En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Depuis mardi 19 août, l'humanité creuse sa dette écologique

Comme chaque année, l'ONG Global Footprint Network calcule le jour du dépassement des capacités de production de la Terre. En 2014, les ressources ont été épuisées en moins de huit mois.

Dev. Durable  |    |  Dorothée LapercheActu-Environnement.com

En moins de huit mois, l'humanité a consommé l'intégralité des ressources naturelles que la planète peut produire en une année, selon l'organisation non gouvernementale Global Footprint Network. Aujourd'hui, mardi 19 août marque le point de bascule pour 2014 : désormais, nous vivons à crédit, notre consommation de ressources puise dans les stocks et augmente le dioxyde de carbone de l'atmosphère. L'accumulation des gaz à effet de serre est en effet plus rapide que la capacité d'absorption des forêts et des océans.

Selon les calculs de l'ONG, notre demande équivaut désormais à plus d'une fois et demi la capacité de la Terre.

Un besoin de deux planètes avant le milieu du siècle

Si les projections des Nations unies sur la croissance de la population et de la consommation s'avèrent exactes, nos besoins exigeront la capacité de deux planètes avant le milieu du siècle, d'après le Global Footprint Network.

"En 1961, nous n'utilisions encore que les trois-quarts de la capacité régénératrice de la Terre pour satisfaire notre consommation annuelle de ressources", réagit le WWF.

C'est au milieu des années 70 que nous avons commencé à creuser notre dette écologique : la consommation mondiale a alors dépassé ce que la planète pouvait produire.

Cette surexploitation de ressources naturelles découle de quatre facteurs principaux, selon le Global Footprint Network : de ce que nous consommons, de l'efficacité avec laquelle les produits sont fabriqués, de la population mondiale et de la capacité de production de la nature.

"L'amélioration des technologies ont permis d'augmenter la productivité biologique au cours des années, mais celle-ci peine à suivre le rythme avec lequel la population et la demande de ressources croissent", développe l'ONG.

C'est ainsi que désormais 72% de la population vivent dans des pays qui surexploitent la biocapacité (dont la France, l'Allemagne, l'Angleterre, l'Italie, le Japon, les Etats-Unis, la Grèce, le Danemark, la Suisse, le Qatar et les Émirats arabes unis).

Il faudrait ainsi 1,6 France pour répondre aux besoins des Français, 1,9 Etats-Unis pour les Américains, 2,5 Allemagne pour les Allemands, 3,3 Royaume-Uni pour les Britanniques, 3,1 Grèce pour les Grecs, 4,3 Suisse pour les Suisses, 4,4 Italie pour les Italiens, 7 Japon pour les Japonais et 12,3 Émirats arabes unis pour les Emiriens.

Seulement 14% continuent de disposer d'une biocapacité plus importante que leur empreinte écologique (notamment le Brésil, la Finlande, le Canada et l'Australie).

Les émissions de carbone représentent 50% de l'empreinte écologique

Aujourd'hui, les émissions de carbone représentent plus de la moitié de l'empreinte écologique totale de l'humanité. Elles correspondent également à la croissance la plus rapide de l'empreinte. "Depuis 1970, notre empreinte carbone total a plus que triplé", souligne le Global Footprint Network.

Conçu par Andrew Simms du think tank britannique "New Economics Foundation", le concept du "jour du dépassement" repose sur le calcul suivant : la division de la biocapacité mondiale (les ressources écologiques que la Terre est capable de générer en un an) par l'empreinte écologique mondiale (la demande annuelle de l'humanité), multipliée ensuite par le nombre de jours dans une année (365).

"Il n'est pas possible de déterminer avec une exactitude parfaite le jour auquel l'humanité dépasse le budget écologique de la planète, modère le Global Footprint Network, il est généré à partir de données agrégées par pays".

Si la date du jour du dépassement varie selon les années (le 20 août l'année dernière, le 22 août en 2012, le 27 septembre en 2011, le 21 août en 2010  et le 25 septembre en 2009), la tendance est toutefois dirigée vers une accélération de la surconsommation. 

   
   

"Même si les chiffres montrent clairement que la demande en ressources de l'humanité dépasse la capacité de notre planète à les produire, nous pouvons encore prendre des mesures audacieuses et construire un avenir prospère, fondé sur l'utilisation durable des ressources. Mais il faut agir dès maintenant", estime dans un communiqué Diane Simiu, Directrice des Programmes de Conservation du WWF France.

