En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Nucléaire : Hinkley Point témoigne des difficultés financières d'EDF, estime la Cour des comptes

Energie  |    |  Philippe ColletActu-Environnement.com

"L'endettement d'EDF, conjugué à la persistance depuis 2010 d'un flux de trésorerie disponible négatif, limite fortement les capacités de développement du groupe à l'étranger, à plus forte raison dans un contexte de besoin d'investissements massifs dans le parc français", estime la Cour des comptes dans un rapport sur la stratégie internationale d'EDF rendu public jeudi 10 mars. Selon la Cour, le partenariat envisagé pour financer et réaliser le projet de centrale nucléaire britannique d'Hinkley Point, en dépit des garanties apportées par le gouvernement britannique, témoigne de ces difficultés.

Des résultats en demi-teinte et peu lisibles

Incontestablement, EDF a acquis une stature internationale, notamment à partir de 2005. Mais "sa dimension internationale est encore inaboutie", estime la Cour des comptes, précisant que "les synergies en matière industrielle et de ressources humaines attendues du développement international d'EDF sont encore limitées". De plus, les acquisitions réalisées à l'étranger "ont accentué l'augmentation, devenue structurelle, de son endettement" et, dès la fin de 2009, l'entreprise s'est trouvée "dans une situation de fragilité financière". En conséquence, EDF a cédé quelque 13 milliards d'euros d'actifs entre 2009-2013, principalement dans les activités de réseau.

Pour les Sages de la rue Cambon, "les résultats financiers de cette stratégie internationale sont en demi-teinte". Si le niveau d'endettement d'EDF International a baissé depuis 2009, la rentabilité d'exploitation des activités internationales d'EDF s'est dégradée, en raison, notamment, de pertes de valeurs significatives. Mais ce jugement est soumis à des incertitudes, met en garde la Cour, qui souligne que "les résultats internationaux d'EDF sont insuffisamment lisibles dans ses comptes et difficiles à interpréter".

En conséquence, la Cour fait trois recommandations à l'entreprise. Elle suggère de mettre en place un suivi de la rentabilité des investissements, participations et acquisitions réalisés à l'étranger, pour qu'EDF puisse comparer, par opération ou par actif, les taux de rentabilité attendus et réalisés. Deuxièmement, l'entreprise devrait renforcer la lisibilité de la stratégie internationale et son pilotage, notamment en consacrant des réunions régulières, soit du conseil d'administration soit du comité de la stratégie, à une analyse des résultats. Enfin, EDF devrait adopter une présentation des comptes qui donne à l'actionnaire une meilleure vision des activités internationales et qui permette l'interprétation des résultats et des flux dégagés par ces activités.

Au-delà, la Cour recommande qu'EDF et l'Etat prennent mieux en compte, dans la politique de distribution de dividendes, la situation financière et les performances opérationnelles et financières effectives du groupe, en France comme à l'étranger.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…