En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Transition énergétique : le maintien de Ségolène Royal rassure écologistes et industriels

Europe Ecologie Les Verts, le WWF et les professionnels des énergies renouvelables ont salué la reconduction de la ministre pour poursuivre le travail sur la loi sur la transition énergétique. L'arrivée d'Alain Vidalies et d'Emmanuel Macron au gouvernement interroge.

Décryptage  |  Gouvernance  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com
Transition énergétique : le maintien de Ségolène Royal rassure écologistes et industriels

Ségolène Royal conserve son poste de ministre de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie au sein du nouveau gouvernement du Premier ministre Manuel Valls, annoncé le 26 août. La ministre, nommée en avril dernier, voulait rester à l'Ecologie pour mener à bien sa loi phare sur la transition énergétique qui sera débattue à l'Assemblée en octobre.

Alliés écologistes

Un texte qui rallie à sa cause écologistes et professionnels des énergies renouvelables "rassurés" de la reconduction de Mme Royal. "En deux ans, l'écologie a connu près de quatre ministres [Nicole Bricq, Delphine Batho, Philippe Martin et Ségolène Royal, ndlr], il était nécessaire d'incarner de la continuité et de la stabilité alors que des textes législatifs aussi importants que la loi sur la transition énergétique ou sur la biodiversité vont être discutés et que la conférence sur le climat de Paris se tiendra dans moins de 500 jours", a déclaré l'ONG environnementale WWF. "Ségolène Royal a su apporter à l'écologie un poids politique indéniable", se réjouit l'association en dépit toutefois de "certains arbitrages rendus (qui) n'ont pas toujours semblé à la hauteur des enjeux écologiques majeurs".

"Le maintien de Ségolène Royal au ministère de l'Ecologie : une bonne nouvelle pour poursuivre le travail sur la loi de transition énergétique", a de son côté tweeté Denis Baupin, député Europe Ecologie Les Verts (EELV) de Paris, malgré l'opposition du parti sur le nucléaire. Pour Emmanuelle Cosse, la secrétaire nationale d'EELV, le texte est un "bon point de départ". Ségolène Royal est "une ministre avec laquelle on peut travailler, qui a des convictions très fortes et qui ne cède rien", a déclaré le 22 août Mme Cosse, selon Le Figaro.

"Soulagement" des industriels des EnR

La ministre compte également comme alliés les industriels des EnR. "Nous sommes satisfaits du projet actuel et rassurés que Ségolène Royal continue à le porter. L'un des sujets essentiels est la réforme des mécanismes de rémunération. Des réflexions sur ce sujet sont déjà engagées. La solution devra être prise en concertation avec les professionnels", a indiqué Frédéric Lanoë, président du syndicat France Energie Eolienne (FEE).

Ce dernier espère que la discussion qui s'engagera au Parlement en octobre "mettra en place un cadre favorable, permettant à l'éolien et aux renouvelables d'atteindre l'objectif fixé par Ségolène Royal de 40% d'EnR dans le mix électrique à l'horizon 2030."

Même son de cloche de la part de Jean-Louis Bal, président du Syndicat des énergies renouvelables (SER) : "Les professionnels regroupés au sein du SER ont appris, avec soulagement et satisfaction, la reconduction de Madame Royal (…) avec laquelle de nombreux dossiers ont été ouverts. Grâce à cette reconduction, le calendrier parlementaire, notamment celui de la loi de transition énergétique, et les grandes orientations qui doivent guider l'avenir des énergies renouvelables devraient être confirmés et l'action en leur faveur poursuivie", a-t-il souligné.

La confirmation de Ségolène Royal ne fait en revanche pas l'unanimité auprès de l'association de protection de l'ours Ferus qui a demandé en juillet dernier la "démission" de la ministre qui est opposée à l'introduction d'un deuxième ours brun dans les Hautes-Pyrénées. L'association a également déposé le 18 août un recours devant le Conseil d'Etat contre l'arrêté autorisant l'expérimentation de tirs de prélèvement sur le loup, pris par Mme Royal et Stéphane Le Foll. Ce dernier a également été maintenu à son poste de ministre de l'Agriculture. "Honte sur ces ministres qui choisissent le fusil pour régler un problème qui peut l'être efficacement par une protection correcte des troupeaux !", a dénoncé la semaine dernière Ferus.