Réactions20 réactions à cet article

 

En gros, cet édito démontre la proximité de plus en plus inquiétante de la fameuse "bombe D" du Commandant Cousteau.

Si rien n’est fait pour enrayer la progression Démographique qui va épuiser en quelques décennies la totalité des énergies fossiles, La bombe D (comme Démographie) explosera et aucune société n’en sera protégée, c’est une situation d’une extrême gravité dont on ne peut faire abstraction, à fortiori quand on est écologiste.
Il est a noter que leur silence à ce sujet est assourdissant, alors qu'ils ne perdent pas une occasion de nous faire la morale avec la promotion éolienne...

Face à ce danger réel et avéré, quelle solution ?
Une 3ème guerre mondiale ?
Une épidémie ?
Ou bien, comme l'on fait les chinois pour enrayer leur démographie, des lois drastiques et contraignantes ?
Ou bien, la nature va-t-elle elle-même réagir en rendant un pourcentage appréciable d'êtres humains stériles ?
A noter que le mariage gay est une approche logique, enfin, si ne s'y ajoute pas la GPA...

Tireman | 20 août 2014 à 10h09
 
 

"Tireman don quichotte":l'homme va s'en charger tout seul, puisqu'il possède en lui le gène de l'autodestruction...pas si bête la nature

lio | 20 août 2014 à 11h10
 
 

tant que le business et le commerce insensé conduiront la gestion de la planète, alors, nous continuons à courir vers la catastrophe...Les irresponsables se seront remplis les poches et auront contribué à vider la planète de sa substance...QUEL GÂCHIS..

BERTRAND | 20 août 2014 à 12h09
 
 

Si je vous lis bien Lio, vous seriez donc partisan d'une "solution finale" ???
En gros, virer l'humain de la planète, et la laisser qu'aux petite bébêtes.
N'Est-ce pas un peu radical ?

Tireman | 20 août 2014 à 15h52
 
 

3ème guerre mondiale pas souhaitable, pour réduire la population la contrepartie est trop importante. Épidémie... Possible mais non souhaitable pour raisons identiques. Lois drastiques et contraignantes ? "C'est au milieu des années 70 que nous avons commencé à creuser notre dette écologique". En 45 ans, aucune loi (en France) n'est venue pour juguler cette dette. Mise en place + application = quelques années d'attente. Et quel intérêt ? La France ne parle que de consommer plus et relancer l'économie ? Stérilité, il est probable que la nature régule un peu, mais elle doit encore lutter contre le progrès technologique (GPA, FIV, ...).

Donc : il serait souhaitable que chacun se responsabilise dès à présent et se remette en question :

- faire un enfant bien à soi quand des milliards meurent de faim est purement égoïste ;
- Consommer à outrance est également égoïste doublé du peur bleue de "manquer" ou d'avoir moins que le voisin.

Pour ceux qui continuent de dire qu'il faut continuer à consommer plus (pour sauver uniquement l'économie) et continuer à procréer (renouvellement des populations... sic), il faut se poser la question "pour quoi" (en 2 mots) et y répondre.

N'attendez pas que les gens d'en haut viennent vous enfiler une capote, ils ne le feront pas, occupés à défendre leurs intérêts. La responsabilité de nos actes, c'est pour tout le monde, inutile d'accuser les autres tout en continuant de faire ce qu'ils nous ordonnent.

Zugzwang | 20 août 2014 à 16h05
 
 

Je trouve le développement de Zugzwang particulièrement intéressant, et surtout, mathématiquement réaliste.
Il existe malheureusement un facteur affectif, c'est la nature de l'être humain.

Tireman | 20 août 2014 à 16h54
 
 

Au niveau mondial, c'est le 19 août, mais si on se cantonne à l'espace franco-français, c'est autour de la fin février !
En effet, l'empreinte d'un Français, c'est autour de 5-6 ha/an. Mettons 5,5 ha (j'aime les calculs simple)
Sachant que la France, c'est 550 000 km², si on divise cette surface par nos 5,5 ha d'empreinte écologique, on trouve...
10 petits millions d'habitants : on est donc en très légère surpopulation / à notre mode de vie.
Ce qui m'étonne, c'est que je n'ai jamais trouvé ce calcul autrement que dans ma petite tête (A. jacquard a fait un petit speech sur la surpopulation en démontrant quelle n'était pas là où on l'imaginait (chine, Inde...) mais plutôt du coté des pays occidentaux).

