politique a sans doute besoin plus que d'un coup de pied car malgré les apparences, de moins en moins trompeuses, toute son énergie et les moyens financiers que nous lui donnons, ne servent qu'à satisfaire les intérêts de ses membres au dépens de la collectivité. S'il est maladroit de faire un racourci de ce type, c'est en tous cas ce qu'il ressort de la politique de nos dirigeants et je ne peux m'empêcher de l'exprimer.
Merci pour cet entretien qui montre que les citoyens ne sont pas encore totalement résignés... Si tout est encore possible, la vie reste la plus belle des choses.
Je vous souhaite une excellente journée.

Jerome | 21 avril 2008 à 12h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:OGM la partie continue, qui est derrière ?

Le but ultime de Monsanto est de contrôler l'alimentation mondiale en produisant des semences que les agriculteurs seront obligés de se faire fournir chaque année : c'est la fin d'une époque, la disparition inéluctable des cultures traditionnelles et de l'agriculture bio. A notre échelle, la seule chose que l'on puisse faire est de manger bio, puisque rien n'oblige les agriculteurs conventionnels à dire s'ils font du conventionnel ou de l'OGM. Si : en fait il faut qu'ils préviennent leurs voisins agriculteurs...
Il n'y a aucun moyen de pression possible puisque le fauchage est maintenant puni sévèrement. Ils veulent nous faire bouffer des OGM : ils vont y arriver, tôt ou tard. Seul un(e) politique honnête et conscient des dangers pourrait faire changer la donne,mais ce n'est pas demain la veille. Vive la démocratie, vive la République et vive la France !

Titimab | 22 avril 2008 à 15h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:OGM la partie continue, qui est derrière ?

tiens une suggestion me viens à l'esprit :
l'amendement suivant , toute culture OGM qui aura contaminé volontairement on accidentellement par les effets naturels ,se verra retiré de facto son droit et agrément de brevet international pour insuffisance de protection et pollution (et stopper les royalties qui vont avec )
en cas de pollution par semences OGM les dits OGM tombent dans le domaine public !
on y va ?on y va ? vite on y va ?on y va ?vite on y va ? ça urge !!!!!
allez les députés et sénateurs, un peu de courage ,moins d'hypocrisie
, de servitude et de dévotion au fric !
comme pour les bagnoles tu provoques un accident ,tu paye (ou ton assurance)

smile17 | 23 avril 2008 à 04h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:pétition contre les OGM

Ok pour la pétition!!!
On ne peux pas autoriser quelque chose dont on est pas sûr des conséquences et qui est diriger par une firme très puissante, c lui donner encore plus de pouvoir!!!
En plus, mon avis est que l'on a déjà réaliser des essais d'OGM en condition non contrôlée ce qui a déjà contaminé plusieurs champs...
Arrêtons le massacre!!!

Anonyme | 25 avril 2008 à 20h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…