Actu-Environnement
 
   
 

Le lagon de Nouvelle-Calédonie inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO

Nature / Ecologie  |    |  Actu-Environnement.com
Une grande partie du récif corallien de la Nouvelle-Calédonie a été ajoutée le 7 juillet à la Liste du Patrimoine mondial de l'UNESCO.

Le lagon néo-calédonien constitue la deuxième plus grande barrière corallienne continue du monde après celle de l'Australie. La zone reconnue par l'UNESCO se répartit en six sites totalisant quelques 15.000 km2, sur les 23.000 km2 que constitue la zone totale. Ces six espaces marins représentent la diversité principale des récifs coralliens et des écosystèmes associés de l'archipel français de Nouvelle-Calédonie.

Dans un communiqué, le ministre de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement durable et de l'Aménagement du territoire Jean-Louis Borloo s'est réjoui hier de l'inscription au patrimoine de l'Unesco d'une grande partie du récif corallien de Nouvelle-Calédonie, soulignant qu'il s'agissait du premier espace de l'outre-mer français inscrit au patrimoine mondial.

En cette année internationale des océans, un nouveau pas a été franchi vers l'objectif fixé, dans le cadre du projet de loi Grenelle Environnement, de placer 2% du territoire sous protection forte d'ici 10 ans, a ajouté M. Borloo.

33ème site français inscrit sur la liste du Patrimoine mondial de l'UNESCO, le récif corallien de Nouvelle-Calédonie est le deuxième à être uniquement naturel, après le Golfe de Porto en Corse.

Cette inscription devrait favoriser l'essor d'un tourisme durable et respectueux des sites, notamment la plongée sous-marine, et une gestion adaptée des ressources du lagon, a souligné le Ministère.

Yves Jégo , le Secrétaire d'état de l'Outre-mer, s'est également félicité de cette décision qui, en cette année internationale des récifs coralliens, constitue une marque d'encouragement pour l'ensemble des acteurs nationaux et internationaux qui s'investissent dans la protection des récifs et de la biodiversité, a-t-il déclaré dans un communiqué.

Pour Ahab Downer, Responsable du Bureau WWF-France en Nouvelle Calédonie, cette inscription est une superbe réussite et devrait renforcer les efforts déjà considérables pour assurer la conservation de ce bijou marin à la fois extraordinaire et fragile.

Par ailleurs, l'oeuvre de Vauban, le célèbre architecte militaire, dont les tours de Tatihou et de la Hougue (Manche), est également inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO au titre des biens culturels. Pour Jean François Le Grand, Sénateur de la Manche, Président du Conseil général, cette distinction prestigieuse honore le département de la Manche et met en lumière les richesses patrimoniales extraordinaires du territoire.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez à cet article

1500 caractères maximum
[ Tous les champs sont obligatoires ]