En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Développer l'agriculture bio pour préserver la qualité de l'eau ?

Les engrais, les produits phytosanitaires, les déjections animales etc. sont des sources de pollution importantes de l'eau. Or, la potabilisation de cette eau coûte cher à la collectivité. De nombreux acteurs appellent aujourd'hui à la prévention.

Eau  |    |  Sophie FabrégatActu-Environnement.com

En septembre dernier, le Commissariat général au développement durable (CGDD) évaluait à plus d'un milliard d'euros le coût, supporté chaque année par les ménages français, de la pollution de l'eau liée aux activités agricoles (résidus d'engrais et pesticides). En 2010 déjà, la Cour des comptes s'interrogeait sur la stratégie française consistant à traiter a posteriori l'eau destinée à la consommation, une stratégie 2,5 fois plus coûteuse au mètre cube traité que la prévention des pollutions. La Cour des comptes s'appuyait alors sur les exemples du Danemark et de la Bavière (Allemagne) qui sont parvenus, en impliquant les agriculteurs dans des actions préventives, à réduire de 30 % leurs consommations d'azote et de pesticides.

Face à ce constat, la Fédération nationale de l'agriculture biologique (Fnab) a souhaité se faire entendre en organisant un colloque sur l'agriculture biologique au service de la protection de l'eau. En favorisant une fertilisation azotée modérée, en évitant le recours aux intrants chimiques, en travaillant sur des rotations longues et diversifiées, en pratiquant un élevage extensif et en développant les surfaces en herbe, l'agriculture biologique limite en effet la contamination de l'eau.

Qualité de l'eau : plusieurs études favorables au bio

Une étude réalisée par le CNRS/Université Pierre et Marie Curie compare divers modèles développés dans le Programme interdisciplinaire de recherche sur l'environnement de la Seine (Piren-Seine). Ainsi, une généralisation des mesures agro-environnementales (améliorer les apports de fertilisants et de prélèvements, piéger l'azote…) permettrait de stabiliser la situation, en enrayant l'accroissement de la pollution azotée et ses effets, sans permettre une réelle amélioration de la qualité de l'eau. En revanche, une généralisation de l'agriculture biologique extensive permettrait une diminution nette de la contamination azotée des aquifères et des eaux de surface. Le développement de l'agriculture biologique sur les seules aires d'alimentation des captages en eau potable prioritaires (un tiers de la surface du bassin) permettrait déjà "des résultats encourageants", note l'étude. De son côté, l'Institut scientifique de recherche agronomique (Inra) a comparé les impacts sur la qualité des eaux de différents cahiers des charges agricoles de grandes cultures (AB, production intégrée suisse, Quali'terre, agriculture raisonnée…). Résultat : les modes de production biologique et de production intégrée suisse sont ceux qui ont le moins d'impact sur l'environnement, notamment sur la qualité des eaux. "Si les préconisations des autres cahiers des charges vont dans le bon sens, elles restent insuffisantes pour espérer voir une amélioration rapide de la qualité environnementale des territoires en grandes cultures", indique l'Inra, qui a également identifié des voies d'amélioration pour le cahier des charges AB : "Pour limiter encore plus l'impact sur le milieu en mode de production biologique, un certain nombre de pratiques devraient être encadrées (en particulier la gestion quantitative de l'azote, de l'irrigation, de la couverture du sol…)".

Munich : une expérience exemplaire

Plusieurs exemples montrent également l'intérêt de l'agriculture bio dans la préservation de la qualité de l'eau. Le plus connu est celui de la municipalité de Munich qui, depuis 1991, encourage le développement de l'agriculture biologique sur les terres situées à proximité des captages d'eau potable (6.000 hectares dont 2.250 hectares consacrés à l'agriculture). Outre un accompagnement technique et commercial (approvisionnement de la restauration collective des écoles et crèches), la municipalité et l'Etat ont rémunéré la contribution des agriculteurs bio à la protection de l'eau, à hauteur respectivement de 155 €/ha/an et 280 €/ha/an (puis 230 €/ha/an au bout de six ans). Ainsi, en moyenne un agriculteur touche chaque année 10.400 € (pour une exploitation moyenne de 24 ha), contre 3.300 € pour une exploitation identique en France, qui bénéficie de financements dans le cadre des mesures agri-environnementales. Résultat : 83 % des surfaces agricoles concernées ont été converties en bio. La zone comptait 23 agriculteurs bio en 1993, ce chiffre est passé à 107.

