En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

PCB dans les fleuves : le comité de pilotage national fait son premier bilan

L'ensemble des acteurs concernés par la pollution des fleuves aux PCB se sont réunis aujourd'hui pour faire le point sur la mise en œuvre du plan d'action du gouvernement. Les analyses se poursuivent mais la dépollution n'est pas encore au programme.

Eau  |    |  Florence RousselActu-Environnement.com
   
   
Dix mois après sa mise en place, le comité national de pilotage et de suivi sur les PCB s'est réuni aujourd'hui sous l'égide des ministres de la santé, de l'agriculture et de l'écologie. En présence des élus, des établissements publics chargés de l'expertise, des associations, des représentants des pêcheurs professionnels et amateurs et ceux des entreprises, l'Etat a fait le point sur l'avancement de son plan d'action initié en octobre 2007. Le comité a pu vérifier que la mise en œuvre du plan se déroule comme convenu, avec des avancées significatives, ont conclu les ministères.

Meilleure visibilité de l'ampleur de la pollution

Comme prévu, la surveillance des milieux, des aliments et des effets sanitaires se poursuit. Les Agences de l'eau, l'Office National de l'Eau et des Milieux Aquatiques (ONEMA) et le Ministère de l'agriculture et de la pêche ont complété les analyses sur les sédiments, les milieux aquatiques et les poissons mis sur le marché.
L'ensemble des résultats est attendu pour 2009 mais certains se sont déjà traduits par des interdictions de pêche totales ou partielles dans certains départements. À l'heure actuelle, plusieurs arrêtés d'interdictions sont en vigueur : dans le Calvados, la Seine-Maritime et l'Eure pour le fleuve Seine ; dans l'Ain, le Rhône, l'Isère, la Loire, l'Ardèche, la Drôme, le Vaucluse, le Gard et les Bouches du Rhône pour le fleuve Rhône ; dans la Somme et l'Aisne pour le fleuve Somme ; dans la Drôme pour la rivière Isère et en Savoie et en Haute-Savoie pour les grands lacs alpins.

Concernant l'imprégnation des populations, une étude pilote a été menée en 2008 afin de valider le protocole et la méthodologie qui vont être mis en œuvre dans le cadre d'une étude à plus grande échelle. Réalisée sur 4 sites présentant différents niveaux de contamination, cette étude portera sur 900 personnes et démarrera dès le début de l'année 2009.

De leur côté, les DRIRE ont identifié et quantifié les rejets de PCB liés aux activités industrielles actuelles et continué à rechercher les sources de contamination historiques. Mais aucun bilan n'a été publié pour l'instant. Les DRIRE assurent également avoir renforcé le suivi du plan national de décontamination et d'élimination des appareils contenant des PCB tout particulièrement avec EDF et la SNCF, les plus gros détenteurs. Rappelons qu'il reste encore plus de 500.000 transformateurs à traiter d'ici à décembre 2010.

Le WWF ne semble toutefois pas convaincu de l'efficacité de ces mesures pour réduire les rejets de PCB dans le milieu : plusieurs éléments démontrent au contraire une recrudescence de ces rejets : dragages sans mesure de précaution, fuite de 4.000 litres de PCB à Vaulx en Velin suite à des vandalismes sur des sites orphelins non traités, rejets émanant des stations d'épuration non conformes à la réglementation européenne, trafics d'huiles industrielles, énumère l'association. La Fédération France Nature Environnement alerte également les pouvoirs publics sur la menace croissante que représentent les actes de vandalisme sur les nombreux transformateurs encore présents sur les friches industrielles. En effet, pour en retirer les métaux, des vandales vidangent des litres de pyralène (PCB) directement sur le sol.
Devant un sujet aussi important qui concerne directement la santé de nos concitoyens, devant le drame de cette pollution qui dépasse les clivages politiques, nous sommes en attente de solutions concrètes et tangibles, explique Serge ORRU, Directeur Général du WWF-France.

Des techniques de dépollution encore au stade de la recherche

Plusieurs travaux de recherche sur les eaux douces et les eaux marines sont en cours au sein des différents établissements publics et le pôle de compétitivité Axelera a obtenu un budget de 12 millions d'euros pour étudier des technologies de dépollution. Il s'agit aussi bien de favoriser les technologies existantes que de tester de nouvelles techniques afin au final de définir un outil d'aide à la décision, explique Pascal Dauthuille, chef du projet. Les équipes entendent mener des recherches sur cinq technologies de dépollution : le dragage et le criblage pour identifier la fraction concernée par la pollution aux PCB, le confinement sur site, les méthodes d'absorption, le traitement thermique et les approches biologiques. Ces dernières consistent à mettre au point un réacteur permettant de développer des bactéries spécifiques mais également de déterminer comment sélectionner des champignons ou des bactéries dans le milieu pour activer la dégradation des polluants. L'ensemble des techniques seront testées sur deux plates-formes expérimentales : une première sera située à l'Institut National des Sciences Appliquées (INSA) de Lyon, une seconde pouvant accueillir de gros volumes de sédiments sera mise en place dans le sud de Lyon.

Ce programme de recherche doit durer trois ans et aboutir à la définition de 13 nouvelles technologies de traitement et 14 outils et méthodes pour maîtriser les PCB et autres polluants aquatiques.

Réactions1 réaction à cet article

 
la quéstion de l'année!

l'industrielle concerné :
monsanto, une société voulant sauver la planéte avec ses ogms prendra t'elle ça part de résponsabilitées ?

fabio | 04 janvier 2009 à 12h22
 
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…