En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Programmation de l'énergie : dix réacteurs nucléaires doivent fermer selon les ONG

Dix réacteurs nucléaires devront fermer pour respecter les objectifs de la loi de transition énergétique selon la programmation pluriannuelle de l'énergie préparée par les ONG. En attendant la version officielle du Gouvernement…

Energies  |    |  Florence RousselActu-Environnement.com

L'impatience monte dans le secteur de l'énergie. Le Gouvernement travaille depuis plusieurs mois à l'élaboration de la programmation pluriannuelle. Cette PPE, inscrite dans la loi sur la transition énergétique, doit remplacer la traditionnelle Programmation pluriannuelle des investissements (PPI) par une programmation plus large incluant toutes les formes d'énergie (électricité, gaz, chaleur, produits pétroliers). Elle doit permettre d'atteindre les objectifs inscrits dans la loi que ce soit en terme de mix énergétique que de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Cette PPE prendra la forme d'un décret qui contiendra plusieurs volets : sécurité d'approvisionnement, baisse de consommation d'énergie primaire, énergies renouvelables et de récupération, réseaux et stockage, et réduction des prix de l'énergie. Elle couvrira deux périodes successives de cinq ans, sauf celle établie cette année qui couvrira deux périodes de trois (2016-2018) et cinq ans (2019-2023). "Sur la première période, la PPE décrira une trajectoire cible. Sur la seconde période, elle décrira l'enveloppe des scénarios possibles, ce qui se traduira par des fourchettes pour les différents aspects", précisait le ministère de l'Ecologie en mars 2015.

Des objectifs de développement des EnR incohérents

Un an après le lancement des travaux, la PPE est plus qu'attendue par les acteurs de l'énergie et devrait "sortir" incessamment sous peu. Laurent Michel, directeur général de l'énergie et du climat (DGEC) du ministère de l'Ecologie, a indiqué le 5 février au colloque du Syndicat des énergies renouvelables (SER) que "le premier travail de synthèse est achevé". D'ailleurs, la trajectoire des renouvelables est connue depuis fin 2015, a-t-il rappelé, précisant qu'elle ne devrait subir que "quelques ajustements". Un projet de rapport et de décret devraient être présentés au comité de suivi d'ici la fin du mois de février.

En attendant, les associations se mobilisent et prennent les devants. Le Réseau pour la transition énergétique (Cler), la fédération France nature environnement (FNE), Greenpeace et le Réseau action climat (RAC) ont sorti leur calculette pour préparer leur PPE, "la vraie".

Les ONG se sont basées sur le scénario baptisé "AMS2" établi par la DGEC en avril 2015, scénario de référence permettant d'atteindre les objectifs de la loi. Elles en déduisent les paliers à atteindre en 2018 et 2023 en matière de consommation d'énergie finale, d'électricité, d'énergies fossiles. A partir de ces éléments de consommation, elles ont calculé les moyens de production énergétiques nécessaires. Résultats, pour réaliser les objectifs de la loi de transition énergétique, il faudra installer entre 28 et 29,5 GW d'éolien terrestre et de solaire d'ici 2018 et entre 53 et 58 GW d'ici 2023. "Les chiffres proposés par le ministère en novembre 2015, de 24 GW en 2018 et 36 à 43 GW en 2023 ne sont donc pas cohérents avec les objectifs sauf à imaginer une baisse très prononcée de la consommation d'électricité", remarquent les associations.

Ojectifs de la loi sur la transition énergétique en chiffrages pour les années 2018 et 2023 sur 6 objectifs essentiels de la PPE.
 
Cinq à huit réacteurs nucléaires devront fermer d'ici 2018

Côté nucléaire, ce sont pas moins de cinq à huit réacteurs nucléaires qui devront fermer d'ici 2018, et 19 à 23 d'ici 2023. "Quand bien même ce serait les réacteurs les plus puissants qui fermeraient (peu probable compte tenu de leur âge), il faudrait de toute façon fermer une dizaine de réacteurs d'ici 2023", précisent les associations. Une prévision inimaginable à l'heure où la fermeture de Fessenheim n'est toujours pas actée et continue de faire débat, mais qui inquiète déjà la Cour des Comptes.

La PPE, que présentera le Gouvernement à la fin du mois, sera sans doute bien différente de la version des ONG, ce qui laisse présager l'accueil qu'elles en feront. "Les arbitrages du gouvernement sur la PPE ne peuvent pas revenir sur les grands principes que les députés ont adoptés en juillet 2015. Plus possible de prétendre qu'on va continuer dans la voie du nucléaire et des énergies fossiles tout en développant en même temps les énergies renouvelables et l'efficacité énergétique", préviennent les associations. Le message au Gouvernement est explicite : "L'Etat doit fixer une feuille de route claire, chiffrée pour qu'EDF puisse ensuite la décliner dans son plan stratégique". A bon entendeur…

Réactions3 réactions à cet article

 

La photo est significative d'une démarche propagandiste :les éoliennes ,dont on sait qu'elles atteignent 150 m. de haut en bout de pales paraissent ici plus basses que les tours de réfrigération .

sirius | 11 février 2016 à 10h54
 
 

A la place de Monsieur Hollande, j'éviterais, en ce moment, de faire entrer des écologistes au gouvernement, ou alors il va falloir bien des compromis(sions)

Levieux | 11 février 2016 à 15h21
 
 

Secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre, chargé de la réforme de l'Etat et de la simplification, il ne sera pas forcément confronté directement à la PPE ; beau numéro d'équilibriste.

Levieux | 11 février 2016 à 18h21
 
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]