Actu-Environnement
 
 
 
 

Un niveau des nappes souterraines inférieur à la moyenne

Eau  |    |  Actu-Environnement.com

Bassin parisien, secteur du Rhône, sud-ouest, nappes de Beauce de la Craie ou de la Garonne : 77 % des réservoirs affichaient au 1er mai un niveau inférieur à la normale. Seuls 10 % présentaient un résultat supérieur à la moyenne et 12 % égal. Depuis septembre 2011, le cumul des pluies efficaces sur l'ensemble de la France est en effet déficitaire ou proche de la normale. Les exceptions ? L'est des Pyrénées-Orientales et le relief est de la Haute-Corse où l'excédent varie de 25 à 100 %.

Le mois d'avril pluvieux a cependant permis de ralentir cette tendance : pour la majorité (75 %) des points suivis, les niveaux évoluent vers une stabilité. 25 % des réservoirs restent encore en baisse.

Réactions8 réactions à cet article

 

Le mois de mai frais et très humide dans toutes les régions a permis aux nappes de se stabiliser car les besoins en irrigation des cultures ont été très faibles partout en France et surtout environ 75% inférieurs à ceux du mois de mai 2011. En effet, la plupart des cultures nécessitant de l'irrigation sont à des stades moins avancés que l'an dernier et les sols sont à leur optimum de saturation en eau ce qui permet de retarder encore les premières interventions de 8 jours et donc de préserver d'autant les niveaux des nappes phréatiques.

RICDAM62 | 18 mai 2012 à 20h25
 
 

Je suis vraiment surpris de ces analyses car en dehors d'un mois de mars assez sec, nous avons bénéficié d'une saison d'hiver particulièrement humide et d'un printemps qui l'est tout autant .

ptitjoul60 | 21 mai 2012 à 15h11
 
 

Au 11juin 2012, originaire de la Bretagne, je suis extrêmement surpris par cet article ou l'on fait référence au niveau de nappes encore inférieures!!!, Depuis le moins de mars je n'ai jamais vu autant de pluie, et encore aujourd'hui. Hier, le match de tennis a été suspendu à cause de la pluie, et ça s'est terminé aujourd'hui lundi. Les experts de cet article souhaitent peu être des inondations sur tout le territoire.

mara | 11 juin 2012 à 15h08
 
 

En fait les pluies de mars à juin ne servent pas à emplir les nappes souterraines mais elles alimentent en eau les cultures qui sont en place jusqu'en septembre ou octobre. Par contre les pluies actuelles permettent une non utilisation des nappes pour l'irrigation et de ce fait contribuent à ne pas faire évoluer négativement ces dernières. L'an dernier, à la même époque, il y avait déjà eu un ou même deux tours d'eau soit l'équivalent de 60 mm de pluie c'est à dire la pluie qui est tombée depuis le début juin dans pratiquement tous les bassins. La réserve hydrique actuelle permet d'économiser le troisième tour d'eau qui devrai avoir lieu la semaine prochaine. Chaque averse de pluie permet de reculer de un à trois jours l'intervention de l'irrigation donc le pompage soit des stocks soit des rivières, soit dans certaines régions les nappes phréatiques (beauce, Nord Picardie). Les cultures exigeantes comme les maïs et les pommes de terre sont aussi déjà plus ou moins développées et s'il pleut encore dix jours les premières interventions n'auront pas lieu avant le 1er juillet et il y aura besoin que de trois ou quatre passages au lieu de six ou sept l'an passé. Les nappes seront moins basses que l'an passé en fin de campagne.

RICDAM62 | 11 juin 2012 à 20h44
 
 

Enfin, je constate que cette année, depuis le mois de mars il ne cesse de pleuvoir, en Bretagne nous n'avons pas vu le soleil que quelques minutes par contre la pluie jour et nuit, 24 heures sur 24, peut être allons-nous vers une canicule au mois de juillet car juin c'est fini. Près de chez moi il y a une plantation de mais que ne grandit pas et la mauvaise herbe pousse plus vite que le mais, pourtant la pluie ne manque pas. D’après les prévisions météo il y aura de soleil dans une quinzaine des jours, vers le 16 juillet, ce qui fera peu être aider le mais à pousser.

mara | 03 juillet 2012 à 18h14
 
 

Nous avons eu jusqu'à maintenant, un printemps et début d'été un petit peu pluvieux avec des températures de saisons moyennes. Les niveaux de nappes seraient-elles toujours inquiétantes, c'est à dire encore déficitaire ou sont-elles en train de se stabiliser, car nous allons devoir irriguer nos cultures pendant tout le mois d'août. Selon certains sites de prévisions météo, août et septembre seront des mois très secs avec de très fortes chaleurs ce qui conduira à une évaporation assez rapide de nos nappes.

mara | 10 juillet 2012 à 08h11
 
 

Mara,

Il ne faut pas s'inquiéter car les pluies vont encore tomber jusqu'à la fin de la semaine et même jusqu'au milieu de la semaine prochaine, le cumul des pluviométries permettra ensuite de tenir encore environ dix à douze jours sans problèmes. Ensuite cela dépend des cultures à irriguer ainsi que des dates de récoltes mais en Bretagne l'évapo-transpiration habituelle ne dépasse pas 6mm jour et est souvent de 5 mm jour. Même en prenant le maximum, cela fait quatre à cinq tours d'irrigation d'ici la mi septembre. Chaque tour d'eau est de 30 à 35 mm d'apport maxi c'est à dire 300 à 350 m3 par ha irrigué. Ensuite, cela dépend donc du nombre d'ha que vous avez à irriguer et du quota d'eau dont vous disposer : cinq tours d'eau demanderont environ 1600 m3 par ha. Si vous avez un quota de 50 000m3, cela fera un potentiel de 32 ha irrigables. Si vous avez 100 000 m3 cela fera plus de 60 ha irrigables. Mais, une année normale, vous en êtes déjà aujourd'hui à trois irrigations et en général c'est sept ou huit qui sont nécessaires. Cette année sera une année très faible en consommation pour l'irrigation.

RICDAM62 | 10 juillet 2012 à 16h22
 
 

En effet, nous n'avons pas besoin d'irriguer car les jours sont assez frais et la pluie en ce qui me concerne dans le Finistère sud, nous n'avons pas à nous plaindre, j'espère qu’il y aura un peu du soleil au mois d'août tout de même.

mara | 18 juillet 2012 à 10h06
 
 

Réagissez à cet article

1500 caractères maximum
[ Tous les champs sont obligatoires ]