En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Agenda des solutions COP 21 : Ségolène Royal presse les entreprises françaises à passer à l'acte

Gouvernance  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com

La ministre de l'Environnement et des Relations internationales sur le climat, Ségolène Royal, a appelé le 15 février les entreprises françaises à "appliquer" l'Agenda des solutions de la conférence Paris Climat (COP 21).
Plus de soixante chefs d'entreprises - parmi les mécènes ayant financé l'organisation de la COP 21 - aux côtés d'ambassadeurs étaient réunis au ministère de l'Environnement.

L'Agenda des solutions regroupe les initiatives proposées par les acteurs étatiques et non-étatiques (collectivités, entreprises, investisseurs privés, agriculteurs, société civile...) en faveur d'une économie plus sobre en carbone. En décembre dernier, Ségolène Royal avait annoncé plus de 70 initiatives coopératives et 7.000 engagements "individuels concrets" inscrits sur la plateforme Nazca (Zone des acteurs non-étatiques pour l'action pour le climat). Aujourd'hui, cette plateforme recense 10.825 engagements individuels.

Plus d'un tiers des 2.000 plus grandes entreprises mondiales se sont engagées à travers l'Agenda des solutions, a précisé lundi Ségolène Royal, nouvelle présidente de la COP 21 après la démission de Laurent Fabius. Les 70 initiatives "représentent plusieurs centaines de milliards de dollars qui peuvent être réorientés vers les marchés de l'économie bas-carbone", a-t-elle indiqué. "La mobilisation des acteurs économiques a joué un rôle majeur dans le succès de la COP 21" ,a déclaré Mme Royal.

La ministre a appelé les grandes entreprises françaises présentes (Engie, EDF, SNCF, RATP….) à "deve[nir] les ambassadrices des engagements de la COP21". "A condition qu'elles soient elles-mêmes exemplaires dans les filières de la croissance verte", a-t-elle prévenu.

Elle a invité les chefs d'entreprise "à définir un plan d'actions pour 2016 et concrétiser [leurs] engagements", d'ici la COP22 à Marrakech en novembre prochain. Mme Royal "encourage" les entreprises françaises et européennes "à rester à l'offensive pour développer les marchés de la transition énergétique sur le continent".

La ministre a présenté trois propositions "pour le premier semestre 2016", visant à accompagner les acteurs économiques "dans ce mouvement". Chaque entreprise sera ainsi chargée d'élaborer une "contribution pour le climat", à l'image de ce qui a été réalisé par les Etats avec les INDC. "Cette initiative comprendra un objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre, un plan d'actions pour y parvenir, une stratégie R&D bas carbone et un dispositif de suivi et d'évaluation" ,a-t-elle précisé.

Ces plans d'actions seront compilés dans un registre public consultable par tous les acteurs économiques. La ministre "s'engage à communiquer régulièrement sur les actions proposées pour mesurer la progression de la mobilisation et partager les meilleurs pratiques". Enfin, les grandes entreprises françaises "accompagneront le gouvernement dans la présidence de la COP pendant un an à l'image d'Engie, qui a créé le collectif Terrawatt pour accompagner l'Alliance solaire, ou de Michelin, qui s'engage pour le développement du véhicule électrique", a fait valoir Mme Royal.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…