Autres "couacs" : son récent veto au projet d'autoroute A831 dans le marais poitevin a suscité la colère des élus UMP et PS locaux. Tandis que l'abandon de l'écotaxe poids-lourds au profit de péages de transit, dénoncé par les écologistes et les transporteurs routiers, continue de faire polémique.

Alain Vidalies attendu au tournant

L'ancien ministre délégué aux Relations avec le Parlement sous Jean-Marc Ayrault, Alain Vidalies, a été nommé secrétaire d'Etat aux Transports, à la Mer et à la Pêche. Il remplace Fréderic Cuvillier, favorable à l'écotaxe, qui a refusé de continuer dans ses fonctions. Ce dernier a critiqué la tutelle actuelle du secteur, réduit depuis avril à un secrétariat d'Etat sous l'égide de Ségolène Royal. "Ce n'est pas un cadre idéal, l'écologie se décline dans tous les secteurs, pourquoi y met-on les Transports'", a regretté M. Cuvillier, lors de son discours de passation ce mercredi 27 août. Il plaide pour le retour d'un grand ministère de l'Equipement, selon l'AFP.

Plusieurs fédérations des transports (FNTR, TLF, Unostra) ont réitéré ce mercredi leur opposition au péage de transit poids-lourds attendu en janvier 2015 et ont appelé M. Vidalies à prendre position dans ce dossier. Elles attendent du nouveau secrétaire d'Etat "des réponses urgentes à leurs demandes". De son côté, la fédération de PME du transport routier (OTRE) a prévenu que "toute poursuite du gouvernement dans le sens du péage de transit sera considérée par les transporteurs routiers comme une provocation à leur demande d'abandon du dispositif".

Sur la question de la pêche, le WWF espère qu'Alain Vidalies "saura se montrer plus sensible à la protection des océans que son prédécesseur car sans poissons, il n'y a plus de pêcheurs".

Emmanuel Macron continuera l'oeuvre du "redressement productif"

Arnaud Montebourg démissionnaire, c'est Emmanuel Macron, ancien conseiller économique de François Hollande, l'un des artisans du pacte de responsabilité, qui est désormais à la tête du ministère de l'Economie et de l'Industrie. Sa nomination suscite des réactions contrastées.

Si le patronat et le syndicat des énergies renouvelables ont salué son arrivée, le profil social-libéral de cet ancien banquier d'affaires dérange l'aile gauche du parti socialiste et les écologistes. "Quand une grande partie de la gauche qui a aidé à la victoire de François Hollande en 2012 discute d'une refonte de la politique économique dans le pays, la nomination d'Emmanuel Macron ne va pas du tout dans ce sens et de ce côté-là au moins le message de Manuel Valls est extrêmement clair", a déclaré sur France Info Emmanuelle Cosse. Ce qui constitue l'une des raisons pour laquelle le parti EELV a refusé de participer au Gouvernement Valls.

"Il y a beaucoup de parlementaires écologistes qui nous soutiennent comme l'immense majorité des parlementaires socialistes", a affirmé hier le Premier ministre au 20h de France 2. Manuel Valls a défendu la nomination de M. Macron qui est un "beau symbole".

Lors de son discours de passation ce matin, Arnaud Montebourg a salué "les qualités" de son successeur. "Je suis heureux que ce soit toi qui me succède car je sais que tu partages beaucoup de combats de mon équipe et je sais aussi que tu les poursuivras parce que tu en es sincèrement convaincu. L'esprit du made in France continuera à souffler à Bercy", a déclaré M. Montebourg qui, rappelons-le, prône le gaz de schiste et le nucléaire.

"L'innovation dans l'action publique et politique a marqué ces deux ans", a poursuivi M. Montebourg en citant notamment les 34 plans de la Nouvelle France industrielle. Emmanuel Macron a assuré qu'il continuera l'oeuvre du "redressement productif" entamée par l'ex-ministre. Il a mis en avant sa volonté de "travailler en équipe", aussi bien avec Michel Sapin aux Finances qu'avec les autres ministres du gouvernement. Et notamment Ségolène Royal avec qui il partage le portefeuille de l'Energie.

En matière d'agriculture, la Confédération paysanne a déploré ce mercredi l'absence "de changement" pour les paysans. "Alors que, ce soir, les chiffres du chômage seront encore en hausse, Stéphane Le Foll continuera-t-il d'ignorer le gisement d'emploi dont il a la charge ?", s'interroge-t-elle. Le syndicat agricole note cependant un "point potentiellement positif" : l'arrivée de la ruralité dans les attributions de la ministre de l'Egalité des territoires Sylvia Pinel "peut être un signal fort à l'heure de la réforme territoriale", espère-t-il.

