Actu-Environnement
 
 

L'objectif de stopper la perte de biodiversité en 2010 n'a pas été atteint : quid de la prochaine échéance ?

Les 193 pays signataires de la Convention sur la diversité biologique ont prévu de se fixer de nouveaux objectifs d'ici à 2020 à l'occasion de la conférence internationale prévue en octobre à Nagoya. Nouvelle utopie ou réel engagement ?

Nature / Ecologie  |    |  Actu-Environnement.com
L'objectif de stopper la perte de biodiversité en 2010 n'a pas été atteint : quid de la prochaine échéance ? (© Kaphoto)
En 2002, les pays signataires de la Convention sur la diversité biologique (CDB) ont adopté un plan stratégique, avec la mission ''d'assurer d'ici 2010 une forte réduction du rythme de perte de diversité biologique aux niveaux mondial, national et régional''. L'année 2010 est arrivée et avec elle la déception : ''aucun pays n'a réussi à atteindre cet objectif'', a constaté Ahmed Djoghlaf, secrétaire exécutif de la CDB à l'occasion du lancement hier à Paris de l'Année Internationale de la Biodiversité par l'Unesco. ''Cet objectif était ambitieux mais il n'a pas été traduit au niveau national de chaque pays et on n'a pas mis les moyens nécessaires'', explique-t-il.
Selon les premiers enseignements du prochain rapport de la CDB qui sera publié en mai et qui s'inspire des bilans nationaux fournis par les pays signataires, les cinq principales pressions à l'origine de la perte de biodiversité restent constantes voire gagnent en intensité : réduction de l'habitat, surexploitation, pollution, espèces envahissantes et changement climatique. Selon l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), les derniers chiffres de la liste rouge des espèces menacées en France le montrent : 1 espèce d'oiseaux sur 4, 1 espèce d'amphibiens et de reptiles sur 5 ou encore 1 espèce de mammifères sur 10 risquent de disparaître en France métropolitaine par exemple tandis que l'outre-mer subit 49 des 100 espèces considérées comme les plus envahissantes au monde.

Mais selon Julia Marton-Lefevre, directrice générale de l'UICN, ''il ne faut pas passer l'année à pleurer mais aller plus loin et fixer des objectifs plus ambitieux''. C'est ce que comptent faire les Nations Unies à l'occasion de la prochaine Conférence de la Convention prévue en octobre à Nagoya au Japon. Un plan stratégique 2011-2020 est en cours d'élaboration et pourrait être adopté à cette occasion. Une fois ces objectifs fixés, les pays devront mettre à jour leur Stratégie nationale pour la biodiversité. Des indicateurs, absents jusqu'à maintenant, pourraient également être mis en place pour mesurer les progrès réalisés mais aucune sanction n'est prévue en cas de non atteinte des objectifs.
L'Union européenne s'apprête à définir sa position. La Commission a ainsi proposé le 20 janvier une perspective à long terme (2050) ainsi que quatre possibilités d'objectif intermédiaire (2020). Le moins ambitieux étant ''ralentir significativement le rythme de perte de biodiversité dans l'UE d'ici à 2020'' et le plus ambitieux ''enrayer la perte de biodiversité d'ici à 2020, assurer le rétablissement des services écosystémiques dans la mesure du possible et renforcer la contribution de l'UE à la prévention de la perte de biodiversité''. Les Etats membres et la Parlement européen vont devoir prendre position d'ici la fin de l'année.

En attendant ces avancées politiques, les différents acteurs appellent à la mobilisation et surtout à la prise en main de cette problématique par tous les pays jusqu'au niveau local. ''Il va falloir faire beaucoup de communication car les élections ne se jouent pas sur une demande de biodiversité mais encore bien souvent sur une demande de route'', prévient Chantal Jouanno, la secrétaire d'Etat à l'écologie.

Réactions3 réactions à cet article

 
Passionne par les quetions environnementales.

N`avoir pas atteint l`objectif de stopper la perte de la biodiversite en 2010 c`est une limite humaine.
Mais nous devons aller de l`avant pour cette cause. Les ateurs et parties prenantes sont a encouger dans tout ce qu`ils entreprennent et nous esperons que la prochaine echeance ne sera pas une utopie mais un reel engament de tous.
Merci.

Joska | 23 janvier 2010 à 09h19
 
 
idées simples pour préserver la biodiversité

- arrêter de prôner les soi-disant beaux gazons, sans herbes: les propriétaires de pavillons peuvent se réserver une petite surface de gazon à l'anglaise et le reste est fauché 2 fois par an, de façon à laisser se reproduire toutes les plantes qui ne manqueront pas de s'y installer
-même chose pour les espaces publics: j'ai vu cela en Allemagne et c'est charmant et très beau
-arrêter de faucher les bords de route sauf aux endroits qui pourraient être dangereux pour le manque de visibilité
-arrêter de dire dans les médias et ailleurs, que les fric hes à épineux doivent être proscrites
-arrêter de bétonner quand ce n'est pas nécessaire: utiliser les matériéux à trous
-arrêter de confondre la biodversité avec le retour des ours ou des loups!
-expliquer ce qu'est la biodiversité!

herbe folle | 30 janvier 2010 à 15h26
 
 
LGV et autoroutes protégent la biodiversité!

Entre les projets autoroutiers et de ligne à grande vitesse traversant des zones d'habitat de faune protégée, le résultat ne peut être que la réduction de cette faune ou flore en détruisant leur "habitat" bien que RFF se glorifie de permettre d'engager des études de terrain et d'en faire leur recensement avant leur disparition.C'est ce qui va se passer au N de Bordeaux sur l'axe Tours-Bx, 1,5ha de déboisement par jour car la zone choisie est la plus dense en forêt du parcours et la plus riche en faune: cistude, vison d'Europe, loutre etc, RFF va même déplacer un étang pour le bien de ces bestioles
La technique oeuvre pour le bien de tous!Quant au Ministre des transports, il aurait vu d'un très mauvais oeil le déplacement de ce chantier gigantesque à un autre endroit, C'est dire que TOUT est fait pour préserver la biodiversité
FC

Françoise | 31 janvier 2010 à 19h21
 
 

Réagissez à cet article

1500 caractères maximum
[ Tous les champs sont obligatoires ]