Actu-Environnement
 
   
 

Projet Esprit : améliorer les interactions entre photovoltaïque et réseau de distribution

Energies  |    |  Actu-Environnement.com

Face au fort développement des installations photovoltaïques en France, plusieurs acteurs du secteur (EDF R&D, Ines, G2ELab, Idea, Transénergie, Hespul) se sont réunis en 2008 au sein du projet Esprit (études scientifiques prénormatives sur le raccordement au réseau électrique d'installations techniques photovoltaïques) afin d'améliorer les connaissances des interactions entre les installations photovoltaïques et les réseaux de distribution d'électricité.

"Les membres du consortium ESPRIT ont été force de proposition afin de tenter de corriger certaines incohérences, voire combler des manques du cadre réglementaire et contractuel français", souligne la note de synthèse des travaux.

Le projet a notamment défini des préconisations relatives au cadre réglementaire du raccordement des installations PV (ambiguïtés sur les références documentaires à lever, harmonisation de valeurs de seuils, prise en compte des spécificités du photovoltaïque …). "La réglementation française, les exigences et obligations actuelles des gestionnaires de réseau et des producteurs en matière de raccordement des installations photovoltaïques au réseau de distribution sont particulièrement complexes. Par ailleurs, il n'existe pas de document de synthèse regroupant l'ensemble des exigences auxquelles sont soumis les producteurs photovoltaïques", précise le document.

Il propose également un cadre de validation des performances et de certification des onduleurs. Il n'existe en effet pas de norme aujourd'hui pour les onduleurs destinés aux installations de production photovoltaïque. "Cette absence de norme produit et d'exigence claire en matière de fonctionnalités, dont doivent disposer les onduleurs pour une utilisation en France, affecte les différents acteurs impliqués dans la mise en œuvre de ces installations (connaissance non exhaustive des fabricants d'onduleurs du paramétrage de leurs produits, connaissance approximative des performances des onduleurs et de leur conformité pour une utilisation en France, absence de garantie du respect scrupuleux du référentiel technique du gestionnaire de réseau)", indique la synthèse des travaux.

Cependant, "l'étude des interactions entre les systèmes de production d'électricité et les réseaux de distribution est un vaste sujet qui n'a pu être traité de façon exhaustive". Le consortium définit donc des pistes de réflexion (cadre réglementaire et contractuel, labellisation NF des onduleurs, méthode de détection de l'îlotage, qualité de la tension, conception des installations…).

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez à cet article

1500 caractères maximum
[ Tous les champs sont obligatoires ]