Normalement, on devrait, non pas faire comme les Chinois : 1 enfant par famille mais partir sur la base d'un enfant pour 3 couples, afin de diviser notre population par 6. (je Rigole !)
Où alors, on entre dans la sobriété (avec un très grand S) afin d'adapter notre population à nos ressources.
Ou alors, on va dans le mur.

FFG | 20 août 2014 à 16h58
 
 

Il va vraiment falloir développer et accélérer sur le recyclage, parce qu'un ralentissement de la production me parait utopique... On est quand même en pleine crise économique, la France voire l'Europe frise la récession et on surconsomme toujours... A moins d'une prise de conscience mondiale radicale, on est mal...

Anne | 21 août 2014 à 11h23
 
 

on va dans le mur et rien ne nous fera ralentir, c'est une évidence, regardez les sommets sur le climat, et voyez leur évolution, ce n'est qu'un exemple parmi tant d'autres, croire que la technique nous sauvera et un leurre, nous avons le cancer et malgré les mises en garde nous refusons de nous soigner(autodestruction) il va bien falloir un jour ou l'autre en payer le prix,sur l’échelle de temps de la terre nous représentons une fraction de seconde il aurait été intéressant de la prolonger un peu, la terre a connu plusieurs cycles nous avons profité d'une période d'accalmie pour nous développer et nous n'avons pas su en profiter correctement, tant pis pour nous, l'homme a rompu l'équilibre naturel il fallait donc trouver une solution pour le rétablir d’où cette "théorie" sur l'autodestruction programmée.

lio | 21 août 2014 à 11h50
 
 

Désolé FFG, mais dans le calcul de cet indicateur, il ne s'agirait pas de la surface totale de la France, mais de sa surface bio-productive. Nous avons et continuons à bétonner et à macadamiser une bonne partie de nos terres. Si selon ces experts, nous consommons 1,6 planètes et que votre calcul (même minoré) arrive à 6 planètes, c'est qu'il y a des éléments qui manquent pour comprendre leur raisonnement. Peut-être qu'ils intègrent les territoires d'outre-mer. La Guyane fait quand même 83000 km2. En tout cas cela mériterait des explications supplémentaires pour comprendre ces chiffres, même si nous sommes nombreux à avoir l'intuition que nous sommes dans une spirale de consommation excessive de nos ressources et qu'il serait pertinent d'aller vers la Sobriété.

Abeille | 21 août 2014 à 15h15
 
 

Considérons ce phénomène comme un suicide collectif ... Ceux qui gardent par devers eux les 3/4 de la richesse de ce bas monde n'ont aucun sens du partage avec les autres frères, ils renforcent les grilles qui les isolent d reste de l'humanité; Ceux qui détiennent les connaissances se croient être les seuls par leur simple volonté détenir la baguette magique qui va changer le courant des choses.
Au Nord, on jette la nourriture du fond des rayons sous le nez des affamés et des clochards. d'autre part certaines personnes ont abusé des ressources qui les ont enrichi au détriment des grands groupes et n'ont en retour rien prévue pour la reconstruction. OU EST DIEU dans tout cela? !!!

Ibrahima Paul | 21 août 2014 à 17h19
 
 

Intéressante question, Ibrahima Paul...
Je pense que, si l'on admet le point de vue théologique, Il nous a filé les billes et à nous de nous démerder avec.
Lui, il compte les points, et se marre à nous voir si c...

Tireman | 21 août 2014 à 18h42
 
 

@Ibrahima Paul : (où est Dieu dans tout cela ?)

Dieu a connu 2 guerres mondiales, le massacre de Juifs à plusieurs reprises, le goulag, Hiroshima, Nagasaki... Dieu n'était pas là pour sauver toutes ces vies. Je pense que Dieu ne sauvera pas notre existence telle que nous la connaissons aujourd'hui.

Nonobstant, Dieu nous a laissé des consignes, ou plutôt des conseils, ils ont été relayés par ses messagers et transmis à l'Homme depuis plus de 2000 ans. "Aimez-vous les uns les autres", "aime ton prochain comme tu t'aime", "tu ne tuera pas"... Que pouvais faire de mieux Dieu que nous envoyer des paroles d'amour et de respect de soi et des autres. Si Dieu avait voulu des robots entièrement programmé, il n'aurait pas laissé à l'Homme son libre arbitre, sa capacité à décider par lui-même.

