En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Pollution aux particules fines : des mesures d'urgence à l'efficacité toute relative

La France connaît un sévère épisode de pollution aux particules fines sur une bonne moitié du pays. Des mesures de limitation de la vitesse et de gratuité des transports sont prises dans plusieurs régions, en particulier en Ile-de-France.

Transport  |    |  Laurent RadissonActu-Environnement.com

"L'ensemble des régions touchées fait l'objet de mesures adaptées : limitation de vitesse sur routes et autoroutes, gratuité du stationnement résidentiel, limitation des épandages agricoles, contacts avec les industriels pour une réduction provisoire de leur activité, priorité donnée aux transports en commun...", a indiqué jeudi soir le ministre de l'Ecologie au cours d'une conférence de presse.

Réduction des vitesses de circulation

Suite aux prévisions de franchissement des seuils d'alerte pour pollution aux particules fines en Ile-de-France jeudi 13 et vendredi 14 mars, le préfet de police a annoncé la mise en place de mesures plus coercitives.

Cela passe en premier lieu par une réduction de la vitesse et un renforcement des contrôles. "Les mesures de réduction de la vitesse ne sont plus simplement recommandées mais rendues obligatoires pour l'ensemble des usagers de la route", avertit la préfecture de police. Les vitesses maximales sont ainsi abaissées à 110 km/h sur les autoroutes normalement limitées à 130 km/h, à 70 km/h sur les voies habituellement limitées à 90 km/h, et à 60 km/h sur le boulevard périphérique.

La deuxième mesure est une restriction de la circulation de transit des poids-lourds. Les véhicules de plus de 3,5 tonnes sont tenus d'emprunter des itinéraires de contournement.

Gratuité des transports en commun

La préfecture demande également aux franciliens de faire preuve de civisme en différant leurs déplacements en voitures, en empruntant les transports en commun et en privilégiant les modes alternatifs de déplacement, le covoiturage ou l'utilisation de véhicules peu polluants. De son côté, la Mairie de Paris a annoncé la gratuité du stationnement résidentiel ainsi que celle des services Autolib' et Vélib'. "A la mi-journée, une augmentation de 46% des parcours réalisés en Autolib et de 72% du nombre de locations de Velib a été constatée par rapport à jeudi dernier", indique jeudi soir la Ville de Paris.

Le ministre de l'Ecologie a annoncé la gratuité des transports en commun franciliens de vendredi jusqu'à dimanche soir. Un point de situation sera fait samedi "avec l'ensemble des acteurs concernés afin d'examiner la nécessité d'adapter les mesures décidées aux prévisions météorologiques", a ajouté Philippe Martin. Les pouvoirs publics peuvent instaurer la circulation alternée mais le maniement de cette mesure reste politiquement délicat, surtout en période électorale. De plus, ce dispositif ne s'applique que lors des pics d'ozone selon le Citepa.

"Il a par ailleurs été demandé à l'ensemble des services de l'Etat de limiter au strict minimum l'utilisation des véhicules individuels. Des consignes ont été données pour que les véhicules les plus anciens soient immobilisés", précise le préfet de police d'Ile-de-France.

Les dernières mesures portent sur la mise en œuvre des prescriptions particulières prévues dans les arrêtés d'autorisation des sites industriels au titre de la réglementation des installations classées (ICPE). "Aucune dérogation à l'interdiction de brûlage des déchets verts, y compris agricole, ne sera accordée", précise par ailleurs la préfecture de police.

Et les mesures de long terme ?

Parmi les solutions pour lutter contre la pollution de l'air, il y a celles que l'on prend dans l'urgence, réagit France Nature Environnement (FNE), mais il y a aussi celles que l'on prend sur le long terme. Et l'association de protection de l'environnement de citer les plans de déplacements en entreprises ou interentreprises, le covoiturage, l'autopartage, la création de zones à faibles émissions dans les cœurs de ville ou encore la rénovation énergétique des bâtiments. "Nous n'attendrons pas que le vent dissipe les polluants et que tout redevienne normal. Nous demandons des explications et réactions fortes de nos décideurs. Futurs élus, que proposez-vous ?", interroge José Cambou, pilote du réseau santé environnement de FNE.

De son côté, l'Automobile Club Association (ACA) dénonce la stigmatisation de la voiture comme "coupable idéal et unique" des épisodes de pollution urbaine. Elle aussi réclame des mesures de fond plutôt que des mesures "d'affichage" provisoires. Mais celles-ci sont tout autres : travailler sur l'offre de stationnement et le remplacement des vieux véhicules polluants, développer des systèmes de gestion du trafic en temps réel, généraliser les programmes d'éco-conduite ou encore renforcer la logistique urbaine.

Sous la pression des évènements, Philippe Martin a annoncé qu'il réunirait après les municipales l'ensemble des acteurs concernés par la pollution de l'air. En tout état de cause, a-t-il ajouté, "le projet de loi sur la transition énergétique comprendra un volet consacré à la qualité de l'air".