En 14 ans (1991-2005), les teneurs en nitrates de l'eau potable munichoise ont diminué de 43 % (de 14 à 8 mg/l) et les teneurs en produits phytosanitaires ont baissé de 54 % (de 0,000065 à 0,00003 mg/l). Coût de ce programme : 750.000 € par an, soit moins d'1 centime d'euro par mètre cube d'eau distribuée. En France, le seul coût de la dénitrification est évalué à 27 centimes d'euro par mètre cube d'eau distribuée.

Des initiatives en France

En France, depuis 2008, une démarche multipartenariale d'accompagnement du développement de l'agriculture biologique sur les aires d'alimentation de captage a été lancée par la Fnab, avec notamment la participation des ministères de l'Environnement et de l'Agriculture. Douze sites pilotes, présentant un fort enjeu eau, participent au projet. Sur ces sites, un diagnostic initial a été réalisé et des indicateurs communs ont été définis afin d'établir un suivi et un bilan de ces initiatives.

 
Une démarche gagnant-gagnant Outre la protection des zones de captage, le développement de l'agriculture biologique sur ces périmètres permet d'approvisionner la restauration collective en produits biologiques et locaux. Des circuits courts peuvent également être mis en place. Une dynamique économique territoriale peut s'installer durablement.
 
D'autres expériences se développent. A Val de Reuil (27) par exemple, le projet des Hauts près, dont le champ captant assure l'approvisionnement en eau potable des deux tiers de la population (40.000 habitants), vise le développement d'une agriculture sous cahier des charges environnemental (passage à l'AB). La communauté d'agglomération Seine-Eure (Case) a acheté 110 hectares situés dans le périmètre de protection rapproché, et jusque là, loués en baux précaires à des céréaliers. Au total, 70 ha vont être convertis en bio (4 des 6 agriculteurs ont décidé de rester et de se convertir) et un appel à projets a été lancé pour développer du maraîchage bio sur 30 ha. La communauté d'agglomération va également recenser les débouchés potentiels (cantines scolaires notamment) pour les produits bio.

Réactions4 réactions à cet article

 

Merci pour cet article synthétique... et très éclairant ! Impossible de dire "nous ne savions pas", ou "il n'y a pas d'alternative au système agricole dominant". Nous savons ; il y a une alternative qui s'appelle l'agriculture biologique. Il reste à agir (ou non).

Jacques C | 01 décembre 2011 à 00h14
 
 

L'évidence de la bêtise ambiante...et le principe du pollueur-payeur.
Tout le monde sait très bien que si on appliquait réellement la loi du pollueur payeur, tous les agriculteurs français (sans exception sauf pour ceux qui sont déjà) passeraient très très rapidement au bio.
IL est scandaleux que le français lambda continue à payer à travers sa facture d'eau, les charges communales, l'impot foncier et ses impots directs le nettoyage de la pollution provoquée par d'autres. Ce simple principe de bon sens réellement appliqué à tous les niveaux est le meilleur moyen de diminuer rapidement toutes les pollutions.
Que font nos politiques à ce sujet????????? Sinon RIEN

arthur duchemin | 01 décembre 2011 à 09h56
 
 

Merci pour cette campagne de sensibilisation sur une denrée qui se raréfie tous les jours que Dieu fait. Par rapport à ce sujet, je propose plutôt une sensibilisation des exploitants agricoles et surtout les inviter à utiliser le compost au lieu des intrants minéraux ,ce qui réduirait non seulement le degré de pollution des nappes d'eau souterraine ,et forcément le budget prévu pour remédier à une éventuelle pollution des eaux souterraines (Mieux vaut prévenir que guérir ).

Gaston | 01 décembre 2011 à 18h35
 
 

Initiative de la FNAB est bien. Mais tant que l'Etat et les compagnies pétrochimiques reçoive plus de bénéfice par un système polluante les forces économiques opposante resteront trop forte. L'agriculture bio ne rapporte pas de taxes et dividendes puisque il n'y a presque pas d'intrants. Un kilo d'azote chimique départ d'usine "coûte" 3 litres de fioul. Fait le calcule combien ceci rapport rien que a l'Etat. Je n'ai jamais vu un Etat renoncer gratuitement a ces taxes pour "jouer" avec.
Le bio est aussi trop simple et par exemple la directive nitrate serait pour elle inutile. Mais pour impliquer et contrôler cette directive nitrate ceci emploi beaucoup de personnes, donc la directive nitrate n'est pas un mesure d’environnement mais un mesure d'emploi.
Tant que les chambres d'agricultures ne seront pas élu avec un système de vote proportionnelle et que la FNSEA n'est plus poings lier avec l'industrie pétrochimique, on pourrai avoir l’espoir que le bio en France progressera plus vite.

mexboer | 11 décembre 2011 à 23h16
 
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]