L'Homme a, depuis 2000 ans, tous les outils pour mener une belle vie, il refuse de s'en servir. Ne reprochons rien à Dieu... C'est à l'Homme enfant de devenir l'Homme adulte, de choisir par lui-même pour lui-même, c'était la volonté de Dieu.

Je ne crois en aucun dieu (je crois en la nature) mais je respecte toutes les croyances, surtout celles qui véhicules les meilleurs conseils qui puissent être à mes yeux. Je ne reproche pas aux gens d'être croyants, je regrette qu'on ne soit pas assez pratiquants.

Zugzwang | 22 août 2014 à 09h41
 
 

le rôle de la religion a été plutôt négatif en ce qui concerne la protection et le respect de la nature

lio | 22 août 2014 à 10h01
 
 

Je crois que certains ici font fausse route en allant chercher du côté de la Bible, l'explication de ce qui se passe aujourd'hui entre l'homme et la nature. Il est certainement plus pertinent d'aller regarder du côté des adorateurs du Dieu Dollar et du Dieu Euro. En d'autres termes d'essayer de comprendre comment l'avidité d'une minorité et l'aveuglement d'une majorité ont réussi à déclencher la 7ème grande extinction au risque d'une disparition de l'espèce humaine.

Abeille | 22 août 2014 à 14h43
 
 

Je me sens assez proche des réactions de Zugzwang et Abeille.
Par contre, je ne suis guère surpris par celles de Lio, qui montre un pessimisme et un dogmatisme assez remarquable.

Tireman | 22 août 2014 à 14h58
 
 

tireman: c'est comme pour les éoliennes... en matière de dogmatisme!

lio | 23 août 2014 à 09h14
 
 

Justement, mon cher Lio, nous autres opposants à l'éolien, nous lutons contre le dogmatisme grâce auquel vous voulez transformer notre monde rural en gigantesque Beaubourg !

Pour en revenir au sujet, je pense que la seule issue à ce problème d'équilibre entre les ressources de la planète et le nombre d'humain qu'elle peut accueillir passera par un contrôle de la démographie.
Je ne vois guère d'autre solution.

Tireman | 25 août 2014 à 10h21
 
 

Tous les commentaires postés ici me semblent intéressant.
En revanche, vous parlez tous de diminuer la démographie (je ne dis pas qu'il ne faut pas le faire) mais la solution la plus simple ne serait elle pas limiter le GÂCHIS?! Quand je vois tous les produits que les grands distributeurs balancent chaque jours ça me dégoute! et sous quel prétexte? des dates de validité? Comme si les produit avaient un chronomètre dans le C**. Et pour continuer dans les actions stupides ils mettent dans les poubelles de la javelle pour s'assurer que personne n'y touche, tout ça pour se protéger d'un quelconque procès.

Le tout serait de changer les mentalités, j'ai bien aimé la promotion des produits "moches" même si ce n'est qu'une petite goutte d'eau...

Si tout les gens étaient sensibilisés aux problèmes environnementaux comme le sont les écologistes, les étudiants en biologie... le monde irait beaucoup mieux.

L'éducation est un point important pour notre cher gouvernement, il devrait penser à l'éducation environnemental de nos cher bambins!

BOPE | 26 août 2014 à 14h57
 
 

En effet Bope, le gaspillage est érigé en principe économique.
(Voir le scandale récent de l'obsolescence programmée).
Education dites-vous.
Le problème est que dès l'enfance nous sommes programmés,éduqués pour consommer.
Dans le passé, un produit était conçu pour durer.
Aujourd'hui, la dictature de la mode veut que LE produit se renouvelle.
C'est ce qui fait tourner l'industrie, donc l'économie.
(C'est un peu ce que disait Anne le 21 août 2014 à 11h23.)
Notre civilisation est toute orientée vers, et pour la consommation.
Et la démographie galopante participe de ce principe :
- Ouverture vers les pays dit "émergeant" pour écouler notre camelote.
- Délocalisation de nos industries vers les mêmes pays émergeants pour augmenter la marge bénéficiaire.
C'est un raccourcis, mais tout notre système fonctionne ainsi.
La solution ?
Très utopique :
ce serait les Etats-Unis de la Terre...
J'ai bien dit, "très utopique"...

Tireman | 26 août 2014 à 19h18
 
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]