Réactions14 réactions à cet article

 

"le maniement de cette mesure reste politiquement délicat, surtout en période électorale". Ce type de sujet, qui relève de la santé publique, requiert un engagement politique franc et autoritaire! Il ne suffit pas de mettre en place des mesurettes, il faut y aller avec l'artillerie lourde.
La gratuité des transports en commun, c'est bien. La combiner avec la mise en place de parkings relais en périphérie des grandes agglomérations, l'augmentation de la fréquence des TC et l'interdiction de circulation des PL et VL en ville (sauf services d'urgences et livraisons), c'est mieux!
Le rôle également de la pédagogie et de la sensibilisation de la population aux impacts sanitaires d'une qualité de l'air dégradée, plutôt que de concentrer l'information nationale sur des sujets sans aucune importance....

AlexG | 14 mars 2014 à 09h02
 
 

Et si on désignait les fautifs et les responsables : sous la pression des Verts Madame Merkel a renoncé à son énergie nucléaire en faisant tourner à plein les centrales à charbon (et lignite). L'Allemagne n'a jamais émis autant de polluants qui nous arrivent en cas d'épisodes anticycloniques, c'est le début d'une catastrophe environnementale pour tout l'ouest de l'Europe.

cougnat | 14 mars 2014 à 09h45
 
 

Limiter la vitesse à 60km est totalement absurde. Au lieu de rouler en cinquième, il faudra rouler en quatrième. Ce qui implique une augmentation du régime moteur, donc, une plus grande consommation, donc, une plus grande pollution.

Nemoadd | 14 mars 2014 à 09h48
 
 

Quand il s’agit de dénoncer la pollution curieusement il n’est jamais question des véhicules diésel (encore moins s’agissant du parti pris des véhicules français qui ont opté pour les moteurs diésel!)
Pire, silence absolu sur la circulation aérienne des avions qui polluent à 10 000 m dans l’atmosphère! Et ce sont les automobilistes qui sont désignés responsables et qu’on menace.
Sans compter les dégazages sauvages j'ai à votre dispositions l'état de mes nappes de table de jardin)
LES LOBBYS FONT LA LOI

lampedusa | 14 mars 2014 à 10h20
 
 

Rappelons aussi que l'écotaxe devait servir au développement des TC et que certains corporatismes bloquent honteusement cette mesure.

Rory | 14 mars 2014 à 10h23
 
 

Nous restons sur des décisions politiques qui restent limitées et l'ensemble des français manquent de civisme :
- Limitations de vitesse : rare sont ceux qui les respectent. C'est un de mes fils qui m'a fait la remarque lors d'un déplacement sur autoroute et j'ai appliqué la règle
- N'est-on pas dans une aberration quand la SNCF réduit les dessertes par la suppression des wagons isolés conduisant à augmenter le nombre de camions dont certains transportent des marchandises dangereuses
- Pourquoi ne pas rendre le fer-routage obligatoire quand on voit le nombre de camions qui traversent la France et taxer ce type de trafic au lieu de taxer les transports d'approche qui ne peuvent être fait que par camion, la SNCF ayant supprimé beaucoup de dessertes
- Est-on écologique quand on promeut les centrales thermiques qui polluent pour remplacer le nucléaire.

Thierry | 14 mars 2014 à 10h33
 
 

Les particules fines une grande découverte par les français mais l'OMS en parle depuis plus de 20 ans pour les moteurs diesel et tout ce que les habitants font bruler dans leurs cheminées: fioul, feu de bois domestique, nombreuses centrales et chaudières au bois. Au Québec le gouvernement diffuse des circulaires de mises en garde au sujet des feux de cheminée, et fait tout pour fluidifier la circulation plutôt que de la ralentir. Les ralentisseurs et autres résistances mises en place par les communes sont une catastrophe. Seule la gestion des flux et la promotion du gaz permettra de régler provisoirement cette pollution. Les allemands ont mis en place des solutions gaz parallèlement à la fermeture progressive des centrales nucléaires. En France on a bloqué la méthanisation de la biomasse depuis des années. Voir le blog de J. GADREY et NEGAWATT.

LUISKILUKE | 14 mars 2014 à 10h39
 
 

l'écotaxe devait servir au développement des TC
OUI, et demain ont rasera gratis !
Thierry a raison de proposer l'obligation de ferroutage pour la traversée de tout ou partie de la France. Cela a été proposé depuis longtemps, mais le service était tellement mal foutu que peu s'en sont servis. C'est comme le service : mettez votre véhicule sur un plateau et prenez le train, souvent le véhicule n’était pas transporté dans le même train, d’où l'obligation d'attendre qu'il arrive. Ça m'est arrivé ! Et pas question d’être dédommagé s'il faut aller à l’hôtel.

