En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Pesticides : la réglementation européenne ne protégerait pas les milieux aquatiques

Agroécologie  |    |  Dorothée LapercheActu-Environnement.com

La réglementation européenne actuelle sur les pesticides ne permettrait pas de protéger les écosystèmes aquatiques, selon une étude scientifique publiée dans Environmental Science and Pollution Research, mise en lumière par l'association Générations futures.

Les chercheurs ont réalisé une analyse d'études publiées par leurs pairs, pour en extraire les concentrations d'insecticides agricoles mesurées dans les eaux de surface de l'UE et les comparer aux concentrations acceptables règlementaires (CAR) provenant de documents d'homologation européenne des pesticides. "Pour pouvoir autoriser une matière active, les évaluateurs doivent calculer que les concentrations aquatiques prévues de cette matière active pesticide ne doivent pas excéder la CAR calculée", souligne l'association. Or, les scientifiques ont constaté que pour 44,7% des 1.566 mesures recensées, la concentration des pesticides dépassait leur CAR respectif.

"37,1% des concentrations d'insecticides mesurées dans les eaux de surface en Europe dépassaient leurs concentrations acceptables règlementaires. Pour les sédiments, le résultat est encore pire puisque ce sont 93% des concentrations d'insecticides mesurées dans les sédiments en Europe qui dépassaient leurs concentrations acceptables règlementaires", détaille l'association.

Les auteurs de l'étude pointent également que les dépassements étaient significativement plus élevés notamment pour les insecticides de la classe des pyréthroïdes. Selon eux, une révision de la réglementation et des mesures d'atténuation sont nécessaires "d'urgence" pour réduire les risques environnementaux liés à l'utilisation d'insecticides agricoles.

"Cette étude amène des éléments qui viennent s'ajouter à d'autres qui montrent une sous-estimation du risque de nombreux pesticides pour les abeilles (néonicotinoïdes) ou la santé humaine (glyphosate par exemple)", a souligné François Veillerette, porte-parole de Générations Futures.

Réactions1 réaction à cet article

 

Dans l 'état des lieux réalisé par l'agence de l'eau Seine Normandie, il est dit sur les eaux de surface :"La qualité dite "chimique" des cours d'eau concerne les molécules que l'on retrouve dans les eaux qui y coulent. Comme ces composants sont très nombreux, la qualité est résumée par un indicateur unique, qui ne retient que le moins bon des paramètres de mesure : un seul paramètre non conforme suffit à considérer qu'une eau n'est pas en "bon état" chimique, même si tous les autres sont bons.

Selon cet indicateur, 25% des eaux du bassin se sont améliorées entre 2007 et 2010, et l'on atteint une proportion de 31% des portions de rivières en bon état.

Mais ce résultat cache une amélioration spectaculaire, car un seul paramètre déclasse à lui tout seul un grand nombre de portions de cours d'eau, les "hydrocarbures aromatiques polycycliques" (HAP). Sans eux, 92 % des rivières du bassin sont en bon état chimique."
Qui croire ? Je dirai l'agence de l'eau, car ces études faites à partir de résultats d'études sont parfois loin de la réalité et le risque n'est il pas plutôt surestimé !!!!

balxha | 07 février 2016 à 20h00
 
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…