Actu-Environnement
 
 

Le nombre de poids lourds en transit en France a baissé de 6,9% entre 2004 et 2010 sous l'effet de la crise

Transport  |    |  Actu-Environnement.com

En 2010, 4,7 millions de poids lourds ont transité par la France, soit une baisse de 6,9% par rapport à 2004, rapporte le service des statistiques du ministère de l'Ecologie (SOeS) qui a publié, mardi 21 août 2012, une note sur le sujet. Par ailleurs, le tonnage transporté par les poids lourds en transit recule de 3,6 %, hors transit entre la Manche et le Nord, reflétant la hausse du tonnage moyen transporté par les poids lourds chargés en transit (15,8 t contre 15,4 t) ainsi que la baisse de la part des poids lourds à vide qui passe de 4,4% à 3,3% du flux.

"Cette baisse, [qui marque] un revirement par rapport à la progression de 25 % du trafic enregistrée entre 1999 et 2004, est le reflet du coût d'arrêt porté par la crise de 2009 aux transports internationaux à longue distance, impliquant en particulier l'Espagne et l'Italie", note le SOeS.

Neuf points de passage concentre les gênes liées au trafic

"[Les] flux [sont] très concentrés sur un petit nombre de passages parmi lesquels dominent ceux des Pyrénées", souligne la note qui précise que deux points de passage pyrénéens enregistrent 3 millions de poids lourds chacun, soit environ 60% du total.

Enfin, la "performance environnementale s'est améliorée avec une majorité de véhicules de normes euro IV et V introduites après 2004", rapporte le SOeS. En 2010, les véhicules euro IV et euro V (les moins polluants) représentaient 55 % des véhicules en transit et les véhicules de norme euro III et inférieure totalisaient 1,4 million de véhicules en transit contre 3,4 millions en 2004.

Néanmoins, le SOeS indique que "le caractère montagneux des Alpes et des Pyrénées induit des mesures de protection particulières face aux gênes créées par le trafic routier". En effet, "seulement neuf points de passage frontalier répartis sur [les barrières naturelles constituées par les Alpes, les Pyrénées et la Manche] permet de connaître la quasi-totalité du transit en France puisque seul y échappe le trafic de très courte distance entre l'Allemagne et le Benelux".

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez à cet article

1500 caractères maximum
[ Tous les champs sont obligatoires ]