Maurice | 15 mars 2014 à 07h50
 
 

Des polluants atmosphérique venant d'Allemagne ?
En condition anticyclonique. ... Vous êtes certain de ça ?
Parce que justement, la pollution sur les villes provient de l'absence de vent. S'il n'y a pas assez de vent pour disperser ces polluant je doute qu'il y en ai assez pour nous ramener des polluants d'Allemagne.
Surtout avec des vents dominant Ouest-Est.
Et je doute également que les fumées de centrales à charbon soient assez chaude en sortie (tour de refroidissement) pour monter suffisamment haut dans l’atmosphère et retomber en France, sur Paris.

Mais je ne suis pas météorologue alors je ne certifierait aucune de mes remarques. Mais tout de même je suis sacrément septique.

Terra | 18 mars 2014 à 09h30
 
 

Et bien SI Terra, il y a des analyses de faites sur les particules pour savoir d'où ils viennent, il y en a même qui viennent des bateaux de transports sur la Manche !
Le vent dominant de la semaine dernière était du NE, d'où des polluants venant d'Allemagne, des Pays-Bas, de Belgique, etc., et même de Pologne !
Les centrales à charbon d'Allemagne ne sont pas aussi sûres que c'est dit, elles rejettent plus de particules que prévu, et pas que de cette pollution.

Maurice | 18 mars 2014 à 18h59
 
 

On détecte des incidences provenant de la navigation sur la Manche à 200 /400KM de notre région ; mais pas des conséquences des survols aériens au dessus de nos têtes?
Rien qu'en regardant au-dessus de moi , je note plusieurs dizaines de traces d'avions survolant chaque jour et des traces de pollution de dégazage sur les toiles de protection de mes meubles de jardin ; Alors dans mes poumons , ça donne quoi ?

lampedusa | 19 mars 2014 à 10h25
 
 

Oui maurice.

D'accord il y a effectivement de la pollution venue d'Allemagne. Ce que je réfute c'est la facilité "la pollution est due aux Allemands" ...
Sur cet épisode précisément, parce que les conditions météo s'y prêtaient il y a eu des polluants d'Allemagne. Ok. Et le reste du temps ? Lorsque les vents nous sont favorables ? C'est l'Allemagne qui ramasse.

Si un jour la majorité des polluants proviennent d'Allemagne on pourra dire qqc. Mais là on parle de 10 % des polluants ? La principale source c'est les diesels achetés alors qu'on fait 30 km par jour.
C'est les chauffages au bois dans des foyers ouverts ou des chaufferies collectives construite à la hâte sans plus de filtre que ça.
C'est les fumées industrielles et les transports de marchandises toujours rallongé parce qu'on trouve aujourd'hui normale de transbahuter une marchandise d'un bout à l'autre de la France.

Alors oui l'Allemagne pollue, mais il faut arrêter de dire que les pics de pollutions sont de sa faute. Les premiers responsables sont tout de même les franciliens. Soyons honnête.

Terra | 19 mars 2014 à 10h33
 
 

Des parkings relais ?
Il y a des dizaines d’années que cela a été fait en pure perte !
Presque à chaque porte de Paris il y en a eu de construit, construit, car certains étaient sur plusieurs étages, et que c’est-il passé ? Rien ! Les automobilistes ont continué à entrer dans Paris avec leur véhicule, car très souvent il n'y avait pas de moyen de transport adapté pour aller là où ils le voulaient. (pas de ligne de transport, trop à attendre entre chaque passage, trop de passagers, etc.)
Résultat ? Les parkings étaient déserts, devenus des coupe-gorges à la tombée de la nuit, fermés pour la plupart et actuellement des immeubles les remplacent !
Que d'argent de dépensé en pure perte. Veut-on nos refaire le coup en nous faisant croire qu'actuellement se sera mieux prévu ? Nous voyons tous de quoi son capable nos cranes d’œufs !
@ terra : relisez mes commentaires ! Vous y lirez que question ferroutage je suis pour sous certaines conditions.
Les polluants ne venaient pas QUE d’Allemagne, mais aussi de Pologne (où ai-je écrit qu'il n'y avait que de la pollution allemande ?), pour ce qui est des responsables de la pollution, je fais depuis plusieurs années des relevés météo et les publie en même temps que les relevés et prévisions d'Airparif, allez sur le site Airparif pour en savoir un peu plus, ensuite vous pourrez commenter à se sujet ! !

Maurice | 20 mars 2014 à 07h02
 
 

Le problème de la pollution atmosphérique transfrontalière ne date pas d'hier. Dans les années 80 les allemands accusaient la France d’être responsable du dépérissement de leurs forets.
Une station météo a alors été construite sur la crête des Vosges, au Champ du Feu pour analyser l'atmosphère transfrontalière.
Depuis, les accusations allemandes ont pratiquement cessé.
Il n'en demeure pas moins que conditions anticyclonique d'hiver conduisent mathématiquement à l'accumulation des polluants des centrales thermiques.
La France émet majoritairement des polluants nucléaires, l'Allemagne (comme la Pologne, comme le Danemark ) majoritairement des polluants fossiles, particulaires.
Je n'ai pas entendu parler de pollution nucléaire préoccupante, ce n'était pas le cas des pollutions particulaires .

VD69 | 25 mars 2014 à 18h37
 
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…