Actu-Environnement
 
 
 
 

Masdar : l'écocité revoit ses ambitions à la baisse

Amenagement  |    |  Actu-Environnement.com
L'achèvement la construction de la ville durable de Masdar (Emirats arabes unis), prévu pour la fin de l'année 2015, est finalement attendu pour 2020, voire 2025. L'annonce a été faite le 10 octobre par les promoteurs du projet à l'occasion de la présentation d'un état des lieux global.

L'étalement dans le temps de la construction de la ville, doit permettre de faire évoluer les plans initiaux afin d'y intégrer les progrès technologiques apparus depuis l'origine du projet en 2006, ainsi que ceux à venir. La principale évolution annoncée est l'abandon de l'objectif d'autosuffisance énergétique. La ville ne consommera que des énergies renouvelables, mais pour atteindre cet objectif elle achètera de l'électricité produite sur d'autres sites. Ce report vise aussi ''à prendre en compte les modifications des conditions de marché'' intervenues depuis deux ans.

Pour l'instant les 6 premiers bâtiments de l'Institut technologique de Masdar sont achevés et les premiers étudiants et chercheurs ont intégré ces locaux en septembre 2010. Les immeubles résidentiels affichent une consommation en eau inférieure de 54% et une consommation électrique en baisse de 51% par rapport à la moyenne des bâtiments émiratis similaires. Un tiers de l'électricité consommée provient des panneaux photovoltaïques installés sur les toits et les trois quarts de l'eau chaude sanitaire est produite grâce à des chauffe-eaux solaires.

La ville située dans l'émirat d'Abu Dhabi ambitionne de devenir un pôle majeur de recherche sur les énergies décarbonées. Elle doit accueillir 40.000 habitants répartis sur une surface de 700 hectares. Le siège de l'Agence internationale des énergies renouvelables (Irena) sera basé à Masdar une fois la ville achevée.

Réactions1 réaction à cet article

 
GAG

Depuis le début Masdar revoit ses objectifs à la baisse. Ses décideurs se sont imaginés qu'un grand Mécène déguisé en Papa Noel allait faire un don magique pour financer la ville!
C'est aux Emirats Arabes Unis et à eux-mêmes de trouver la solution. C'est pourtant très simple, il leur suffit de mettre des taxes sur le pétrole et le gaz. Lesquelles taxes financeront le développement de Masdar. Une fois la taille critique atteinte les prix devraient baisser suffisamment pour rendre la cité à Energie positive.

arthur duchemin | 15 octobre 2010 à 09h52
 
 

Réagissez à cet article

1500 caractères maximum
[ Tous les champs sont obligatoires ]