Réactions11 réactions à cet article

 

Encore faudrait-il savoir ce que l'on entend par "écologistes". si on pense au parti vert on comprend sa satisfaction.(partagée par les industriels !)
mais si on pense protection animale ,défense des paysages et des zones naturelles , politique de la chasse,il faut revoir les conclusions dans un sens nettement moins favorable à Mme Royal.

sirius | 27 août 2014 à 22h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Saura-t-on un jour ce qui a fait renoncé à un maroquin JVP ? C'est bien plus qu'un miracle

On ne peut pas nier que les élus éGologistes rendent parfois des services aux militants éCologiques de terrains qu'ils furent parfois "avant" , mais globalement ils nuisent à l'image de ces derniers. Et donc à l'environnement de tous , avec ou sans la bonne volonté du ministre adhoc

Ils ne nuiraient pas ou provisoirement peui, alors qu'ils n'auraient pas été élus illogiquement élus avec des voix d'électeurs socialistes (qui créaient des "liens") ils s'interdisaient de faire plus d'un mandat une seule fois dans leur vie .

Jean-Marie | 28 août 2014 à 08h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est quand la mafia éolienne se dit "soulagée", que je ne le suis pas du tout !

Tireman | 28 août 2014 à 09h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Tiens encore ce M. Tireman et son éternelle obsession de l'éolien.
Décidément, tout est prétexte à en remettre une nouvelle couche...
Dire que vous avez osé me reprocher des termes peu courtois :-)
Bonne chasse

guirno | 28 août 2014 à 10h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

EELV n'est ,et cela depuis longtemps déjà, plus du tout en phase avec les associations environnementales .
EELV est d'abord préoccupé par des thèmes sociétaux, et ensuite obsédé par le nucléaire .
Si vous enlevez ces 2 points il ne reste plus grand chose.
La biodiversité, la chasse, la pêche industrielle, les paysages ne mobilisent plus grand monde chez EELV.
La protection de la nature au sens vrai de ce terme se trouve dans les associations de terrains et certainement pas chez mme Duflot, mr Placé et bien d'autres.

jms | 28 août 2014 à 10h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Les lobbies se réjouissent, les citoyens devront se taire.
Quand pourra t on confier le très difficile problème de l'énergie à des gens sensés capables de réfléchir sans idéologie a priori.
Les français vont mal et le SER propose d'augmenter la saignée.

ITC78 | 28 août 2014 à 12h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ce cher Guino !
Quel "bon vent" vous amène ?
Quel est donc ce "terme peu courtois" qui vous chiffonne ?
"éolien" peut être ?

Tireman | 28 août 2014 à 13h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Que le groupuscule politique extrémiste désigné sous le nom d'"écologistes" se réjouisse de voir l'une des leurs maintenue à ce poste clé, on le comprend. En revanche, les industriels ont tout à craindre de cette évaporée d'autant plus dangereuse qu'imprévisible.

Le Glaude | 28 août 2014 à 15h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

On peut cependant douter de l'efficacité d'un tel programme pour une économie sobre en énergie quand on voit :
- que cela satisfait les intérêts individuels des industriels
- qu'aucune mesure simple, de bon sens et ne faisant pas appel à des aides coûteuses, n'est mise en oeuvre. On peut penser par exemple à- une tarification progressive de l'énergie, - à la suppression des "tarifs" favorisant un gaspillage des collaborateurs EDF-ERDF, - un alignement des taxes du gasoil sur celle de l'essence... des comportements favorisant la sobriété énergétique au sein des administrations...

CPTJAN | 30 août 2014 à 12h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le véto au projet de l'A831 n'est pas un couac mais une bonne chose.
Quand à Europe écologie les rouges ils sont à leur niveau...nuls et pas représentatif du tout de l'écologie.
Tireman de plus en plus phase avec son modèle "Don Quichotte"

lio | 30 août 2014 à 13h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Mme Royal n'est juste qu'une ministre bis de l'agriculture, au service des lobbies (FNSEA...). Le mot "écologie" est réduit au business fait sur le dos de l'environnement sous un nouveau vocable. Les loups, les animaux d'élevages, etc ne sont pas ravis de voir Ségolène revenir car elle se fout royalement d'eux.

Athos Yorkshire | 01 septembre 2014 à 12h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…