En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Réglementation climatique : les fournisseurs font peser un risque sur les multinationales

Gouvernance  |    |  Philippe ColletActu-Environnement.com

Mardi 26 janvier, le Carbone Disclosure Project (CDP) a rendu public une étude selon laquelle les grandes entreprises mondiales peinent à mesurer l'impact des futures réglementations climatiques sur leur activité, faute de connaître les politiques de leurs fournisseurs. Bien qu'elles mènent l'enquête, "la moitié de leurs principaux fournisseurs ne répondent pas aux demandes d'informations climatiques", explique le CDP qui se base sur l'expérience de grands groupes tels que Dell, Philips, L'Oreal, Endesa, Pirelli, Nokia, Colgate Palmolive, Fiat, Ford, BMW, Nestlé ou Unilever.

L'étude a porté sur 75 multinationales représentant plus de 1.850 milliards d'euros d'achats auprès de 7.879 fournisseurs. Seulement 4.005 d'entre eux ont fourni des informations sur leurs stratégies de réduction des émissions de CO2 et de gestion du risque climatique. Cela crée "un manque de visibilité significatif pour ceux qui préparent un monde économe en carbone", déplore le CDP.

Moins de la moitié des fournisseurs ont des objectifs de réduction

L'enjeu est pourtant de taille puisqu'en termes d'émissions de gaz à effet de serre (GES), les chaînes d'approvisionnement pèsent jusqu'à quatre fois plus que les opérations directes, explique le CDP. Les opérations logistiques "constituent un risque réglementaire considérable mais représentent également pour les entreprises une excellente occasion de réduire leurs émissions".

Parmi les fournisseurs ayant répondu, 72% déclarent que les changements climatiques présentent des risques pouvant impacter significativement leurs opérations commerciales, leurs recettes ou leurs dépenses, et 64% ont spécifiquement identifié la régulation climatique comme un risque. Les conséquences les plus fréquemment citées sont la mise en place ou la hausse des taxes sur les carburants, l'énergie et le carbone. En revanche, seuls 45% des fournisseurs déclarent s'être fixés un objectif de réduction de leurs émissions de GES et seuls 34% ont réduit leurs émissions au cours de la dernière année de référence. Les fournisseurs européens (54%) et chinois (51%) sont les plus nombreux à avoir des objectifs de réduction.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…