Actu-Environnement
 
 
 
 

Toitures solaires : le high-tech investit la maintenance des centrales

Afin de garantir un fonctionnement optimal des centrales solaires, de nouvelles technologies font leur apparition dans le monde de la maintenance. Monitoring à distance, drones, robots, une panoplie high-tech au service de la production solaire.

Reportage vidéo  |  Energies  |    |  Actu-Environnement.com
Toitures solaires : le high-tech investit la maintenance des centrales

La question de la maintenance des centrales solaires photovoltaïques n'est pas une mince affaire. Les installations ne sont pas à l'abri de défaillances techniques et sont souvent exposées aux agressions extérieures. Du fait du montage en série des panneaux photovoltaïques, un seul élément défaillant peut mettre à mal l'ensemble de l'installation et perturber la production d'électricité. Les exploitants de centrales font donc appel à de nouvelles technologies pour garantir un fonctionnement optimal de leurs installations et les revenus financiers qui en découlent.

Pour pallier ses difficultés et limiter les arrêts, les exploitants misent sur leur réactivité et développent une surveillance à distance via un centre de contrôle où la production de l'ensemble des centrales peut être suivie en temps réel. L'objectif premier est de détecter le plus rapidement possible la moindre défaillance et si possible d'intervenir à distance. Le centre de contrôle d'EDF ENR par exemple situé à Limonest (69) gère l'exploitation de 540 centrales sur tout le territoire français.

Le groupe fait également appel à des drones équipés de caméras thermiques pour détecter les dysfonctionnements des centrales. L'encrassement des panneaux peut également être la cause d'une baisse de production. Un nettoyage s'impose alors tous les 3 à 5 ans. Le groupe mise sur des robots automatiques qui nettoient avec de l'eau distillée et du savon les m2 de panneaux (400 m2/h). Encore très couteuses ces technologies sont toutefois réservées le plus souvent aux grandes installations.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez à cet article

1500 caractères maximum
[ Tous les champs sont obligatoires ]