Actu-Environnement
 
 

De vieux vêtements en guise d'isolant dans la construction

Isoler les murs et la toiture de sa maison avec de vieilles paires de Jeans ? Voilà une idée pas si saugrenue, au moins sur le principe, à l'instar de la laine isolante conçue par Le Relais à partir de vieux vêtements en coton non réemployables.

Reportage vidéo  |  Dechets / Recyclage  |    |  Actu-Environnement.com
De vieux vêtements en guise d'isolant dans la construction

Avec la levée en 2005 des quotas d'importation de produits textiles fabriqués en Asie, la consommation de vêtements s'est fortement accrue et avec elle, la production de déchets ad hoc. Désormais ce sont plus de 700.000 tonnes de textiles d'habillement, linge de maison et chaussures (TLC) qui sont mises au rebut chaque année en France.

Si en 2010, près de 125.000 tonnes ont été collectées, dont 90 % ont été triés, Eco TLC, l'éco-organisme agréé pour percevoir les contributions au recyclage et au traitement des déchets textiles dans le cadre de la mise en place de la responsabilisation financière des metteurs sur le marché de produits textiles (REP), doit atteindre un objectif de 50 % de réemploi et de recyclage du gisement, soit 350.000 tonnes par an.

Aux côtés du réemploi (revente de vêtement d'occasion), et de l'exportation, notamment à destination de l'Afrique, de nouvelles filières de valorisation doivent donc être trouvées. Un appel à projet a été lancé dès 2011 pour trouver de nouveaux débouchés aux textiles usagés.

   
Le devenir des textiles d'habillement, linge de maison et chaussures usagés (TLC). © Eco-TLC
 
   

Quand les Jeans hors d'usage isolent les bâtiments

Face à la baisse de qualité de la confection textile, les vêtements à bas prix, toujours plus nombreux dans les filières de collecte, peinent à trouver une seconde vie dans les filières classiques de réemploi. Dans le cadre de son activité de R&D, Le Relais, un réseau d'entreprises membre d'Emmaüs, a donc développé une solution de recyclage et éviter le recours à l'incinération des vieux textiles en coton. Une fois triés selon leurs matières, les textiles non ré-employables en l'état sont défibrés puis transformés pour constituer des laines d'isolation performantes pour les bâtiments. Baptisée Métisse, l'isolant a reçu l'Avis Technique du CSTB.

Réactions9 réactions à cet article

 

J'ai isolé ma toiture en 2009 de 20cm de métisse. Extrême facilité de pose sans les inconvénients des particules de la laine de verre ou de roche.
J'en suis satisfait et aussi content d'avoir participé à la démarche sociale du Relais.

| 10 juillet 2012 à 07h46
 
 

Je trouve formidable ces nouvelles recherches qui utilisent nos dechets! Quelle dommage que l'on n'entendent pas LES BONNES NOUVELLES plus souvent dans les médias!!!
Bravo

Cathdore | 10 juillet 2012 à 09h22
 
 

Cela fait déjà longtemps que ce procédé de recyclage existe. C'est un bel exemple de recyclage à bon escient. Néanmoins, il ne faut pas en déduire que c'est une panacée. Ce procédé n'a pas la capacité de remplacer les matériaux isolants classiques partout. De plus, des ajouts de produits chimiques pas très écolo sont intégré si on ne veut pas voir toutes les petites bêtes attaquer. Mais on n'a pas d'autres solutions à ce jour, donc c'est la meilleure pratique qui est mise en oeuvre.

zaravis | 10 juillet 2012 à 10h01
 
 

Pour ce qui est des produits chimique toxiques pour éviter les "bêbêtes", n'existe-il aucune fibre assez fine pour emballer les pavés d'isolant textile tout en empêchant les "bêbêtes" d'y pondre et y manger ?
Pour ce qui est plus "micro" comme les divers champignons et moisissures, là, j’avoue : difficile de se passer des fongicides sauf peut-être si des règles d'architecture très strictes encadrent l'absence de ce traitement en évitant que les conditions de développement soient réunies (et ces conditions doivent rester préservées sur le très long terme) donc pas facile mais peut-être pas impossible ... ?

Lionel | 10 juillet 2012 à 10h32
 
 

Ne se trouve-t-on pas face à du recyclage... d'information ? ;-)

StephT | 10 juillet 2012 à 10h56
 
 

La mode étant aux Jeans troués et/ou rapiécès, un Jean usé et rapiécé et financièrement amorti à plus de valeur marchande et pollue moins qu'un jean neuf usé mécaniquement et importé de Chine ou de très loin. C'est beau : Homo sapiens sapiens à inventé le mouvement perpétuel. C'est de l'art en quelque sorte.

Bob | 10 juillet 2012 à 16h16
 
 

Désolé Bob mais à moins que tes jean troués soient plantés (coton), cousus, teintés et troués/usés en France ou à proximité, ils viendront quand même de loin (dont une bonne part de Chine).
De plus, à conditions de fabrications équivalentes, un jean neuf et troué sera TOUJOURS plus polluant qu'un jean neuf pas troué car le second vivra plus longtemps et sera donc renouvelé moins souvent (donc moins d'impacts environnementaux et sociaux négatifs)
Ou alors je n'ai rien compris de ce que tu as écrit mais dans ce cas là compartimente et développe un peu plus ton propos stp.

Lionel | 10 juillet 2012 à 17h55
 
 

A la lecture des commentaires des "sceptiques" du Métisse, j'en conclue qu'il ne faut pas isoler du tout pour s'éviter tous les problèmes liés à la nature des matériaux eux-mêmes. C'est une façon de voir à laquelle je n'avais pas pensé...

| 11 juillet 2012 à 09h38
 
 

Cela c'est incroyable. Je me demande si des couvreurs à Montréal se servent de cette isolation aussi! C'est bien de recycler, donc je crois que c'est une bonne chose.

paul bourdette | 18 juillet 2013 à 17h57
 
 

Réagissez à cet article

1500 caractères maximum
[ Tous les champs sont obligatoires ]